L'urgence de l'Hôtel-Dieu de Lévis demeure bondée. Photo : Gilles Boutin - Archives

Comme depuis plusieurs mois, l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis continue d’être bondée et sa capacité est dépassée, même pendant les semaines estivales. Plusieurs éléments expliquent cette tempête parfaite qui donne un nouveau coup dur aux soignants de l’établissement lévisien.

Au moment d’écrire ces lignes (le 14 juillet en soirée), 56 lits étaient occupés à l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis alors que sa capacité régulière est de 37 lits, soit un taux d’occupation de 151 %. La situation dans l’établissement lévisien n’est pas une exception. Comme ailleurs au Québec, les autres hôpitaux de la Chaudière-Appalaches sont frappés par cette importante affluence dans les urgences.

Selon le Dr Jean Lapointe, directeur des services professionnels adjoint au Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), plusieurs facteurs expliquent ces taux d’occupation qui dépassent la capacité régulière. D’abord, les effets pervers de la pandémie amènent plusieurs patients dans les urgences.

«Notre population est vieillissante, la Chaudière-Appalaches est d’ailleurs l’une des régions les plus vieillissantes au Québec. Des gens qui souffrent de maladies chroniques n’ont pas consulté pendant la pandémie. Malheureusement, leur maladie a évolué (et leurs cas sont plus lourds). […] En raison de l’attractivité de la ville, la population de Lévis augmente également et plusieurs de ces nouveaux habitants sont des aînés qui viennent s’établir dans des nouvelles résidences pour aînés. Toutefois, notre nombre de lits ne suit pas cette augmentation de la population. Présentement, on est frappé par le backslash de la pandémie», a illustré Dr Lapointe.

Problème de ressources

Également, l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis fait face depuis un certain temps à des manques de ressources, à différents niveaux.

«Après que nous avons soigné (des aînés à l’urgence et aux étages), dans plusieurs cas, il est difficile de trouver une ressource autre que l’hôpital pour prendre soin de ces personnes. Au cours des dernières années, plusieurs résidences privées pour aînés, ce qu’on appelle les RPA dans notre jargon, ont fermé dans la région. Au niveau du personnel, à l’hôpital, notre personnel est limité. En plus d’avoir perdu beaucoup de travailleurs pendant la pandémie, on se doit de donner des vacances aux travailleurs pendant l’été. […] Dans le secteur Alphonse-Desjardins, beaucoup de médecins de famille ont également pris leur retraite. Alors, même si on recommande aux gens d’appeler le 811, de consulter un pharmacien ou de trouver un rendez-vous dans une clinique de médecine familiale, plusieurs personnes qui ont perdu leur médecin de famille se dirigent vers l’urgence pour consulter un médecin», a expliqué M. Lapointe.

De plus, les blessures régulièrement traitées dans les hôpitaux en période estivale et la septième vague de COVID-19 font hausser le nombre de personnes admises aux urgences. «Si actuellement nous n’avons pas de patient COVID aux soins intensifs, la vague actuelle provoque une recrudescence d’hospitalisations chez les aînés. Également, on fait face à des cas de virus d’été et de traumatologie, avec la reprise des activités sportives», a ajouté Dr Lapointe.

Encore des moments difficiles

Pour renverser la vapeur, le CISSS-CA travaille sur plusieurs solutions. Avec ces deux directions concernées par la question, l’organisation travaille à trouver des lits supplémentaires dans les ressources d’hébergement pour aînés afin de s’attaquer au bouchon provoqué par la diminution de places dans les RPA.

Au niveau des ressources humaines, le CISSS-CA poursuit également ses efforts pour recruter de nouveaux travailleurs et met en place des réattributions de certaines tâches pour se donner plus de marge de manœuvre. Cependant, le directeur des services professionnels adjoint du CISSS-CA, craint que la situation à l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis ne change pas du jour au lendemain malgré ces mesures.

«Je crois que l’automne va être difficile aussi, avec sûrement une autre vague de la pandémie. J’espère me tromper, mais je crois que la situation va être encore difficile pour les prochains mois», a conclu Jean Lapointe.

Les plus lus

Le conseil se penche sur la démolition du 4610, route des Rivières

Les élus municipaux de Lévis se sont réunis, le 19 septembre, pour une séance extraordinaire du conseil municipal. À cette occasion, les conseillers municipaux et le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ont entendu les arguments des parties impliquées dans l’appel de la décision du comité de démolition de Lévis, autorisant la demande de démolition sous conditions du 4610, route des Rivières, à Sain...

Une nouvelle approche intégrée à l’école Vision

L’École trilingue Vision Rive-Sud, conjointement avec la petite école Vision Lévis, a lancé, le 25 août dernier, son année scolaire. L’école située à Saint-Romuald intégrera graduellement au cours des trois à quatre prochaines années une nouvelle approche afin d’enseigner les langues secondes, c’est-à-dire l’approche neurolinguiste (ANL).

Chronique historique - Lévis, «gare» de Québec

Certains lecteurs se souviennent peut-être de l’immense installation de trains miniatures jadis située au deuxième étage de l’ancienne gare de Lévis. Cette curiosité fascinante s’inscrivait dans le riche passé ferroviaire de notre territoire.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 7 septembre 2022

Le Groupe Maurice a un nouveau président et chef de la direction : Alain Champagne (1re photo).

L’Aventure médecine est lancée à Lévis

Après des années de préparation, l’Université Laval (UL) et ses partenaires, l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et le réseau de la santé du Québec, ont lancé en septembre Aventure médecine. Comme leurs homologues à Rimouski, 18 étudiants ont pu amorcer leurs études en médecine à Lévis, à l’extérieur du campus lavallois. Le Journal a récemment pu rencontrer deux étudiants qui se sont lancés d...

Sanimax : des citoyens excédés débarquent au conseil municipal

Plusieurs citoyens de Lévis ont assisté à la séance ordinaire du conseil municipal, le 26 septembre, pour déposer une pétition signée par plus de 400 personnes demandant aux autorités de régler le problème des odeurs nauséabondes émises par l’usine Sanimax de Charny. Exaspérés par la problématique, ces résidents de l’ouest de la ville veulent que cette dernière soit réglée une bonne fois pour tout...

Montréal-Québec à la course pour soutenir un jeune Lévisien malade

Lorsque le Montréalais Patrick Michel a appris que le fils de cinq ans de ses anciens collègues de travail était aux prises avec une leucémie, le sportif a rapidement organisé une course à pied entre Montréal et Québec afin d’amasser des fonds pour la famille lévisienne. Via Une course pour une vie, le Montréalais a parcouru les 270 km qui séparent Montréal et Québec, du 25 au 28 août derniers.

Quelques étudiants en moins au Cégep de Lévis cet automne

Les étudiants du Cégep de Lévis effectuaient leur rentrée en classe dernièrement. Cette année, le Cégep de Lévis constate une légère baisse de sa population étudiante, une situation comparable au reste de la province.

Distribution de verrous de pontet dans la région

Comme depuis plusieurs années, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) profitera de la tenue en septembre de la Journée mondiale de prévention du suicide afin de distribuer des verrous de pontet aux propriétaires d'armes à feu de la région.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 14 septembre 2022

Frédérick Purcell, directeur des ventes chez Groupe Lou-Tec, est très fier de son fils Tyler. Ce dernier a récemment participé à son initiation lors de la rentrée universitaire (1re photo).