Le Manoir Liverpool accueille six travailleurs-stagiaires du CRDItrois jours par semaine. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

Depuis février dernier, le Manoir Liverpool et le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle (CRDI) Chaudière-Appalaches ont établi un partenariat. La résidence pour personnes âgées autonomes à semi-autonomes accueille quotidiennement six travailleurs-stagiaires afin d’effectuer différentes tâches. Ces travailleurs-stagiaires avaient invité leur famille à visiter leur lieu de travail, le 3 décembre dernier.

Sous la responsabilité de Jocelyne Bernard, instigatrice du projet et éducatrice spécialisée en plateau de travail pour le CRDI, ces jeunes désinfectent les poignées de porte, les rampes et les salles de bain de la résidence, en plus de préparer les salles à manger, de passer la balayeuse, d’effectuer des tâches en cuisine et de plier des draps, trois jours par semaine.

De plus, ces jeunes partagent leur quotidien avec les personnes âgées et les employés de la résidence. «Autant pour les personnes âgées que pour nos travailleurs-stagiaires, ce genre de travail développe des habiletés sociales. L’accueil a été facile autant avec les résidents qu’avec les employés», a expliqué Mme Bernard.

Le succès de ce programme parle de lui-même, si bien que deux nouveaux travailleurs-stagiaires s’ajouteront à la petite équipe en janvier prochain puisque le CRDI et le Manoir Liverpool assureront leur présence cinq jours par semaine plutôt que trois. «Dès le début, on attendait le temps plein, mais on avait besoin de s’adapter à ce nouveau milieu de travail avant. Maintenant, on est prêt», a partagé l’éducatrice du CRDI.

Une présence qui fait une différence

Mario et Lise, parents de Louis-Charles qui est un travailleur-stagiaire du Manoir Liverpool, ont constaté que le nouveau travail de leur fils avait plusieurs effets positifs sur ce dernier. «Il prend beaucoup plus d’initiatives et il est bien plus autonome. Il coupe des légumes pour le souper, il met la table, sans qu’on lui demande», ont-ils exprimé.

L’intégration des jeunes s’est faite rapidement et facilement, selon Mme Bernard, et «tout le monde en sort gagnant». «Pour ces jeunes-là, qu’on soit vieux ou de leur âge, il n’y a pas de différence. Tant qu’ils ont du plaisir dans leur milieu de travail, c’est tout ce qui compte, a ajouté le père de Louis-Charles. C’est un milieu de travail gagnant pour tout le monde autant pour eux que pour les résidents, nous (les parents) et les employés.»

Pour la travailleuse-stagiaire Alexandra, se lever le matin pour aller travailler n’est jamais un problème puisqu’elle adore son travail. Elle était accompagnée de sa mère Charlotte, remplie de fierté de voir l’impact que sa fille peut avoir dans son entourage. «C’est eux qui sont différents, mais des fois, je me dis que si tout le monde avait leur capacité de gentillesse et d’humanité, ça changerait bien des choses», a-t-elle relaté.

Une initiative qui gagne à être connue

La demande est grande chez cette clientèle afin de dénicher un emploi et le nombre d’emplois est limité. «C’est dommage qu’il n’y ait pas plus d’endroits qui demandent leurs services. Il y en a plusieurs qui attendent d’avoir un emploi», a mis en lumière Lise, la mère de Louis-Charles.

De son côté, Jocelyne Bernard croit que plusieurs gagneraient à faire confiance à ces travailleurs. «J’espère que d’autres portes s’ouvriront pour accueillir ces personnes-là parce qu’ils ont énormément à apporter à un milieu de travail. Ça fait 30 ans que je suis éducatrice et je suis témoin de plusieurs effets positifs pour ces travailleurs-stagiaires et l’endroit où ils travaillent. Ils sont toujours de bonne humeur, ils sont toujours prêts à aider et ils ont un grand cœur», a-t-elle souligné.

Déjà, les propriétaires du Manoir Liverpool, qui possèdent une deuxième résidence pour personnes âgées, ont démontré de l’intérêt afin accueillir un autre plateau de travail du CRDI dans son milieu de vie.

Pour Mme Bernard, ce projet n’est qu’un début qui pourrait, espère-t-elle, prendre de l’ampleur au courant des prochaines années.

Les plus lus

Lévis en vedette au gala télévisé Célébration

Deux Lévisiens, Jacques Mathault et Cédric Bilodeau, participeront au gala Célébration 2020 de Loto-Québec, télédiffusé le dimanche 12 janvier à compter de 20h30 sur les ondes de TVA. La troupe de danse lévisienne DM Nation font aussi partie des artistes en vedette lors du gala. ·

Le Complexe aquatique multifonctionnel enfin inauguré

Après plus d’une trentaine d’années de discussions, d’attente et d’élaboration, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, accompagné des représentants des gouvernements provincial et fédéral ainsi que des conseillers municipaux, a procédé à l’inauguration de cette infrastructure située dans le secteur Saint-Nicolas dont la conception représente un investissement de 35,5 M$.

Un camarade à quatre pattes à l’École de Taniata

Les élèves de l’établissement d’enseignement primaire de Saint-Jean-Chrysostome accueillent dans leur classe depuis quelques semaines le chien Mira Padmé. Le compagnon poilu apporte une présence rassurante et apaisante aux jeunes.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 31 décembre

Cette semaine, je poursuis mes souhaits aux personnalités de la région. Je profite de l’occasion pour vous souhaiter, mes chers lecteurs, une bonne année 2020!

Flavie, bébé de l’année à l’Hôtel-Dieu de Lévis

Le premier bébé de l’année 2020 à l’Hôtel-Dieu de Lévis est une Lévisienne. Flavie, fille d’Angélique Chénier et de David Hété, est la première enfant à avoir pointé le bout de son nez à l’unité mère-enfant de l’hôpital lévisien le 1er janvier.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 23 décembre 2019

Pour Noël, je souhaite à tous les lecteurs du Journal de Lévis et leur famille que les Fêtes vous offrent une occasion unique de vous rapprocher des personnes avec qui vous partagez des valeurs, des affinités ou des amitiés. Je vous souhaite, ainsi qu’à votre famille, de vivre ces doux moments. Que la fête de Noël vous apporte tout ce que vous désirez, bien du plaisir et des surprises.

Un archéologue lévisien fait une découverte de 44 000 ans

L’archéologue Maxime Aubert, diplômé en 1997 du Cégep de Lévis-Lauzon, a découvert en Indonésie une peinture représentant la plus vieille scène de chasse de l’humanité.

Tous les futurs infirmiers du CLL ont réussi leur examen

Ce sont 100 % des étudiants diplômés en Soins infirmiers du Cégep de Lévis-Lauzon (CLL) qui ont réussi leur examen d’admission à l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) en septembre dernier.

Rétrospective de février

Pendant que la Ville de Lévis ne savait plus où mettre la neige, le tournoi atome de Lévis accueillait une légende, des changements s’officialisaient à la Chambre de commerce, les Chevaliers terminaient leur saison régulière et l’Hôtel-Dieu de Lévis inaugurait une nouvelle aile.

Le CPE Vire-Crêpe récompensé pour son projet inspirant

Le Centre de la petite enfance-Bureau coordonnateur de la garde en milieu familial (CPE-BC) Vire-Crêpe a été récompensé par Environnement Jeunesse, le 6 novembre dernier, pour sa semaine sans jouet.