Le secteur de la Traverse, vers 1920. CRÉDIT : BANQ - COLLECTION MAGELLA BUREAU

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrier.

Par Claude Genest – Ancien président de la Société d’histoire de Lévis

La vie associative et sociale s’active aussi avec la mise sur pied à Bienville, en janvier 1919, d'une «Ligne des citoyens» et en février on remarque qu'un «auditoire considérable» assiste dans la grande salle du Collège de Lévis à une «causerie» du docteur Béland «sur ses années de captivité en Allemagne».

Le mois suivant, une «assistance nombreuse» se déplace pour une messe commémorative à la suite de la mort le 17 février de l'ancien premier ministre du Canada, Wilfrid Laurier. Bref, on ne note aucune trace tangible de distanciation sociale prolongée dans les Dates Lévisiennes après une période de contagion fulgurante, mais relativement brève l'automne précédent.

L'archiviste-historien Pierre-Georges Roy ne revient pas sur l'épidémie de 1918. En matière de santé, il soulève seulement le fait qu’à la fin de janvier 1919, les médecins de Lévis, Lauzon et Bienville se sont entendus sur une série de nouveaux tarifs. Pour sa part, Mgr Élias Roy relève dans son Esquisse historique du Collège de Lévis le retour de la grippe en mars 1920 qui force le renvoi des élèves du 8 mars au 5 avril.

Au niveau économique, la pandémie de 1918 n'améliore en rien la longue période de morosité économique qui perdurait à Lévis depuis la fin du XIXe siècle, période marquée par une stagnation de sa population, une diminution des activités ferroviaires dans le secteur de la Traverse et par la fermeture de l'importante usine Carrier et Lainé.

L'épidémie de 1918 coïncide aussi avec la fin de la Première Guerre mondiale (1914-1918) qui avait amené un temporaire regain d'activité autour de la construction navale.  Si bien qu'en janvier 1920 un citoyen déplore dans le journal L'Action catholique que Lévis «piétine sur place».

Plus encore, une récession d’après-guerre touche l'économie canadienne entre 1920 et 1922, ce qui n'améliore guère les choses comme le soulève le curé François-Xavier Gosselin en 1921.

De son côté, la Chambre de commerce de Lévis déplore, avant même l'épidémie, «l'apathie de nos marchands» et tentera le grand coup pour relancer Lévis en 1928 avec la publication d'un album mettant de l'avant les avantages de Lévis. Imprimé et distribué dans de nombreux endroits en Amérique du Nord, cet album bilingue de 112 pages rédigé par le secrétaire de la Chambre, Léon Roy, contient des vues à vol d'oiseau et vise à mettre en valeur Lévis auprès d'un public composé essentiellement de gens d'affaires. Cette belle tentative de relance sera freinée par le krach boursier d’octobre 1929, annonciateur de la dépression économique des années 1930.

 

Les plus lus

COVID-19 : quatre écoles lévisiennes touchées par au moins un cas de COVID-19

Le gouvernement du Québec a rendu publique, mardi, une nouvelle liste des écoles touchées par au moins un cas de COVID-19 rapporté avec diagnostic dans la province. En date du 14 septembre à 16h, quatre établissements lévisiens du Centre de services scolaire des Navigateurs (CSSDN) font partie de cette liste.

Le Vieux-Lauzon dans une impasse pour le déneigement

À la suite de l’abandon de «615 clients» par l’entreprise de déneigement qui chapeaute Beau-site excavation et Déneigement Lévis-Lauzon, les résidents du secteur du Vieux-Lauzon font des pieds et des mains depuis la fin juillet afin de trouver une compagnie de déneigement qui pourrait desservir le quartier.

COVID-19 : ceux qui ont visité le zoo Miller le 17 août appelés à se faire tester

Deux personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de dix personnes. Au Québec, le dernier bilan fait état de 111 nouveaux cas.

Deux employés du CSSDN ont contracté la COVID-19

Le Centre de services scolaire des Navigateurs (CSSDN) a confirmé, le 9 septembre que deux membres du personnel travaillant dans deux établissements différents ont obtenu un résultat positif lors d'un test de dépistage de la COVID-19.

COVID-19 : un weekend difficile pour la Chaudière-Appalaches

Les données des 24 dernières heures concernant la COVID-19 au Québec rapportent deux décès et 19 nouveaux cas dans la région de la Chaudière-Appalaches, ce 20 septembre.

La COVID-19 emporte un neuvième résident de la Chaudière-Appalaches

Après une accalmie d'un peu plus de quatre mois à ce chapitre, le nouveau coronavirus a récemment provoqué un nouveau décès en Chaudière-Appalaches. Il s'agit de la neuvième personne à mourir de la maladie dans la région depuis le début de la crise sanitaire.

COVID-19 : 42 cas découverts en Chaudière-Appalaches au cours des quatre derniers jours

Au cours du long congé de la fête du Travail, 42 résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris qu'ils ont contracté la COVID-19.

La survie racontée dans une série télé

La tribu des Primitifs, une école de survie basée à Lévis, est au cœur d’un nouveau docu-réalité qui sera diffusé à partir du 4 septembre sur Historia. Les caméras ont suivi les instructeurs Mathieu Hébert et Geneviève Lavoie ainsi que d’autres membres de cette communauté de passionnés lors de cours et d’expéditions dans des lieux sauvages du territoire québécois.

COVID-19 : six nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), six nouveaux cas confirmés d'infection au nouveau coronavirus ont été découverts dans la région au cours des 24 dernières heures. La majorité de ces cas sont concentrés dans les MRC de Beauce-Sartigan (région de Saint-Georges) et des Appalaches (région de Thetford Mines).

COVID-19 : La Chaudière-Appalaches passe au niveau préalerte

Devant la flambée de nouveaux cas qui frappe le Québec depuis plusieurs jours, le gouvernement du Québec a annoncé, le 15 septembre, qu'il faisait passer le palier d'alerte de quatre régions administratives du niveau vigilance (vert) au niveau préalerte (jaune). La Chaudière-Appalaches est l'une des quatre régions qui sont désormais davantage sous surveillance par les autorités sanitaires.