CRÉDITS : AUDE MALARET (photo 1) et VILLE DE LÉVIS

L’aménagement de voies réservées sur près de 5 kilomètres du boulevard Guillaume-Couture commencera à l’automne 2021 pour une mise en service prévue d’ici 2025. Le coût total du projet se chiffre à 87,9 M$, bien plus que l’évaluation de 55 M$ présentée en 2017 par la Ville.

L’ajout de voies réservées aux autobus situées en bordure de la chaussée est l’option retenue par la Ville de Lévis pour son projet de transport en commun sur le boulevard Guillaume-Couture, plutôt que des voies axiales placées au centre de la chaussée.

Comme prévu, les nouvelles voies seront situées entre le chemin du Sault et la rue de Mercure, à Saint-Romuald, ainsi qu’entre les routes du Président-Kennedy et Monseigneur-Bourget, les tronçons où se situe actuellement la congestion. Ce projet vise en effet à améliorer la fluidité «pour tous les usagers de la route». Les quatre voies existantes pour les automobilistes seront conservées.

Plus cher que prévu

Les aménagements coûteront 87,9 M$ (50 M$ financés par le Québec, 27,3 M$ par le Canada et 10,6 M$ par la Société de transport de Lévis), au lieu des 55 M$ prévus en 2017. Dans son projet déposé en 2017 au ministre des Transports, la Ville envisageait alors deux scénarios : la solution latérale évaluée à 55 M$ et la solution axiale à 79 M$.

Un écart de coût qui s’expliquerait, selon la directrice du bureau de la mobilité Marie-Lise Côté, par une estimation préliminaire établie pour la seule réalisation des voies réservées, alors que l’actuel projet comprend également les différentes installations, tels que la piste cyclable ou l’aménagement paysager. 

C’est pour leurs coûts d’entretien et de déneigement plus faibles que les voies latérales ont été choisies. Cette implantation facilite également la circulation des automobilistes et celle des piétons plus «intuitive», puisque les abribus sont implantés du même côté que les trottoirs.

Les arrêts seront situés après les feux de circulation, afin de synchroniser le passage des autobus avec la lumière verte et laisser la voie libre aux automobilistes qui tournent.

Un temps de parcours réduit

Grâce à l’installation de feux intelligents et prioritaires pour les autobus «qui vont permettre une meilleure synchronisation», il faudra «5 à 14 minutes de moins» à un autobus pour aller du Cégep de Lévis-Lauzon au chemin du Sault aux heures de pointe, selon la Ville.

La fréquence des Lévisiens, qui passent toutes les 15 à 30 minutes actuellement, augmentera. «Aux heures de pointe, on vise un service toutes les 7,5 minutes et 15 minutes en dehors», a affirmé le maire.

De plus, la Ville prévoit d’implanter des abribus «mieux adaptés aux besoins des usagers». Les aires d’attentes seront «plus spacieuses et sécuritaires». Placés en retrait, les trottoirs côtoieront une piste cyclable située en bordure de la chaussée. Cette voie pour les vélos sera d’abord aménagée sur les mêmes tronçons que les voies réservées, puis s’étendra dans une autre phase à tout le boulevard Guillaume-Couture.

Des travaux échelonnés de 2022 à 2025

Après la fin des études en mars prochain, le bureau de la mobilité planchera sur les plans et les devis, avant de commencer la construction à l’automne 2021.

«De 2022 à 2025, les travaux vont se poursuivre en phases pour s’assurer qu’on ne bloque pas la circulation dans l’ensemble de la Ville. La mise en service va être graduelle au cours de cette période», a précisé sa directrice. Finalement, l’électrification du réseau sera mise en place.

Quant à la route des Rivières, le gouvernement québécois devrait présenter ses plans au cours de l’année prochaine. «Le ministère des Transports est maintenant rendu à l’étape d’avant-projet pour la route 116. C’est une excellente nouvelle», s’est réjoui Gilles Lehouillier.

L’état d’avancement du projet de transport en commun a été présenté à la population le 6 novembre à 19 heures, au Centre de congrès et d’expositions de Lévis. La consultation publique sera en ligne dès le 7 novembre à http://ville.levis.qc.ca/mobilite.

Les plus lus

COVID-19 : Lévis est la région la plus touchée de la Chaudière-Appalaches

Puisque le ministère de la Santé a donné son autorisation pour dévoiler cette donnée, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) peut maintenant dévoiler le nombre de cas confirmés par MRC. Selon le dernier bilan du CISSS-CA, avec 82 cas confirmés, Lévis est la région de la Chaudière-Appalaches la plus touchée par la pandémie.

Deux nouveaux cas de coronavirus en Chaudière-Appalaches

Dans son plus récent bilan du nombre de cas confirmés de la COVID-19 dans la province, publié à 15h dimanche, le gouvernement du Québec a dévoilé que deux nouvelles personnes souffrent du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches.

Lévis et la grippe espagnole en octobre 1918

La ville de Lévis fut durement éprouvée par l’épidémie de grippe espagnole en 1918. Un parcours rapide des incontournables Dates Lévisiennes de Pierre-Georges Roy nous permet de mesurer l’ampleur du drame.

COVID-19 : l'état de la situation dans la région à 20h

Aucun nouveau cas confirmé n’a été comptabilisé en Chaudière-Appalaches, ce 17 mars. Dans la région, quatre personnes sont atteintes du Coronavirus. Le gouvernement du Québec a annoncé des mesures financières. À Lévis, de nouvelles consignes ont été données aux utilisateurs du transport en commun et par plusieurs organisations.

Coronavirus : c'est quoi l'isolement volontaire?

Le gouvernement du Québec recommande fortement à tous les voyageurs revenant dans la province de se placer en isolement volontaire de 14 jours pour éviter la propagation de la COVID-19. Mais qu'est-ce qu'on entend par isolement volontaire? Voici ce que les autorités provinciales et fédérales demandent concrètement aux voyageurs.

Une clinique de dépistage de la COVID-19 à Charny

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches a ouvert, ce matin, une clinique de dépistage à l'auto de la COVID-19 au Centre Paul-Gilbert, à Charny.

Des employés du CRDITSA inquiets

Des employés oeuvrant au siège social du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles du spectre de l'autisme (CRDITSA) du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), situé dans le complexe du Collège de Lévis, vivent dans l'inquiétude depuis quelques jours en raison d'un cas de contamination à la COVID-19.

Coronavirus : la situation dans la région à 20h

L'annonce plus tôt aujourd'hui de la mise en place de certaines restrictions par le gouvernement du Québec, dont l'interdiction de tenir des événements à l'intérieur réunissant plus de 250 personnes, en lien avec la crise du coronavirus a provoqué plusieurs bouleversements dans la région. Voici un résumé de ce que vous devez savoir.

Une deuxième résidence pour aînés lévisienne fortement touchée par la COVID-19

Dans son plus récent bilan, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé qu'un foyer de contagion à la COVID-19 a été découvert dans une deuxième résidence pour aînés lévisienne, le Manoir de l'arbre argenté.

La grippe espagnole et les autres épidémies à Lévis

Dans un premier article publié en ligne le 29 mars, on a constaté que la petite ville de Lévis fut fortement touchée par la grippe espagnole en 1918 avec quelque 51 morts et 2 484 personnes infectées en deux semaines sur une population de seulement 10 057 habitants. Il s’agit d’un bilan très lourd qui s’apparente aux tribulations de plusieurs autres villes québécoises, canadiennes et américaines.