Les mécaniciens de locomotive doivent activer le sifflet de train à 400 mètres d’un passage à niveau et jusqu'à celui-ci. CRÉDIT : ARCHIVES

La Ville entame les démarches nécessaires auprès du Canadien National (CN) afin de mettre fin aux sifflets de train aux passages à niveau du chemin de Charny, de la rue de la Traverse et de l’avenue des Églises.

Après avoir franchi l’ensemble des étapes permettant d’abolir les sifflets de train à Charny, la Ville prévoit d’effectuer les travaux de compensation en 2022, a annoncé Gilles Lehouillier, lors d’une conférence de presse, aux côtés de Karine Lavertu, conseillère municipale de Charny et Michel Turner, conseiller municipal de Breakeyville.

«Les budgets nécessaires visant à réaliser les mesures compensatoires exigées ont déjà été planifiés en bonne partie», a précisé le maire de Lévis. Une enveloppe d’1 M$ est prévue à cet effet et l’ensemble du conseil municipal soutient la démarche.

Pour commencer, Lévis présentera au Canadien National «des mesures de mitigation qui tiennent compte des préoccupations des citoyennes et citoyens du secteur».

Une fois les besoins des citoyens identifiés, une entreprise spécialisée en génie ferroviaire sera mandatée pour déterminer les mesures compensatoires à prévoir et l’estimation finale des coûts.

Quand le plan d’action de la Ville sera approuvé par les autorités, Lévis adoptera une résolution décrétant officiellement l’abolition du sifflet de train à Charny.

Le processus se conclura par la préparation des plans et devis, l’appel d’offres et finalement la réalisation des travaux.

Une rencontre d'information le 3 décembre

Pendant l’ensemble du processus, la Ville s’est dit prête à tenir au besoin toutes les séances d’information nécessaires auprès des citoyens concernés.

D’ailleurs, une première rencontre d’échanges et d’information virtuelle se tiendra le 3 décembre, à 19h, avec les résidents touchés par cette problématique afin de «mieux cerner les besoins et enclencher la procédure prévue».

Selon la réglementation fédérale, les mécaniciens de locomotive doivent activer le sifflet de train à 400 mètres d’un passage à niveau, et doivent actionner ce sifflet jusqu’à ce qu’ils occupent complètement le passage à niveau.

«Comme il y a trois traverses ferroviaires rapprochées dans le secteur de Charny, le sifflet de train doit être activé sur une distance minimale de 1,2 kilomètre, ce qui est à la source des demandes visant à faire cesser le sifflet de train», a souligné le maire.

Un groupe de citoyens excédés par la situation avaient d’ailleurs récemment rapporté au Journal qu’entre 180 et 220 sifflets de train se font entendre chaque jour dans leur quartier, sur un tronçon de moins de 750 mètres.

Les résidents de Charny avaient évalué le niveau sonore de ces sifflets entre 120 et 140 décibels, alors que le bruit dépassant les 80 décibels est dommageable pour la santé mentale et physique des humains, selon Santé Canada et Santé Québec, avaient-ils mentionné.

Face à cette problématique connue depuis les années 1990, Gilles Lehouillier s’était engagé lors de son élection à la mairie en 2013 à prendre les mesures pour abolir les sifflets de train à Charny. Dans cet objectif une étude avait été menée en 2015, mais de nouvelles obligations en matière ferroviaire imposées aux municipalités ont coupé court aux démarches visant l’abolition des sifflets de train.

«Depuis 2015, en raison de la nouvelle réglementation émise par le gouvernement fédéral sur la sécurité des passages à niveau, la Ville de Lévis a dû concentrer ses actions sur la remise aux normes de 28 passages à niveau», a justifié le maire de Lévis pour expliquer les délais. Après ces travaux réalisés au coût de 400 000 à 500 000 $, qui seront terminés d’ici 2021, ce devrait donc être au tour des sifflets de train d’être abolis d’ici 2022.

Les plus lus

COVID-19 : la clinique de dépistage de Lévis déménage au centre-ville

La clinique de dépistage de la COVID-19 de Lévis déménagera ses pénates cette semaine. Dès mercredi, elle sera désormais située dans les anciens locaux de Bingo Rive-Sud, dans la suite 180 du 50, route du Président-Kennedy (Place Lévis).

Les résidents du quartier de l’Aquifère mécontents

Face au développement immobilier, le Quartier Élévation, à Saint-Nicolas, les résidents de la rue de l’Aquifère et des voies alentours se mobilisent pour que le projet de 6 immeubles de 6 à 14 étages soit revu afin de mieux s’intégrer à ce secteur unifamilial.

La vaccination élargie à deux nouveaux groupes prioritaires en Chaudière-Appalaches

Depuis aujourd'hui la vaccination est élargie aux travailleurs essentiels de milieux à risque important d’éclosion et à certaines personnes ayant une maladie chronique.

Personne n’est invincible face à la COVID-19

Les dernières semaines n’ont pas été de tout repos pour Sébastien Duclos et sa famille. Ils se remettent tous de la COVID-19 qu’ils auraient contractée, croit-il, au début du mois d’avril, peu avant Pâques. Après avoir vécu les «12 pires jours» de sa vie, il a lancé un cri du cœur sur les médias sociaux implorant ses proches de ne pas «baisser la garde» face au virus et de respecter les normes san...

Transformer sa mort en nouvelle vie pour d’autres personnes

Si Françoise Leblond nous a quittés en mai 2019, sa générosité continue de faire une différence dans notre société. Après avoir eu recours à l’aide médicale à mourir (AMM), l’infirmière auxiliaire lévisienne a fait don de ses poumons, de ses reins et de son foie.

Fin des mesures d’urgence à Lévis et retour au palier rouge

À partir du 10 mai, les mesures spéciales d’urgence seront levées en dans la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, sauf dans trois MRC : Beauce-Sartigan, Robert-Cliche et des Etchemins. Toutes les écoles primaires de Chaudière-Appalaches pourront rouvrir dès cette date.

Le conseil municipal se penche sur l’avenir de l’ancien hôtel Victoria

Lors d’une séance extraordinaire de l’instance le 3 mai, les membres du conseil de municipal de Lévis ont entendu les appels déposés à la suite de la décision rendue par le comité de démolition dans le dossier de l’ancien hôtel Victoria. Deux groupes ont alors pu faire valoir leurs arguments, quelques mois après que le comité de démolition a refusé la demande de démolition déposée par le propriéta...

Chronique historique - Le méconnu Fort de Beaumont

Élément à part entière de la défense côtière de Québec lors de la Première Guerre mondiale (1914-1918), le Fort de Beaumont est, sans doute, le moins connu des six forts de la Rive-Sud de Québec.

La demande de démolition du bâtiment des Scies Mercier approuvée

Lors d’une séance de l’instance le 13 avril dernier, le comité de démolition de la Ville de Lévis a annoncé qu’il approuvait la demande de démolition et le projet de remplacement déposés par les propriétaires du bâtiment des Scies Mercier. Ils pourront donc aller vraisemblablement de l’avant avec la démolition du bâtiment situé sur la rue Napoléon-Mercier, dans le Vieux-Lévis, et l’érection par la...

COVID-19 : toujours près de 200 nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

Selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), 191 résidents de la région ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le coronavirus.