Le Manoir Liverpool accueille six travailleurs-stagiaires du CRDItrois jours par semaine. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

Depuis février dernier, le Manoir Liverpool et le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle (CRDI) Chaudière-Appalaches ont établi un partenariat. La résidence pour personnes âgées autonomes à semi-autonomes accueille quotidiennement six travailleurs-stagiaires afin d’effectuer différentes tâches. Ces travailleurs-stagiaires avaient invité leur famille à visiter leur lieu de travail, le 3 décembre dernier.

Sous la responsabilité de Jocelyne Bernard, instigatrice du projet et éducatrice spécialisée en plateau de travail pour le CRDI, ces jeunes désinfectent les poignées de porte, les rampes et les salles de bain de la résidence, en plus de préparer les salles à manger, de passer la balayeuse, d’effectuer des tâches en cuisine et de plier des draps, trois jours par semaine.

De plus, ces jeunes partagent leur quotidien avec les personnes âgées et les employés de la résidence. «Autant pour les personnes âgées que pour nos travailleurs-stagiaires, ce genre de travail développe des habiletés sociales. L’accueil a été facile autant avec les résidents qu’avec les employés», a expliqué Mme Bernard.

Le succès de ce programme parle de lui-même, si bien que deux nouveaux travailleurs-stagiaires s’ajouteront à la petite équipe en janvier prochain puisque le CRDI et le Manoir Liverpool assureront leur présence cinq jours par semaine plutôt que trois. «Dès le début, on attendait le temps plein, mais on avait besoin de s’adapter à ce nouveau milieu de travail avant. Maintenant, on est prêt», a partagé l’éducatrice du CRDI.

Une présence qui fait une différence

Mario et Lise, parents de Louis-Charles qui est un travailleur-stagiaire du Manoir Liverpool, ont constaté que le nouveau travail de leur fils avait plusieurs effets positifs sur ce dernier. «Il prend beaucoup plus d’initiatives et il est bien plus autonome. Il coupe des légumes pour le souper, il met la table, sans qu’on lui demande», ont-ils exprimé.

L’intégration des jeunes s’est faite rapidement et facilement, selon Mme Bernard, et «tout le monde en sort gagnant». «Pour ces jeunes-là, qu’on soit vieux ou de leur âge, il n’y a pas de différence. Tant qu’ils ont du plaisir dans leur milieu de travail, c’est tout ce qui compte, a ajouté le père de Louis-Charles. C’est un milieu de travail gagnant pour tout le monde autant pour eux que pour les résidents, nous (les parents) et les employés.»

Pour la travailleuse-stagiaire Alexandra, se lever le matin pour aller travailler n’est jamais un problème puisqu’elle adore son travail. Elle était accompagnée de sa mère Charlotte, remplie de fierté de voir l’impact que sa fille peut avoir dans son entourage. «C’est eux qui sont différents, mais des fois, je me dis que si tout le monde avait leur capacité de gentillesse et d’humanité, ça changerait bien des choses», a-t-elle relaté.

Une initiative qui gagne à être connue

La demande est grande chez cette clientèle afin de dénicher un emploi et le nombre d’emplois est limité. «C’est dommage qu’il n’y ait pas plus d’endroits qui demandent leurs services. Il y en a plusieurs qui attendent d’avoir un emploi», a mis en lumière Lise, la mère de Louis-Charles.

De son côté, Jocelyne Bernard croit que plusieurs gagneraient à faire confiance à ces travailleurs. «J’espère que d’autres portes s’ouvriront pour accueillir ces personnes-là parce qu’ils ont énormément à apporter à un milieu de travail. Ça fait 30 ans que je suis éducatrice et je suis témoin de plusieurs effets positifs pour ces travailleurs-stagiaires et l’endroit où ils travaillent. Ils sont toujours de bonne humeur, ils sont toujours prêts à aider et ils ont un grand cœur», a-t-elle souligné.

Déjà, les propriétaires du Manoir Liverpool, qui possèdent une deuxième résidence pour personnes âgées, ont démontré de l’intérêt afin accueillir un autre plateau de travail du CRDI dans son milieu de vie.

Pour Mme Bernard, ce projet n’est qu’un début qui pourrait, espère-t-elle, prendre de l’ampleur au courant des prochaines années.

Les plus lus

Des bleuets pour la bonne cause

Dans le cadre d'une collecte de dons au profit de trois organismes communautaire, petits et grands pourront venir cueillir gratuitement des fruits à la Bleuetière DuRoy, à St-Étienne-de-Lauzon, les samedis 25 juillet, 1er et 8 août.

Lettre d'opinion - Un site qui a besoin d'amour

Il arrive parfois que l'ordre des choses établi soit bouleversé; dans une pièce avec un café, une plume s'éveille sur le tard, n'ayant ni crédit ni tribune pour se faire entendre. Incapable d'arrêter d'écrire, dans certain cas particulier, cela donna naissance, au début des années 1970, au phénomène du journalisme gonzo; le texte qui suit en est une tentative de ma part.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

COVID-19: un nouveau cas en Chaudière-Appalaches

Après près d’une semaine sans nouveau cas, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a recensé une infection supplémentaire à la COVID-19, à Lévis. Depuis le début de la crise, 523 personnes ont contracté la maladie en Chaudière-Appalaches.

COVID-19 : quatre nouveaux cas dans la région

La «disparition» du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches n'aura duré que 24 heures. Selon les plus récentes données des autorités sanitaires, quatre résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Une nouvelle garderie à Saint-Jean-Chrysostome

Le Centre éducatif sous les arbres, une garderie privée subventionnée située sur l’avenue Taniata, ouvrira ses portes d’ici la fin septembre.

Une maison des aînés et alternative à Saint-Étienne-de-Lauzon

Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, accompagnée de Marc Picard, député des Chutes-de-la-Chaudière, a annoncé la création d’une maison des aînés et alternative dans le secteur Saint-Étienne-de-Lauzon au prolongement de l’avenue Albert-Rousseau, le 28 juillet.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter

Sept personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs continue d'augmenter. Au Québec, le dernier bilan fait état de 145 nouveaux cas.

COVID-19 : de nouveaux cas dans la région

Quatre nouveaux cas infectés de nouveau coronavirus ont été répertoriés sur le territoire de la Chaudière-Appalaches recensent les données des dernières 24 heures au Québec, ce 2 août. Au total, 141 cas ont été ajoutés au compteur dans l’ensemble de la province.