CRÉDIT : BIGSTOCK

L’Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec (OIIQ) a dévoilé, le 27 novembre, le nombre d’infirmiers inscrits à son Tableau pour 2018-2019. Ces chiffres permettent de constater que l’effectif infirmier demeure stable en Chaudière-Appalaches.

Au 31 mars 2019, 2 863 infirmières et infirmiers exerçaient cette profession dans la région, soit 4 % de l'effectif provincial. Malgré quelques fluctuations annuelles, l'effectif demeure ainsi plutôt stable par rapport à 2014-2015. Notons que plus du tiers des infirmières et infirmiers qui habitent dans Chaudière-Appalaches travaillent dans une autre région, notamment la Capitale-Nationale où sont dispensés des services suprarégionaux.

Par ailleurs, la région se démarque comme étant celle où le droit de prescrire, en vigueur depuis janvier 2016, s'est le plus fortement déployé : 19 % des infirmières et infirmiers qui exercent dans la région ont obtenu l'autorisation de prescrire, comparativement à 11 % dans l'ensemble du Québec.

En 2018-2019, 114 infirmières et infirmiers de la relève ont obtenu un emploi dans Chaudière-Appalaches, soit 3,6 % de plus que l'année précédente. L'arrivée en grand nombre de cette relève contribue au rajeunissement de l'effectif de la région : 37 % sont âgés de 35 ans ou moins, comparativement à 33 % dans l'ensemble du Québec.

En outre, 69 % de la relève infirmière titulaire d'un DEC en soins infirmiers en Chaudière-Appalaches poursuit sa formation au baccalauréat (cheminement DEC-BAC), soit l'un des taux les plus élevés de la province. La moyenne provinciale se situe à 57 %.

L’OIIQ dresse certains constats préoccupants

 Au Québec, l’effectif infirmier a augmenté de 1,4 % au cours de la dernière année. Cette croissance est la plus forte enregistrée depuis 2013-2014. Toutefois, 60 % de l'ensemble de l'effectif travaille à temps complet. Chez la relève, ce taux est de seulement 26 %. 

Toujours à l’échelle de la province, la proportion totale de l'effectif titulaire d'un baccalauréat en sciences infirmières a atteint 46 % (y compris les cycles supérieurs) au 31 mars 2019. Dans les autres provinces canadiennes, cette proportion varie entre 63 % et 73 %.

Point positif au niveau provincial, les données de l'OIIQ soulèvent un paradoxe quant au taux de rétention dans la profession. Il se situe à 90 %, alors qu'il est souvent entendu que les infirmières et infirmiers désertent la profession.

«Nous sommes devant un paradoxe : alors que nous constatons une progression constante de l'effectif infirmier depuis dix ans et que cette année, nous avons connu la croissance la plus importante du nombre de membres, soit 1,4 % pour en arriver à quelque 76 000 membres, les milieux cliniques vivent des pénuries d'infirmières et infirmiers. Nous constatons un manque de ressources criant sur le terrain. Nous suivons de très près cette situation complexe et nous avons déjà eu des échanges avec les parties prenantes pour mener une réflexion profonde sur le sujet», a conclu Luc Mathieu, président de l'OIIQ.

Les plus lus

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

Deux nouveaux sentiers hivernaux répertoriés à Lévis

La liste des sentiers qui figurent dans le Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et Lévis élaboré par Ça marche Doc s’allonge avec six nouveaux parcours à découvrir sur les rives sud et nord.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

L’OPC veut mettre un frein à la «surpopulation féline»

Estimant que Lévis vit un problème de «surpopulation féline», l’Organisme pour la protection des chats (OPC) demande à la Ville de Lévis de s’attaquer à cette problématique.

Réforme de la gouvernance scolaire : la CSN craint un recul pour la CSDN

Par voie de communiqué, le Syndicat soutien scolaire des Navigateurs, une unité affiliée à la CSN qui regroupe plus de 1 500 membres du personnel de soutien des secteurs administratif, technique en adaptation scolaire et en services de garde ainsi que du personnel de soutien manuel et de service de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN), a attaqué, le 27 janvier, la réforme envisagée par Qu...

Un Lévisien en vedette dans L’appartement

Nouvelle «série-réalité» du Club Illico, L’appartement aura des couleurs lévisiennes. En effet, l’un des cinq participants de l’émission, Pierre-Alexandre Imbeault, est originaire de Lévis. Une opportunité qui permettra au jeune de 19 ans de faire l’éloge de la différence, lui qui est en plein processus de transition de genre.

Conseil en bref : la biblio mobile, des jeux d’eau et le comité de toponymie reviennent

Une séance du conseil municipal s’est tenue le 10 février à l'hôtel de ville de Lévis. Voici en résumé les principaux points adoptés ou abordés lors de la séance par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 5 février 2020

L’avocate Marie-Ève Malenfant (1re photo) relève depuis peu un nouveau défi professionnel. Elle est de retour au sein du cabinet KSA Avocats.

Le projet de loi 40 adopté

Le projet de loi 40, qui vise à transformer les commissions scolaires en centres de services, à abolir les élections scolaires et à décentraliser la prise de décision, a été adopté le 8 février dernier.