La mesure s'appliquent aux événements de nature sociale, commerciale, religieuse, culturelle, sportive, de loisir ou de divertissement. CRÉDIT : ARCHIVES

Un maximum de 250 personnes pourront se regrouper dans les lieux extérieurs publics, dès ce mercredi 5 août. Une distance de deux mètres devra être maintenue entre les individus et ce, dans la mesure du possible. La tenue est festival est aussi maintenant autorisée.

Ce n'est plus 50 mais 250 personnes que peuvent accueillir les événements extérieurs, a annoncé le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, ce 5 août. Cette limite s'applique au nombre d'individus dans le public, sans compter le personnel et les artistes.

Cette mesure s'appliquent aux événements de nature sociale, commerciale, religieuse, culturelle, sportive, de loisir ou de divertissement, incluant les festivals et les autres événements publics extérieurs de même nature, dont la tenue est désormais autorisée dans le respect des mesures mentionnées.

La pratique du sport professionnel devant public devient aussi permise, incluant dans des lieux extérieurs publics lorsque les règles sont respectées.

Dans la foulée de cette annonce, la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, a fait savoir que l'annulation des festivals et des événements est levée, et ce, pour toutes les régions du Québec. Les promoteurs ont le feu vert reprendre leurs activités dès aujourd'hui à condition de se conformer aux directives des autorités de santé publique.

La règle des 2 mètres maintenue

Ainsi, les organisateurs de festivals et d'événements devront s'assurer de contrôler les entrées et sorties ainsi que de respecter en tout temps le nombre maximal de personnes permis sur le site extérieur, soit 250. Ils devront également mettre en place des mesures pour favoriser le maintien d'une distance de 2 mètres entre les participants qui ne résident pas à la même adresse.

La limite de 250 personnes ne concerne toutefois pas les personnes qui demeurent dans leur voiture, par exemple dans le cas des ciné-parcs, les manifestations pacifiques et les événements qui se déroulent sur des plusieurs sites, tant que les différents lieux sont séparés les uns des autres. Chaque site doit avoir sa propre zone d'accès et d'attente.

Les organisateurs devront s'assurer que la capacité du site permet le maintien d'une distance de deux mètres entre les personnes ou les maisonnées rassemblées.

Si le respect des règles devient impossible, les organisateurs auront la responsabilité de mettre fin à l'événement. Par ailleurs, un permis ou l'autorisation nécessaire à l'organisation d'un événement ne pourra pas être délivré dans certains cas, notamment lorsque la capacité du site ne permet pas le maintien d'une distance de deux mètres entre les participants.

En cas d'infraction, les responsables visés pourraient se voir imposer des amendes se situant entre 1 000 $ et 6 000 $.

Les plus lus

COVID-19 : quatre écoles lévisiennes touchées par au moins un cas de COVID-19

Le gouvernement du Québec a rendu publique, mardi, une nouvelle liste des écoles touchées par au moins un cas de COVID-19 rapporté avec diagnostic dans la province. En date du 14 septembre à 16h, quatre établissements lévisiens du Centre de services scolaire des Navigateurs (CSSDN) font partie de cette liste.

Un nouveau nom pour le cégep

Le Cégep de Lévis-Lauzon n'est plus. L'institution collégiale lévisienne se nommera désormais le Cégep de Lévis. La direction de l'école a dévoilé au personnel du cégep ce changement de nom et la nouvelle identité visuelle de l'établissement le 20 août dernier.

Le Vieux-Lauzon dans une impasse pour le déneigement

À la suite de l’abandon de «615 clients» par l’entreprise de déneigement qui chapeaute Beau-site excavation et Déneigement Lévis-Lauzon, les résidents du secteur du Vieux-Lauzon font des pieds et des mains depuis la fin juillet afin de trouver une compagnie de déneigement qui pourrait desservir le quartier.

COVID-19 : ceux qui ont visité le zoo Miller le 17 août appelés à se faire tester

Deux personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de dix personnes. Au Québec, le dernier bilan fait état de 111 nouveaux cas.

Deux employés du CSSDN ont contracté la COVID-19

Le Centre de services scolaire des Navigateurs (CSSDN) a confirmé, le 9 septembre que deux membres du personnel travaillant dans deux établissements différents ont obtenu un résultat positif lors d'un test de dépistage de la COVID-19.

Nouvelle antenne de Vidéotron à Saint-Nicolas : la Ville refuse que le projet soit réalisé sur son terrain

Au courant de la semaine du 17 août, les élus de la Ville de Lévis ont décidé de ne pas conclure de bail avec Vidéotron en vue de l’érection d’une nouvelle antenne de télécommunications à l’arrière de la caserne de pompiers de Saint-Nicolas. C’est en raison de l’opposition des résidents du secteur que les échevins lévisiens ont rejeté le projet sous sa mouture actuelle.

COVID-19 : deux nouveaux cas à Lévis

Dans son bilan régional publié vendredi, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé que deux nouveaux d'infection au coronavirus ont récemment été découverts dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : 42 cas découverts en Chaudière-Appalaches au cours des quatre derniers jours

Au cours du long congé de la fête du Travail, 42 résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris qu'ils ont contracté la COVID-19.

La survie racontée dans une série télé

La tribu des Primitifs, une école de survie basée à Lévis, est au cœur d’un nouveau docu-réalité qui sera diffusé à partir du 4 septembre sur Historia. Les caméras ont suivi les instructeurs Mathieu Hébert et Geneviève Lavoie ainsi que d’autres membres de cette communauté de passionnés lors de cours et d’expéditions dans des lieux sauvages du territoire québécois.

La COVID-19 emporte un neuvième résident de la Chaudière-Appalaches

Après une accalmie d'un peu plus de quatre mois à ce chapitre, le nouveau coronavirus a récemment provoqué un nouveau décès en Chaudière-Appalaches. Il s'agit de la neuvième personne à mourir de la maladie dans la région depuis le début de la crise sanitaire.