Danielle Buchanan a débuté sa carrière de policière en 1981 pour le service de police de la Ville de Saint-Romuald. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

En poste depuis 1981 et première policière municipale sur la Rive-Sud, Danielle Buchanan a pris sa retraite après 38 ans de service, le 13 décembre dernier. Portrait d’une pionnière du Service de police de la Ville de Lévis qui a ouvert des portes et changé les perceptions d’un métier typiquement masculin à l’époque.

En 1980, Danielle Buchanan a obtenu son diplôme en techniques policières du Cégep Garneau. Elle avait fait le choix de prendre une voie atypique pour les femmes. Au fond d’elle, la policière savait qu’elle ferait les choses différemment dès son tout jeune âge. «Déjà à 15 ans, je me suis inscrite dans les cadets de l’air. C’était la première année que les cadets admettaient des femmes dans leurs rangs. À 18 ans, j’ai été transférée au 6e Régiment d’artillerie de campagne à Lévis. J’y suis restée pendant près de 10 ans», se rappelle-t-elle.

Une fois sa formation terminée, la femme qui a grandi à Lévis a postulé dans plusieurs municipalités de la province. «J’ai envoyé une cinquantaine de CV dans différents services de police. Je n’ai reçu que des réponses négatives indiquant qu’ils n’avaient pas besoin de personnel. Par contre, mes collègues qui avaient gradué en même temps que moi recevaient des réponses positives», raconte Mme Buchanan. À ce moment, elle a décidé de travailler à temps plein comme réserviste dans les Forces armées canadiennes.

En 1981, elle a eu vent que le chef de police de la Ville de Saint-Romuald, Claude Bouchard, était «un visionnaire et souhaitait engager une femme». Danielle Buchanan est montée sur sa moto et s’est rendue à l’entrevue. Arrivée là-bas, elle a décroché l’emploi et y est restée pendant 38 ans. Dès les débuts, elle a voulu démontrer qu’elle était à la hauteur de l’emploi. «Je devais faire du mieux que je pouvais et je ne pouvais pas avoir peur de certaines situations. J’avais des choses à prouver. Ma force a toujours été d’être proche de la population et de prendre le temps de discuter tandis qu’à l’époque, ça se tapochait», partage la policière.

Une inspiration à l’écoute de sa communauté

«Certaines m’ont déjà dit : “Tu nous as inspirées, tu as foncé et tu nous as ouvert la porte”», souligne humblement Danielle Buchanan. Cette dernière a travaillé sur la patrouille, les enquêtes générales, les enquêtes jeunesse, la vérification dans les bars et restaurants ainsi que comme technicienne en ivressomètre et aujourd’hui, elle travaille à l’accueil du poste de police. Au cours de sa carrière, elle a toujours été une inspiration et une personne de confiance pour ses collègues et celles qui souhaitaient prendre la même voie que la sienne.

Bien que le métier ait énormément changé avec les années, elle l’aime toujours autant. «J’ai eu beaucoup de plaisir à faire mon métier. J’ai cumulé plusieurs bons coups et aidé les gens, mais d’abord et avant tout, je ne me suis jamais prise au sérieux. J’ai toujours été quelqu’un du peuple et j’ai toujours fait partie du peuple», relate Mme Buchanan.

Une retraite bien méritée

 La policière décorée de plusieurs honneurs lors de ses années de service prend sa retraite en paix. Celle qui est passionnée par les chiens de traîneaux depuis une trentaine d’années pourra s’y consacrer à temps plein. De plus, elle prévoit passer du temps avec ses proches et ses amis ainsi qu’en profiter pour voyager. 

C’est une policière qui a changé le visage de la police municipale qui se retire, une femme qui a toujours tendu la main vers l’autre et pour qui le contact avec la population était sa priorité. «Je vais me souvenir des moments où j’ai pu sauver des gens et oublier les moments plus difficiles. Je suis fière d’avoir pu inspirer des femmes policières et de voir qu’il y en a de plus en plus dans toute la province», conclut Danielle Buchanan.

Les plus lus

Lévis en vedette au gala télévisé Célébration

Deux Lévisiens, Jacques Mathault et Cédric Bilodeau, participeront au gala Célébration 2020 de Loto-Québec, télédiffusé le dimanche 12 janvier à compter de 20h30 sur les ondes de TVA. La troupe de danse lévisienne DM Nation font aussi partie des artistes en vedette lors du gala. ·

Le Complexe aquatique multifonctionnel enfin inauguré

Après plus d’une trentaine d’années de discussions, d’attente et d’élaboration, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, accompagné des représentants des gouvernements provincial et fédéral ainsi que des conseillers municipaux, a procédé à l’inauguration de cette infrastructure située dans le secteur Saint-Nicolas dont la conception représente un investissement de 35,5 M$.

Un camarade à quatre pattes à l’École de Taniata

Les élèves de l’établissement d’enseignement primaire de Saint-Jean-Chrysostome accueillent dans leur classe depuis quelques semaines le chien Mira Padmé. Le compagnon poilu apporte une présence rassurante et apaisante aux jeunes.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 31 décembre

Cette semaine, je poursuis mes souhaits aux personnalités de la région. Je profite de l’occasion pour vous souhaiter, mes chers lecteurs, une bonne année 2020!

Flavie, bébé de l’année à l’Hôtel-Dieu de Lévis

Le premier bébé de l’année 2020 à l’Hôtel-Dieu de Lévis est une Lévisienne. Flavie, fille d’Angélique Chénier et de David Hété, est la première enfant à avoir pointé le bout de son nez à l’unité mère-enfant de l’hôpital lévisien le 1er janvier.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 23 décembre 2019

Pour Noël, je souhaite à tous les lecteurs du Journal de Lévis et leur famille que les Fêtes vous offrent une occasion unique de vous rapprocher des personnes avec qui vous partagez des valeurs, des affinités ou des amitiés. Je vous souhaite, ainsi qu’à votre famille, de vivre ces doux moments. Que la fête de Noël vous apporte tout ce que vous désirez, bien du plaisir et des surprises.

Un archéologue lévisien fait une découverte de 44 000 ans

L’archéologue Maxime Aubert, diplômé en 1997 du Cégep de Lévis-Lauzon, a découvert en Indonésie une peinture représentant la plus vieille scène de chasse de l’humanité.

Tous les futurs infirmiers du CLL ont réussi leur examen

Ce sont 100 % des étudiants diplômés en Soins infirmiers du Cégep de Lévis-Lauzon (CLL) qui ont réussi leur examen d’admission à l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) en septembre dernier.

Rétrospective de février

Pendant que la Ville de Lévis ne savait plus où mettre la neige, le tournoi atome de Lévis accueillait une légende, des changements s’officialisaient à la Chambre de commerce, les Chevaliers terminaient leur saison régulière et l’Hôtel-Dieu de Lévis inaugurait une nouvelle aile.

Le CPE Vire-Crêpe récompensé pour son projet inspirant

Le Centre de la petite enfance-Bureau coordonnateur de la garde en milieu familial (CPE-BC) Vire-Crêpe a été récompensé par Environnement Jeunesse, le 6 novembre dernier, pour sa semaine sans jouet.