Depuis l’arrivée du LPU, la STLévis enregistrée une augmentation de 19 % de sa clientèle étudiante tous titres de transport confondus. CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Le laissez-passer universel (LPU) de l’Université Laval n’a engendré que du positif pour la Société de transport de Lévis (STLévis) depuis son implantation à l’automne dernier. En effet, la STLévis a enregistré une augmentation de 40 % de l’achalandage étudiant destiné à l’Université Laval.

Ce partenariat entre la Confédération des associations d’étudiants et étudiantes de l’Université Laval (CADEUL), l’Association des étudiants de Laval inscrits aux études supérieures (AELIÉS), la STLévis, le Réseau de transport de la Capitale (RTC) et l’Université Laval permet aux étudiants de l’Université Laval de bénéficier d’un LPU pour le transport en commun du réseau de la STLévis et du RTC à un tarif avantageux inclus dans leurs frais d’inscription.

La société de transport lévisienne a également constaté une augmentation de 19 % de sa clientèle étudiante tous titres de transport confondus depuis l’automne. La STLévis rapporte que le projet était discuté depuis plusieurs années déjà et son déploiement n’est que bénéfique.

«Il a fallu ajouter des doubleurs afin d’offrir du service supplémentaire à des heures clés. Donc, on a un revenu supplémentaire qu’on réinvestit dans notre service pour répondre à la hausse», explique Mario Fortier, président de la STLévis.

La STLévis a observé une augmentation de 21 % de son achalandage en dehors des heures de pointe, comme quoi le LPU a des impacts à bien des niveaux. «Ce qu’on remarque aussi, c’est qu’il y a une croissance qui s’observe en dehors des heures de pointe. Ça nous a permis d’augmenter notre achalandage entre 9h et 15h, c’est très positif. On voit une foule de retombées», ajoute Jean-François Carrier, directeur général de la société de transport.

Un effet exponentiel

 Pour l’automne 2019, 3 200 étudiants de l’Université Laval étaient répertoriés sur la Rive-Sud et les statistiques démontrent que 4 368 étudiants détenteurs du LPU ont utilisé les services de la STLévis au moins une fois durant cette période. «Ce qui est intéressant aussi pour Lévis, c’est qu’on se rend compte qu’il y a plus d’étudiants qui ont utilisé leur passe à Lévis que le nombre de passes émises. Ce qui veut dire que les gens de Québec utilisent leur passe pour venir ici», expose Mario Fortier.

Pour supporter cette hausse d’achalandage, la STLévis a augmenté la fréquence de passage des trajets L2 et L3 toutes les 7,5 minutes au lieu d’aux 15 minutes pendant les heures de pointe. Elle a d’ailleurs remarqué une hausse significative de l’utilisation de son application mobile qui permet aux usagers de connaître l’horaire des autobus.

Au total, ce sont 116 356 déplacements sur le réseau en provenance ou en partance de l’Université Laval qui ont été enregistrés par la STLévis.

Pour la suite des choses, la STLévis souhaite que le projet du LPU inspire les entreprises et les organisations des alentours. «Ce projet-là est profitable pour l’ensemble de la population parce qu’on ajoute du service. Notre espoir, c’est que ça contamine d’autres organisations et qu’elles prennent exemple sur ce succès de l’Université Laval en fonction de leur réalité», conclut le directeur général de la STLévis.

Les plus lus

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

Deux nouveaux sentiers hivernaux répertoriés à Lévis

La liste des sentiers qui figurent dans le Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et Lévis élaboré par Ça marche Doc s’allonge avec six nouveaux parcours à découvrir sur les rives sud et nord.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

L’OPC veut mettre un frein à la «surpopulation féline»

Estimant que Lévis vit un problème de «surpopulation féline», l’Organisme pour la protection des chats (OPC) demande à la Ville de Lévis de s’attaquer à cette problématique.

Réforme de la gouvernance scolaire : la CSN craint un recul pour la CSDN

Par voie de communiqué, le Syndicat soutien scolaire des Navigateurs, une unité affiliée à la CSN qui regroupe plus de 1 500 membres du personnel de soutien des secteurs administratif, technique en adaptation scolaire et en services de garde ainsi que du personnel de soutien manuel et de service de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN), a attaqué, le 27 janvier, la réforme envisagée par Qu...

Un Lévisien en vedette dans L’appartement

Nouvelle «série-réalité» du Club Illico, L’appartement aura des couleurs lévisiennes. En effet, l’un des cinq participants de l’émission, Pierre-Alexandre Imbeault, est originaire de Lévis. Une opportunité qui permettra au jeune de 19 ans de faire l’éloge de la différence, lui qui est en plein processus de transition de genre.

Conseil en bref : la biblio mobile, des jeux d’eau et le comité de toponymie reviennent

Une séance du conseil municipal s’est tenue le 10 février à l'hôtel de ville de Lévis. Voici en résumé les principaux points adoptés ou abordés lors de la séance par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 5 février 2020

L’avocate Marie-Ève Malenfant (1re photo) relève depuis peu un nouveau défi professionnel. Elle est de retour au sein du cabinet KSA Avocats.

Le projet de loi 40 adopté

Le projet de loi 40, qui vise à transformer les commissions scolaires en centres de services, à abolir les élections scolaires et à décentraliser la prise de décision, a été adopté le 8 février dernier.