Selon certains citoyens qui ont joint le Journal, le dépôt illégal de déchets aux abords du chemin Pétrée est une pratique courante. CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Plusieurs résidents et propriétaires du quartier Saint-Étienne-de-Lauzon sont exaspérés de voir plusieurs citoyens se servir des abords du chemin Pétrée comme d’un dépotoir.

Rappelons d’emblée que le chemin Pétrée se situe dans le secteur rural de Saint-Étienne-de-Lauzon. Ce rang constitue en quelque sorte une partie des limites entre la Ville de Lévis et la Municipalité de Saint-Lambert-de-Lauzon.

Sur une certaine distance, cette route longe le lieu d’enfouissement technique (LET) de Saint-Lambert-de-Lauzon, le dépotoir qui sert à l’élimination des déchets solides provenant de Lévis et de Saint-Lambert-de-Lauzon. Et c’est vraisemblablement en raison de ce positionnement que le chemin Pétrée reçoit davantage de déchets qu’un autre rang similaire.

Selon certains citoyens qui se sont plaints de la situation au Journal, plusieurs personnes profitent du fait que le secteur est peu passant pour décharger illégalement des détritus aux abords du chemin Pétrée, alors que plusieurs panneaux d’affichage installés le long de la route rappellent aux automobilistes qu’il est interdit de le faire.

Selon ce qu’a partagé un résident du secteur à votre hebdomadaire, ces gestes seraient commis depuis plusieurs années par des citoyens qui voudraient disposer légalement de leurs détritus à l’écocentre situé au LET. Toutefois, ces derniers arriveraient au LET lorsque l’écocentre est fermé. Au lieu d’attendre le lendemain pour se rendre de nouveau à l’écocentre pour se débarrasser de leurs déchets, ils jetteraient ces derniers aux abords du chemin Pétrée.

Même que selon ce citoyen, le chemin de la Savane, une route qui permet d’accéder au chemin Pétrée à partir du village de Saint-Étienne, serait aussi touché. Lors d’un passage sur les lieux le 29 octobre, le Journal a pu constater que certains déchets avaient été laissés aux abords du chemin Pétrée, comme des bardeaux d’asphalte ou des morceaux d’une rampe de bois.

La Ville indignée

Invitée par l’hebdomadaire à réagir, la Ville de Lévis n’a pas caché sa colère devant cette «pratique révolue qui n’a plus sa place en 2019» et qui engendre des coûts pour la municipalité. Par l’entremise de sa porte-parole, Priscille Bourque, la Ville a annoncé qu’elle mettra en place de nouvelles mesures pour contrer le «dépôt sauvage de déchets».

«La Ville annonce qu’elle bonifiera son affichage sur place en le rendant plus visible et que celui-ci indiquera clairement les amendes encourues lors de tels délits. De plus, une surveillance plus accrue du secteur sera effectuée. Si la situation ne s’améliore pas, une caméra de surveillance pourra être installée sur place», a fait savoir Mme Bourque.

Du même souffle, la porte-parole de la municipalité a rappelé que les citoyens disposent de plusieurs moyens (collecte des matières résiduelles, écocentres, etc.) pour se départir légalement de leurs déchets. Sinon, les citoyens ou les entreprises qui contreviennent au règlement municipal en déposant leurs matières résiduelles à des endroits inappropriés s’exposent à des amendes pouvant s’élever à 625 $ pour les personnes physiques et à 1 250 $ pour les personnes morales.

Les plus lus

Lévis en vedette au gala télévisé Célébration

Deux Lévisiens, Jacques Mathault et Cédric Bilodeau, participeront au gala Célébration 2020 de Loto-Québec, télédiffusé le dimanche 12 janvier à compter de 20h30 sur les ondes de TVA. La troupe de danse lévisienne DM Nation font aussi partie des artistes en vedette lors du gala. ·

Un groupe de travailleurs gagnent 9 M$ au tirage du Lotto 6/49

45 collègues du domaine de l’arboriculture qui proviennent des régions de la Chaudière-Appalaches, de la Capitale-Nationale et du Bas-Saint-Laurent ont remporté un gros lot de 9 M$ au tirage du Lotto 6/49, le 14 décembre. Parmi ceux-ci, 25 sont résidents de la région.

Un camarade à quatre pattes à l’École de Taniata

Les élèves de l’établissement d’enseignement primaire de Saint-Jean-Chrysostome accueillent dans leur classe depuis quelques semaines le chien Mira Padmé. Le compagnon poilu apporte une présence rassurante et apaisante aux jeunes.

Le Complexe aquatique multifonctionnel enfin inauguré

Après plus d’une trentaine d’années de discussions, d’attente et d’élaboration, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, accompagné des représentants des gouvernements provincial et fédéral ainsi que des conseillers municipaux, a procédé à l’inauguration de cette infrastructure située dans le secteur Saint-Nicolas dont la conception représente un investissement de 35,5 M$.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 31 décembre

Cette semaine, je poursuis mes souhaits aux personnalités de la région. Je profite de l’occasion pour vous souhaiter, mes chers lecteurs, une bonne année 2020!

Flavie, bébé de l’année à l’Hôtel-Dieu de Lévis

Le premier bébé de l’année 2020 à l’Hôtel-Dieu de Lévis est une Lévisienne. Flavie, fille d’Angélique Chénier et de David Hété, est la première enfant à avoir pointé le bout de son nez à l’unité mère-enfant de l’hôpital lévisien le 1er janvier.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 23 décembre 2019

Pour Noël, je souhaite à tous les lecteurs du Journal de Lévis et leur famille que les Fêtes vous offrent une occasion unique de vous rapprocher des personnes avec qui vous partagez des valeurs, des affinités ou des amitiés. Je vous souhaite, ainsi qu’à votre famille, de vivre ces doux moments. Que la fête de Noël vous apporte tout ce que vous désirez, bien du plaisir et des surprises.

Un archéologue lévisien fait une découverte de 44 000 ans

L’archéologue Maxime Aubert, diplômé en 1997 du Cégep de Lévis-Lauzon, a découvert en Indonésie une peinture représentant la plus vieille scène de chasse de l’humanité.

Tous les futurs infirmiers du CLL ont réussi leur examen

Ce sont 100 % des étudiants diplômés en Soins infirmiers du Cégep de Lévis-Lauzon (CLL) qui ont réussi leur examen d’admission à l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) en septembre dernier.

Rétrospective de février

Pendant que la Ville de Lévis ne savait plus où mettre la neige, le tournoi atome de Lévis accueillait une légende, des changements s’officialisaient à la Chambre de commerce, les Chevaliers terminaient leur saison régulière et l’Hôtel-Dieu de Lévis inaugurait une nouvelle aile.