Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

«Ce site industriel possède un bâtiment plus que centenaire ayant conservé une grande authenticité. Il présente une grande valeur patrimoniale, comme témoin de l’implantation de la petite industrie dans ce secteur de Lévis. Le bâtiment Les Scies Mercier figure à l’Inventaire des sites et des bâtiments incontournables du patrimoine industriel du Québec réalisé à compter de 2011 par l’Association québécoise du patrimoine industriel, en partenariat avec le ministère de la Culture. [...] Pour toutes les valeurs que représente ce site et l’importance qu’il a dans le paysage local, il nous apparait inconcevable qu’il soit détruit. Nous vous demandons donc de refuser cette demande d’autorisation de démolition», peut-on lire dans la missive de Clément Locat, président du comité du patrimoine de la FHQ.

Dans un avis public donné le 20 janvier, le secrétaire du comité de démolition de la Ville, David Gagné, a fait savoir que le propriétaire du 220, rue Napoléon-Mercier, 9122-2778 Québec Inc., a déposé une demande de démolition pour le bâtiment qui se trouve à cette adresse.

Érigé en 1880 comme entrepôt, le bâtiment a été considérablement modifié et agrandi à partir de 1911, année où Les Scies Mercier ont amorcé leurs activités dans le Vieux-Lévis. L'entreprise a déménagé ses activités dans le secteur Lauzon en 2010. Le Répertoire du patrimoine culturel du Québec estime notamment que «l'ensemble du bâtiment possède une intégrité exceptionnelle ce qui en fait l'un des plus importants témoins du patrimoine industriel de Lévis».

Rappelons toutefois qu'une partie de l'édifice a déjà été démolie il y a près de trois ans. En février 2017, une partie de la toiture du bâtiment s'était effondrée en raison des fortes accumulations de neige.

Protéger un «parent pauvre» du patrimoine

Au lieu d'étudier la demande de démolition, la Ville devrait plutôt trouver des solutions pour préserver le bâtiment selon la FHQ, un regroupement de 289 sociétés québécoises œuvrant dans les domaines de l’histoire, du patrimoine, de la généalogie, de la muséologie, de l’ethnologie et dans d'autres champs connexes à l’histoire..

«Ce bâtiment d’un tel intérêt devrait faire l’objet d’une citation au Patrimoine culturel du Québec par la ville dans les meilleurs délais afin de mettre fin définitivement à toute demande de démolition. Parallèlement, on devrait chercher rapidement à recycler le bâtiment et ses annexes par un usage correspondant aux caractéristiques et à la localisation du bâtiment pour éviter qu’il demeure inoccupé. Tous les équipements, machines et outillages qui s’y trouvent et témoignent de l’évolution des pratiques de l’industrie des scies devraient aussi faire l’objet de protection au moyen de la citation. De même, le savoir-faire qui s’est développé au cours du siècle dernier en ces lieux mérite d’être documenté. Le patrimoine industriel, qui demeure malheureusement le parent pauvre en terme de mise en valeur mérite ici la plus grande attention», argue M. Locat.

Le ministère de la Culture «suit la situation»

Joint par le Journal, le ministère de la Culture et des Communications du Québec a fait savoir que la demande de démolition du bâtiment était un dossier qu'il suivait.

«Le ministère connaît ce bâtiment, échange avec la Ville de Lévis et suit la situation de près. Le bâtiment ne possède aucun statut en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. La Ville de Lévis a reçu la demande du propriétaire, mais n’a pas encore statué sur la démolition de l’édifice», a déclaré Émilie Mercier, l'une des porte-paroles du ministère.

Du même souffle, Mme Mercier a rappelé qu'une subvention pourrait être accordée afin de sauvegarder le bâtiment.

«L’édifice des Scies Mercier pourrait être admissible au volet 1 du Programme de soutien au milieu municipal en patrimoine immobilier pour des travaux de restauration dans la mesure où la Ville de Lévis concluait une entente avec le ministère. L’aide financière accordée au propriétaire pourrait atteindre de 50 % à 70 % des dépenses admissibles», a-t-elle expliqué.

Les plus lus

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

Deux nouveaux sentiers hivernaux répertoriés à Lévis

La liste des sentiers qui figurent dans le Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et Lévis élaboré par Ça marche Doc s’allonge avec six nouveaux parcours à découvrir sur les rives sud et nord.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

L’OPC veut mettre un frein à la «surpopulation féline»

Estimant que Lévis vit un problème de «surpopulation féline», l’Organisme pour la protection des chats (OPC) demande à la Ville de Lévis de s’attaquer à cette problématique.

Réforme de la gouvernance scolaire : la CSN craint un recul pour la CSDN

Par voie de communiqué, le Syndicat soutien scolaire des Navigateurs, une unité affiliée à la CSN qui regroupe plus de 1 500 membres du personnel de soutien des secteurs administratif, technique en adaptation scolaire et en services de garde ainsi que du personnel de soutien manuel et de service de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN), a attaqué, le 27 janvier, la réforme envisagée par Qu...

Un Lévisien en vedette dans L’appartement

Nouvelle «série-réalité» du Club Illico, L’appartement aura des couleurs lévisiennes. En effet, l’un des cinq participants de l’émission, Pierre-Alexandre Imbeault, est originaire de Lévis. Une opportunité qui permettra au jeune de 19 ans de faire l’éloge de la différence, lui qui est en plein processus de transition de genre.

Conseil en bref : la biblio mobile, des jeux d’eau et le comité de toponymie reviennent

Une séance du conseil municipal s’est tenue le 10 février à l'hôtel de ville de Lévis. Voici en résumé les principaux points adoptés ou abordés lors de la séance par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 5 février 2020

L’avocate Marie-Ève Malenfant (1re photo) relève depuis peu un nouveau défi professionnel. Elle est de retour au sein du cabinet KSA Avocats.

Le projet de loi 40 adopté

Le projet de loi 40, qui vise à transformer les commissions scolaires en centres de services, à abolir les élections scolaires et à décentraliser la prise de décision, a été adopté le 8 février dernier.