Dans sa vidéo, Anaïs Gamache résume les nombreux impacts négatifs de la surconsommation humaine sur la Terre ainsi que des pistes de solution pour freiner les changements climatiques. CRÉDIT : CAPTURE D'ÉCRAN

Si l’année 2019-2020 aura marqué les élèves québécois du secondaire en raison de la pandémie, les derniers mois auront permis à une finissante du Collège Dina-Bélanger de Saint-Michel-de-Bellechasse de faire une différence pour sa société. Grâce à son projet entrepreneurial, Anaïs Gamache a utilisé différentes plateformes Web pour inciter la population à diminuer son empreinte environnementale.

Dans le cadre de leur parcours en entrepreneuriat, l’enseignant d’Anaïs et de ses compagnons de classe, leur a demandé de réaliser un projet en lien avec l’environnement. Désirant faire une différence pour sa société, l’élève de secondaire 5 vivant à Montmagny a alors décidé de créer du contenu informatif sur le sujet qu’elle allait pouvoir partager par la suite sur le Web.

«C’est ainsi que mon blogue, Aujourd’hui pour demain, a vu le jour. Concrètement, j’ai pu présenter sur cette plateforme des alternatives zéro déchet. Je crois fermement que ce n’est pas en semant la panique qu’on parviendra à faire une différence sur l’écosystème, mais plutôt en offrant des solutions», se rappelle l’adolescente de 17 ans.

Pendant l’année scolaire, la jeune femme a donc abordé sur son blogue plusieurs thèmes visant à encourager ses lecteurs à réduire leur surconsommation, tels que des recettes pour faire ses propres produits ménagers, des recettes de cuisine végétarienne, l’utilisation de tampons démaquillants réutilisables et de démaquillant fait maison, l’utilisation de serviettes hygiéniques réutilisables ainsi que des indispensables à savoir sur le zéro déchet.

Une synthèse en vidéo

Après avoir travaillé sur son blogue pendant l’année scolaire, Anaïs Gamache a conclu son projet par la production d’une vidéo qu’elle a publiée sur YouTube (bit.ly/2NN5z4j). Fruit d’un travail de 124 heures en 8 jours, la vidéo permet à la finissante du Collège Dina-Bélanger de résumer les nombreux impacts négatifs de la surconsommation humaine sur la Terre ainsi que des pistes de solution pour freiner les changements climatiques.

Par ce médium, l’adolescente a ainsi voulu partager une conviction que défendent plusieurs jeunes de sa génération : il est plus que temps d’agir.

«En 2020, ce n’est plus le temps de faire un simple geste pour notre planète. Il est temps d’agir concrètement. Je veux un futur et pour ça, il faut s’occuper de notre terre mère avant qu’elle ne se décide à flancher sous le poids de notre société. J’ai voulu faire prendre conscience à notre société de ce qui se passe réellement dans le monde. C’est en commençant par changer ses habitudes de façon individuelle qu’on arrivera à pouvoir changer une société. [...] Notre terre mère vieillit et meurt petit feu par petit feu, mais c’est si minime qu’on ne s’en rend pas compte sur le coup. Par contre, à la fin du 365e jour, elle aura vieilli plus que l’année précédente et sera moins souffrante que l’année d’après. Alors notre terre c’est comme notre mère. Il est primordial d’en prendre soin pour la garder en vie. Voilà pourquoi ce sujet m’interpelle tant», illustre Anaïs.

Si la fin de l’année scolaire a également marqué la fin de son projet entrepreneurial encourageant les gens à faire une différence pour l’environnement, Anaïs Gamache entend bien poursuivre son implication à ce niveau dans le futur.

«Il serait faux de dire que mon dévouement pour la lutte pour l’environnement ne se poursuivra pas dans mon cheminement futur et peut-être même teinter mon parcours professionnel. Je vais continuer d’informer les gens autour de moi et de faire une différence dans mon quotidien. J’aurai beau me dévouer corps et âme pour faire comprendre que la préservation de l’environnement est importante, mais ce n’est qu’en prenant conscience par soi-même qu’on parvient à changer sa mentalité», conclut-elle.

Les plus lus

La RPA Seigneurie de Lévy fermera ses portes

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a confirmé au Journal, le 21 janvier, que la résidence privée pour aînés (RPA) La Seigneurie de Lévy, située dans le quartier Lévis, fermera ses portes le 22 septembre prochain.

Des Lévisiens pourront se faire livrer du pot en 90 minutes

La Société québécoise du cannabis (SQDC) a annoncé, le 9 janvier, qu'elle étendait dès aujourd'hui son service de livraison en 90 minutes aux municipalités de Lévis, Sainte-Anne-de-Beaupré, Trois-Rivières et Shawinigan.

Tempête hivernale : plusieurs services fermés

En raison de la tempête hivernale qui frappe actuellement la région, plusieurs services publics ont été fermés.

Leïla se pointe le bout du nez en premier à l’Hôtel-Dieu de Lévis

C’est à 1h19 le 1er janvier dernier que l’Hôtel-Dieu de Lévis a accueilli son premier bébé de l’année. Leïla Leblond est née d’une césarienne à 8,4 lbs au grand plaisir de ses parents, Jany Boulay Émond et Manuel Leblond, et de son grand frère, Owen.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 4 janvier 2023

Que cette nouvelle année qui vient d’ouvrir ses portes vous apporte le bonheur, la joie et la bonne santé et que chacun des jours de cette nouvelle année soit pour vous comme un beau cadeau et que tous vos vœux de 2023 se réalisent et que cette année, soit en tous points exquise. Et merci de continuer de supporter le Journal de Lévis. Bonne année!

Les pourcentages applicables pour le calcul d'ajustement des loyers dévoilés

Le Tribunal administratif du logement (TAL) a dévoilé, le 17 janvier, les pourcentages applicables pour le calcul d'ajustement des loyers en 2023, conformément au Règlement sur les critères de fixation de loyer.

Vers une grève de plusieurs jours à la STLévis?

Par voie de communiqué, le Syndicat des chauffeurs d'autobus de la Rive-Sud (CSN), le groupe qui représente les conducteurs de la Société de transport de Lévis (STLévis), a partagé, le 11 janvier, son désir d'accentuer ses moyens de pression. En raison de «l'impasse» dans les négociations afin de renouveler la convention collective des chauffeurs d'autobus, le syndicat prévoit déclencher une grève...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 11 janvier 2023

Je souhaite à notre députée des Chutes-de-la-Chaudière et ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Martine Biron (1re photo), beaucoup de voyages à l’étranger pour nous faire rayonner et du succès dans tous vos divers dossiers.

Chronique historique - La Coopérative d’habitation de Lévis

La chronique historique d’octobre 2022 qui portait sur la Société de construction permanente de Lévis et de l’éphémère Société de construction mutuelle de Lévis nous permet de nous souvenir d’une expérience plus récente, soit celle de la Coopérative d’habitation de Lévis aux débuts des années 1950. Projet qui fera sortir de terre un quartier complet sur les hauteurs de Lévis.

Effectif infirmier en hausse en Chaudière-Appalaches

Au 31 mars 2022, Chaudière-Appalaches comptait 3 % plus d’infirmiers et d’infirmières en emploi par rapport à la même période l’an dernier. C’est le double du taux pour l’ensemble du Québec (1,5 %). C’est l’une des informations qui ressort du plus récent portrait statistique présenté le 22 novembre par l’Ordre des infirmiers et infirmières du Québec (OIIQ).