CRÉDIT : ARCHIVES

Si Françoise Leblond nous a quittés en mai 2019, sa générosité continue de faire une différence dans notre société. Après avoir eu recours à l’aide médicale à mourir (AMM), l’infirmière auxiliaire lévisienne a fait don de ses poumons, de ses reins et de son foie.

Souffrant d’une maladie neurodégénérative depuis plusieurs années, Françoise Leblond avait vu sa qualité de vie se détériorer, au point qu’elle désirait recevoir l’AMM depuis un certain temps. Avant son départ, elle commençait notamment à s’étouffer en mangeant.

Avant qu’elle ne contracte la maladie, l’infirmière auxiliaire désirait donner ses organes lors de son décès. Toutefois, ses proches et son docteur n’étaient pas au courant qu’il était possible pour une personne requérant l’AMM de faire ce don de vie. C’est ce qu’a finalement appris fortuitement la fille de Françoise Leblond, la Lévisienne Karine Desjardins, à son travail.

Inhalothérapeute en soins pédiatriques au Centre hospitalier de l’Université Laval (CHUL) à Québec, Karine Desjardins travaille notamment avec le Dr Matthew Weiss, intensiviste pédiatrique qui est également directeur médical du don d’organes chez Transplant Québec. Cet organisme assure la coordination du don d’organes au Québec.

Alors qu’ils se trouvaient en salle de sédation, le Dr Weiss a demandé à la travailleuse de la santé lévisienne de corriger un texte de présentation sur sa carrière avant une conférence. En corrigeant ses tournures de phrase, Karine Desjardins a découvert que le don d’organes était possible après l’AMM. Connaissant le désir de sa mère, elle a donc demandé des explications au Dr Weiss.

«Un baume sur la plaie»

Par la suite, Karine Desjardins a présenté cette possibilité à sa mère ainsi qu’au médecin de cette dernière. Tenant mordicus à transformer sa mort en nouvelle vie pour d’autres personnes, Françoise Leblond a décidé d’aller de l’avant avec la proposition de sa fille.

Lors de la dernière semaine avant qu’elle ait recours à l’AMM, la femme de 59 ans a passé une batterie d’examens pour déterminer lesquels de ses organes pourraient être transplantés. À travers les différentes étapes réalisées à l’Hôtel-Dieu de Lévis, où l’infirmière auxiliaire a oeuvré pendant 25 ans, la famille de Françoise Leblond a pu être soutenue par l’équipe de Transplant Québec.

«Une infirmière de Transplant Québec a notamment pris le temps de faire des empreintes de ma mère avec tous ses petits-enfants. (Si le prélèvement des organes a dû se faire cinq minutes après le décès de ma mère), elle a aussi tout mis en œuvre pour trouver une salle hors du bloc opératoire pour mon cheminement de deuil et m’aider afin de ne pas associer mon travail au bloc opératoire avec la mort de maman. Nous avons pu rester habillés avec notre linge, pas d’habit vert, pas de jaquette pour maman. Tout s’est fait dans le plus grand respect», se rappelle Mme Desjardins lors d’une entrevue avec le Journal, quelques jours avant la Semaine nationale du don d’organes et de tissus qui est en cours jusqu’au 24 avril.

Et près de deux ans après le départ de sa mère, l’inhalothérapeute lévisienne est toujours heureuse d’avoir permis de concrétiser l’un des derniers désirs de sa mère. D’ailleurs, elle espère que l’expérience vécue par sa famille servira d’exemple puisque la possibilité de donner ses organes après avoir reçu l’AMM demeure inconnue pour plusieurs, dont plusieurs professionnels de la santé.

«C’est sûr que nous sommes tristes de ne plus voir ma mère, mais de savoir que quatre personnes peuvent continuer de vivre et de mener relativement une vie normale grâce au geste de ma mère, cela nous fait du bien. Son don de vie représente un certain baume sur la plaie qu’a créé sur nos cœurs son départ. Notre petit rayon de soleil brille à travers d’autres», illustre Karine Desjardins.

Rappelons finalement qu’au 31 décembre 2020, 28 personnes étaient en attente d’une transplantation en Chaudière-Appalaches, dont 19 pour un rein. Lors de la dernière année, 14 personnes ont reçu une transplantation dans la région, dont 5 qui ont reçu un rein.

Les plus lus

L’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis bondée

Comme dans d’autres hôpitaux du Québec, l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis est présentement victime de débordement, ce qui met ce service sous haute pression.

Le Regroupement des traversiers annule la journée de grève prévue à la traverse Québec-Lévis

Les syndicats membres du Regroupement des traversiers affiliés à la FEESP-CSN ont annoncé, le 1er juillet, l’annulation des journées de grève prévues les 2 et 3 juillet prochains aux traverses de Québec-Lévis, Matane-Baie-Comeau-Godbout et Sorel-Tracy-Saint-Ignace-de-Loyola.

COVID-19 : trois nouveaux cas découverts au cours des trois derniers jours

Le ciel continue d'être clair en Chaudière-Appalaches en ce qui a trait à la pandémie de COVID-19. Au cours des trois derniers jours, seulement trois nouveaux cas ont été découverts pour l'ensemble du territoire.

COVID-19 : assouplissement des mesures en zone verte

Selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie dans la région préparé par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), deux résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le coronavirus. Aussi, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) annonce de nouveaux assouplissem...

COVID-19 : deux nouveaux cas découverts dans la région

Le nombre de nouvelles infections au coronavirus continue d'être faible en Chaudière-Appalaches. Selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie préparé par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), seulement deux citoyens de la région ont appris au cours des 48 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Le GIRAM dénonce un déboisement à Beaumont

Le Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM) a fait une sortie, le 15 juillet, pour dénoncer le déboisement mené par le promoteur dans le cadre du projet immobilier Domaine du Saint-Laurent. L’organisme régional estime que ce dernier a tout simplement fait «décaper» le cap Saint-Claude, où se trouvent les vestiges du fort de Beaumont, cité comme lieu patrimonial par la Mun...

Saint-Vallier remontera de nouveau dans le temps

Le comité organisateur du spectacle théâtral Sur les traces de La Corrivaux présentera, pour une huitième année, une panoplie d’activités à saveur d’antan, les 27, 28, 29 août prochains.

Le passeport vaccinal pourra être exigé dès cet automne

Les Québécois devront présenter leur preuve vaccinale (code QR), démontrant qu'ils ont bel et bien reçu deux doses d'un vaccin contre la COVID-19, à partir du 1er septembre si la situation épidémiologique de leur région se détériore.

Le parc de la Rivière-Etchemin aura son pavillon

La construction du bâtiment qui accueillera les usagers à longueur d’année a débuté en mai dernier. Ce sont 3 M$ qui ont été investi dans le projet, soit 1,9 M$ du gouvernement du Québec ainsi que 1,2 M$ de la Ville de Lévis.

La Cycloroute dans la mire des motoneigistes

Les motoneigistes pourraient bientôt pouvoir emprunter la Cycloroute de Bellechasse, en hiver, pour pouvoir circuler de Lévis à Saint-Anselme. La MRC de Bellechasse a adopté une résolution permettant cette possibilité lors de l’une des plus récentes séances du conseil des maires.