CRÉDIT : COURTOISIE

D’après un sondage commandé par Éduc’alcool, la population de la Chaudière-Appalaches mélangerait davantage l’alcool et le cannabis comparativement à la moyenne des autres régions. Le sondage réalisé tous les deux ans par la firme CROP démontre qu’un tiers de ceux qui consomment les deux substances le font trop souvent.

Par Manuel Cardenas

Les données recueillies touchent, entre autres, les habitudes de consommation, la consommation excessive, la conduite et l’alcool, etc. Selon le directeur général d’Éduc’alcool, Hubert Sacy, la consommation combinée d’alcool et de cannabis est plus alarmante. 16 % des citoyens de la Chaudière-Appalaches mélangent les deux substances, mais ce chiffre reste inférieur à la moyenne provinciale de 19 %.

Toujours, selon le sondage, environ 34 % de ce total mélangent toujours ou souvent ces substances, ce qui dépasse la moyenne québécoise de 28 %. En d’autres mots, environ 5 % de la population régionale mélange excessivement le cannabis et l’alcool.

Une pratique préoccupante

Hubert Sacy pense que cette habitude ne doit pas être prise à la légère en raison des conséquences à court et long termes sur le corps.

«Ce qu’il faut savoir c’est que le mélange des deux substances est passablement dévastateur. Leurs effets ne s’additionnent pas, ils se multiplient. C’est une augmentation exponentielle, ce n’est pas trois plus trois égale six, c’est trois fois trois égale neuf», a fait valoir M. Sacy.

De plus, il ajoute que les effets contraires provoqués par les deux substances peuvent également être dangereux.

«Une consommation légère de cannabis peut provoquer un effet antiémétique [qui empêche de vomir], et ça amplifie l’effet de l’alcool. Ils sont imprévisibles même pour ceux qui consomment régulièrement. Le cannabis enlève l’effet de nausée alors, lorsque ton corps veut vomir pour un excès d’alcool, il ne peut pas et tu risques  l’empoisonnement éthylique», a expliqué le directeur général d’Éduc’alcool.

Enfin, M. Sacy ajoute que l’ordre de consommation des deux substances est également très important.

«Quand on boit avant de consommer du cannabis, ça augmente le taux de THC dans le sang. L’alcool dilate les vaisseaux sanguins. Donc, on fume et il rentre à pleine vitesse. Si tu commences par le cannabis, c’est exactement le contraire. Tout le corps ralenti et l’ingestion de l’alcool se fait plus lentement. Il vaut mieux ne pas mélanger. Si on le fait, vaut mieux commencer par le cannabis», a-t-il ajouté.

Conduite avec les capacités affaiblies

En ce qui a trait à la conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool, le bilan s’améliore pour la Chaudière-Appalaches. En effet, 42 % des conducteurs ont pris le volant sous l’effet de l’alcool. Parmi ceux-ci, 6 % l’ont fait en ayant une alcoolémie supérieure à la limite permise. La région se place donc sous la moyenne provinciale de 8 %.

«Il est bel et bien fini le temps où la région était au haut du palmarès, on est moins nombreux qu’ailleurs au Québec à prendre le volant avec les capacités affaiblies, ce qui démontre un sens accru des responsabilités», a communiqué Hubert Sacy.

Finalement, selon M. Sacy, l’une des solutions pour continuer de contrer les problèmes reliés à l’alcool repose entre les mains du gouvernement.

«Il faut rendre obligatoire le cours Action Service que l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec a créé pour aider les serveurs à repérer les clients qui boivent trop, à espacer le service ou bien à les empêcher de conduire. Partout où les cours sont obligatoires, ça réduit considérablement les accidents causés par l’alcool. Au Québec, ça fait 20 ans qu’on demande au gouvernement de rendre ce cours obligatoire et rien n’est fait. Tout le monde peut devenir serveur demain matin, ce n’est pas rassurant. Ce n’est pas un doctorat, c’est un simple cours de quatre heures», a conclu Hubert Sacy.

Les plus lus

Santé : l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Lévis à éviter, la situation épidémiologique encore stable

Si la situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches n'a pas trop changé, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a lancé un appel aux citoyens, dans son bilan régional publié mercredi. L'organisation demande en effet aux gens de la région d'éviter l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Lévis si leur état de santé ne nécessite pas une intervention urgente.

COVID-19 : la Santé publique régionale tire la sonnette d'alarme

Par voie de communiqué, la Direction régionale de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a partagé son inquiétude face à la détérioration de la situation épidémiologique de la région.

Une rentrée appréciée au Collège

Près d’un mois après la reprise des classes dans l’institution du Vieux-Lévis, les dirigeants du Collège de Lévis se réjouissent des premières semaines de l’année scolaire 2021-2022, lors de laquelle les élèves de l’école secondaire privée ont pu vivre une rentrée plus normale que l’an dernier.

COVID-19 : près de 60 nouveaux cas découverts dans la région

Après une légère accalmie hier, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé vendredi que 58 nouveaux cas de COVID-19 ont été découverts dans la région au cours des 24 dernières heures. La majorité d'entre eux ont été confirmés dans le sud de la Chaudière-Appalaches.

Soins de santé dans la région : une situation alarmante

Avec un système de la santé déjà fatigué avant même la pandémie de COVID-19, le syndicat des professionnels en soins de Chaudière-Appalaches craint arriver à un point de non-retour dans le prochain mois. Selon l’organisation syndicale, les hôpitaux de Lévis, Montmagny, Saint-Georges et Thetford Mines pourraient se retrouver en bris de service après le 15 octobre prochain, date où le personnel soig...

Importante hausse des nouveaux cas de COVID-19 en Chaudière-Appalaches

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a notamment rapporté une importante hausse du nombre de nouveaux cas de COVID-19, dans son bilan régional sur l'évolution de la pandémie publié mardi. La majorité des nouvelles infections ont été découvertes en Beauce.

Le Jardin Norah et Romy inauguré

C’est dans la cour arrière de l’organisme Deuil-Jeunesse de Québec qu’a été inauguré le jardin commémoratif de Norah et Romy Carpentier, le 6 octobre dernier. À l’image des intérêts des deux fillettes lévisiennes décédées à l’été 2020, le jardin sera un lieu d’intervention et réconfortant pour la clientèle endeuillée de Deuil-Jeunesse.

Pénurie d’infirmières : Québec prêt à investir 1 G$ dans une «petite révolution»

En compagnie de la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, et du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, le premier ministre du Québec, François Legault, a présenté, le 23 septembre, le plan gouvernemental pour s’attaquer à la pénurie d’infirmières que vit la province Québec prévoit investir jusqu’à 1 G$ pour inciter des milliers d’infirmières à travailler de nouveau da...

Le port du masque élargi dans les MRC de Bellechasse et de La Nouvelle-Beauce

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a annoncé le 7 octobre, à la suite d'une recommandation formulée par les autorités de santé publique, qu'à partir du 11 octobre, le port du masque d'intervention sera obligatoire pour tous les résidents des résidences privées pour aînés (RPA) ainsi que pour tous les élèves des établissements scolaires du primaire et du secondaire des MRC de Bellecha...

Une dernière année en distinction pour un cadet lévisien

À 18 ans, Tomas Lacroix est depuis 5 ans membre du corps des Cadets royaux de l’armée canadienne 2820 des Chutes-de-la-Chaudière. L’adjudant-maître Lacroix a eu la chance d’amorcer sa dernière année dans le corps avec une distinction prestigieuse alors qu’il a été nommé cadet de l’armée le plus exceptionnel du Canada pour 2021 et récipiendaire de l’épée commémorative du lieutenant-général Walsh pa...