CRÉDIT : ARCHIVES

Le taux de suicide était en légère diminution au Québec, en 2017, d’après des données compilées par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et rendues publiques le 3 février dernier. Toutefois, en Chaudière-Appalaches, l’organisme a plutôt noté une légère augmentation.

Par Mélanie Labrecque – Collaboration spéciale

Alors qu’en 2017, le taux s’établissait à 12 pour 100 000 habitants au Québec (12,8 en 2016), il était de 19,5 pour 100 000 personnes en Chaudière-Appalaches (16,4 en 2016).

«C’est une situation qui nous préoccupe et que nous suivons de près. La nuance que j’amènerais c’est que ce n’est pas inhabituel d’observer un nombre de décès différent d’une année à l’autre. Il y a toujours des variations», a assuré la spécialiste de la prévention du suicide à la direction de la santé publique de la Chaudière-Appalaches, Édith St-Hilaire.

L’INSPQ a compté, en Chaudière-Appalaches, 81 suicides en 2017, 72 en 2016, 79 en 2015 et en 2014, 75 en 2013 et 80 en 2012. «Lorsque l’on regarde les moyennes sur quelques années, c’est plutôt stable. […] Le nombre de 2017 est préoccupant, mais peut-être qu’en 2018 il aura diminué et qu’on pourra continuer de dire que le taux est stable sur une période de cinq ans.»

Causes

D’après Édith St-Hilaire, il est difficile de mettre le doigt sur la ou les causes qui pourraient expliquer un taux de suicide plus élevé en Chaudière-Appalaches. «S’il y avait une raison, on s’y serait attaqué depuis longtemps. […] C’est quelque chose que l’on prend très au sérieux. Il y a probablement plusieurs facteurs», a rappelé Mme St-Hilaire.

Au nombre de ces facteurs, elle mentionne que l’on retrouve souvent un taux plus élevé dans les régions rurales. Les hommes, dont le taux de suicide est plus élevé, ont également moins tendance à demander de l’aide lorsqu’ils en auraient besoin.

Prévention

Face à cette situation, le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Chaudière-Appalaches ne reste pas les bras croisés et mise beaucoup sur la prévention. Il a adopté, en 2017, un plan d’action régional pour prévenir les suicides.

«Il y a plusieurs formations visant différents types d’intervenants. Il y a celles qui sont plus poussées pour ceux qui doivent intervenir auprès de la personne suicidaire à l’aide des bonnes pratiques. […] Il y a une nouvelle formation qu’on appelle Repérage qui s’adresse aux intervenants sociaux qui n’ont pas nécessairement à intervenir auprès des personnes suicidaires, mais qui pourraient en repérer parmi leur clientèle. On parle notamment d’infirmières, d’ergothérapeutes ou des préposés aux bénéficiaires», a mentionné Mme St-Hilaire.

S’ajoute également le réseau des sentinelles, ce groupe d’adultes bénévoles formés pour établir le contact entre les personnes en détresse et les ressources d’aide. On en retrouve plus de 1 000 sur tout le territoire du CISSS de Chaudière-Appalaches.

Toutefois, tout n’est pas tout noir dans ce rapport. Mme St-Hilaire voit dans ces données une lueur d’espoir. Le taux de suicide chez les plus jeunes (adolescents et jeunes adultes) connaît une légère diminution. «La bonne nouvelle, c’est que les plus jeunes ont un peu plus entendu le message que c’est important de demander de l’aide lorsque ça ne va pas bien, qu’il y a toujours des solutions.»

Édith St-Hilaire rappelle qu’il existe plusieurs ressources disponibles pour les personnes qui auraient besoin d’aide. Il y a, entre autres, la ligne téléphonique 1 866 APPELLE (1 866 277-3553) ou Info Santé (811). Un intervenant social y offre un soutien confidentiel 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

 

Les plus lus

Des bleuets pour la bonne cause

Dans le cadre d'une collecte de dons au profit de trois organismes communautaire, petits et grands pourront venir cueillir gratuitement des fruits à la Bleuetière DuRoy, à St-Étienne-de-Lauzon, les samedis 25 juillet, 1er et 8 août.

Lettre d'opinion - Un site qui a besoin d'amour

Il arrive parfois que l'ordre des choses établi soit bouleversé; dans une pièce avec un café, une plume s'éveille sur le tard, n'ayant ni crédit ni tribune pour se faire entendre. Incapable d'arrêter d'écrire, dans certain cas particulier, cela donna naissance, au début des années 1970, au phénomène du journalisme gonzo; le texte qui suit en est une tentative de ma part.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

Après une accalmie d'une semaine, les autorités sanitaires ont confirmé, jeudi, qu'un nouveau cas d'infection au coronavirus avait été constaté en Chaudière-Appalaches, plus précisément à Lévis.

COVID-19: un nouveau cas en Chaudière-Appalaches

Après près d’une semaine sans nouveau cas, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a recensé une infection supplémentaire à la COVID-19, à Lévis. Depuis le début de la crise, 523 personnes ont contracté la maladie en Chaudière-Appalaches.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

COVID-19 : quatre nouveaux cas dans la région

La «disparition» du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches n'aura duré que 24 heures. Selon les plus récentes données des autorités sanitaires, quatre résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Une nouvelle garderie à Saint-Jean-Chrysostome

Le Centre éducatif sous les arbres, une garderie privée subventionnée située sur l’avenue Taniata, ouvrira ses portes d’ici la fin septembre.

Une maison des aînés et alternative à Saint-Étienne-de-Lauzon

Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, accompagnée de Marc Picard, député des Chutes-de-la-Chaudière, a annoncé la création d’une maison des aînés et alternative dans le secteur Saint-Étienne-de-Lauzon au prolongement de l’avenue Albert-Rousseau, le 28 juillet.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter

Sept personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs continue d'augmenter. Au Québec, le dernier bilan fait état de 145 nouveaux cas.