Sur la première photo : En compagnie de membres de leur famille et d’amis, Johanne Roberge et Sonia Lafond ont célébré, le 21 septembre, la fin de leur périple. CRÉDIT : COURTOISIE

À la fin de l’été, deux Lévisiennes, Johanne Roberge et Sonia Lafond, ont relevé un défi hors de l’ordinaire en parcourant à pied les 480 kilomètres entre Lévis et la ZEC Varin, dans la région de Baie-Comeau. Si les deux quinquagénaires rêvaient depuis longtemps de réussir un tel exploit physique, elles ont joint l’utile à l’agréable en récoltant des sous pour la Fondation du cancer du sein du Québec, une cause qui leur tient particulièrement à cœur.

C’est à la suite d’une aventure réalisée il y a deux ans par Johanne Roberge, Sonia Lafond et une autre amie, la traversée des Chic-Chocs en Gaspésie, que l’idée d’accomplir un autre défi de cette ampleur a germé dans la tête des deux femmes de 57 ans.

Si au départ elles désiraient se lancer sur les routes de Compostelle, elles ont plutôt opté pour un «chemin de pèlerinage» au Québec. Puisqu’elles ont toutes les deux avec leurs conjoints un camp de pêche dans la ZEC Varin, elles ont décidé de parcourir à pied le parcours entre Saint-Rédempteur, le quartier où réside Mme Roberge, et leur chalet.

«J’ai alors commencé à calculer le kilométrage et analyser quel trajet, soit de passer sur la Rive-Nord ou sur la Rive-Sud, était préférable. On devait s’entraîner physiquement avant, mais nous n’avons pas eu l’occasion de le faire. (Heureusement), marcher est une activité qu’on fait tous les jours. Toutefois, notre aventure a nécessité une grande préparation logistique, notamment pour les boîtes de ravitaillement que nous avons dispersées chez les établissements hôteliers qui nous accueillaient le long du parcours», a expliqué Johanne Roberge.

Un bobo qui risque de tout gâcher

C’est finalement le 26 août que les deux amies, qui se connaissent depuis le primaire, ont amorcé leur périple. Le début de l’aventure n’a toutefois pas été de tout repos pour Johanne Roberge et Sonia Lafond. En plus des difficultés que les deux femmes ont éprouvé face à l’ampleur du défi, Sonia Lafond a subi une blessure qui a failli mettre fin à la randonnée de 480 kilomètres.

«J’ai eu un problème à l’un de mes orteils à la hauteur de L’Islet. Il était plein de pue et j’étais en train de perdre mon ongle. Johanne m’a soignée, mais ça faisait très mal. À La Pocatière, j’ai pu m’acheter une nouvelle paire de souliers et je n’ai plus eu mal. Après cela, on partait le matin et c’était comme si nos corps nous demandaient de marcher, comme nous étions maintenant habituées à marcher en moyenne 17,8 kilomètres par jour», a partagé Mme Lafond.

Moments marquants

 Avec ces ennuis loin derrière elles, le duo qui se surnomme SoJo a poursuivi sa route jusqu’à Matane, où elles allaient monter à bord d’un navire assurant la traverse entre cette municipalité et Baie-Comeau. Lors de leur traversée le 18 septembre, les deux Lévisiennes ont célébré un anniversaire particulier : le 10e anniversaire de la chirurgie contre le cancer du sein qu’a subie Johanne Roberge.

Trois jours plus tard, les deux quinquagénaires réussissaient leur défi. Pour souligner la fin de leur périple, elles ont fêté avec les membres de leur famille et leurs amis réunis à la ZEC Varin pour l’occasion.

En plus de fêter l’atteinte de leur objectif physique, elles ont alors pu célébrer le succès du volet caritatif de leur randonnée. Si Johanne Roberge et Sonia Lafond espéraient d’abord récolter 480 $ pour la Fondation du cancer du sein du Québec (1 $ par kilomètre marché), elles ont finalement amassé 5 142 $ pour cette cause.

«Les gens sont généreux. Pendant toute notre aventure, nous avons eu du bon monde derrière nous. Pendant plusieurs jours, des bons samaritains ont notamment transporté nos sacs de notre point de départ à notre point d’arrivée. Ce qui nous a également permis de réussir, c’est la belle température. Nous n’avons eu qu’une seule journée de pluie pendant le périple», ont tenu à souligner Mmes Roberge et Lafond.

Heureuses d’avoir réussi ce défi, les deux Lévisiennes n’écartent pas la possibilité de revivre une aventure similaire au cours des prochaines années. 

«Ça va appeler à autre chose. Après la traversée des Chic-Chocs, on ne voulait plus entendre parler de randonnée. Mais ça revient, c’est comme une petite drogue. En vieillissant, on a plus besoin de se prouver qu’on est capable de réussir. Ça amène tellement un sentiment d’accomplissement et de fierté», ont-elles conclu.

Les plus lus

La CDVL ne sera pas en mesure d’organiser le Marché de Noël

On pouvait lire sur la page Facebook du Marché de Noël du Vieux-Lévis, le 8 novembre dernier, que l’activité organisée par la Corporation de développement du Vieux-Lévis (CDVL) en collaboration avec le Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) n’aurait pas lieu cette année.

L’effectif infirmier stable en Chaudière-Appalaches

L’Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec (OIIQ) a dévoilé, le 27 novembre, le nombre d’infirmiers inscrits à son Tableau pour 2018-2019. Ces chiffres permettent de constater que l’effectif infirmier demeure stable en Chaudière-Appalaches.

Ferme Chapais : comment lui donner une nouvelle vie?

Que deviendra la ferme Chapais? L’immense site de 40 hectares situé en plein cœur de Lévis attise bien des convoitises. Alors que la Ville a déjà exprimé sa volonté d’en devenir propriétaire, c’était au tour des citoyens de faire part de leurs idées.

La CSDN veut une gouvernance scolaire «durable, positive et bienveillante»

La Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a présenté, le 5 novembre à l’Assemblée nationale, son mémoire portant sur le projet d’abolition des commissions scolaires francophones devant la commission parlementaire de la culture et de l’éducation. L’une des rares commissions scolaires ne s’y opposant pas, la CSDN a alors proposé certaines modifications pour bonifier le projet de loi 40.

Le PQPTM sera déployé en Chaudière-Appalaches

Le Centre intégré de santé et services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches est l’un des cinq établissements la province où sera déployé le Programme québécois pour les troubles mentaux (PQPTM).

Les employés des traversiers présentent leurs demandes

Le Regroupement des traversiers affilié à la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), dont fait partie le syndicat représentant plusieurs travailleurs de la traverse Québec-Lévis, a déposé, le 5 novembre, son cahier de demandes syndicales à son vis-à-vis patronal, la Société des traversiers du Québec (STQ).

Un hommage lévisien pour le jour du Souvenir

Au cours du week-end dernier, plusieurs activités ont eu lieu dans la région afin de rendre hommage aux militaires et leurs sacrifices dans le but de souligner le jour du Souvenir, le 11 novembre dernier.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 13 novembre 2019

Quel beau déjeuner le Club Rotary de Lévis a tenu aux couleurs de l’Halloween! Alexia et Roosa y ont fait leur premier exposé. Félicitations pour votre excellente présentation et pour tous les efforts que vous avez faits pour vous adapter au Québec et pour apprendre le français. Ce sont deux jeunes femmes assez exceptionnelles!

26 agents du SPVL honorés

Dix-neuf membres du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) ont reçu, le 21 novembre, la Médaille de la police pour services distingués du lieutenant-gouverneur du Québec. À cette occasion, sept membres du SPVL ont aussi reçu une distinction honorifique de la Ville de Lévis.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 20 novembre 2019

La 23e édition des prix Hommage bénévolat-Québec a récemment été lancée. Les ministres Jean Boulet et Marie-Eve Proulx ont désigné le porte-parole de la région de la Chaudière-Appalaches pour le concours qui se terminera le 5 décembre. Il s’agit de Thierry Durand, directeur général du Centre d’action bénévole Bellechasse-Lévis-Lotbinière. Remise par le gouvernement du Québec, cette distinction sou...