CRÉDIT : ARCHIVES

De passage à Rimouski le 6 mai, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, ainsi que la ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, ont annoncé que le gouvernement provincial donnait son feu vert pour le projet de délocalisation du programme de doctorat en médecine de l’Université Laval. Le projet défendu par la faculté de médecine de l'université de Québec, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches, le CISSS du Bas-Saint-Laurent et l’Université du Québec à Rimouski permettra notamment la construction de pavillons d'enseignement de la médecine sur les sites de l'Hôtel-Dieu de Lévis et de l'Hôpital régional de Rimouski.

Le 6 mai, le gouvernement du Québec a autorisé le démarrage de la phase de conception du projet, qui comprend notamment l'élaboration d'un programme fonctionnel et technique. Québec prévoit investir 37 M$, soit 20 M$ pour la construction du pavillon d’enseignement délocalisé à Lévis et 17 M$ pour celui de Rimouski. 

Les deux établissements de santé concernés, soit le CISSS du Bas-Saint-Laurent et le CISSS de Chaudière-Appalaches, sont également invités à mettre sur pied un comité directeur. Ce dernier sera composé des principaux partenaires du projet.

 Notons que les partenaires souhaitent accueillir les premières cohortes de 18 étudiantes et étudiants en médecine à Lévis et à Rimouski dès septembre 2022. À terme, les deux pavillons pourront accueillir chacun les cohortes de trois années d'enseignement, soit jusqu'à 90 étudiants pour l'Hôtel-Dieu de Lévis et jusqu'à 54 étudiants à Rimouski.

Concrètement, l’enseignement du préexternat en médecine, soit les trois premières années du doctorat à Rimouski et à Lévis, et l’enseignement des deux dernières années du doctorat (externat selon une formule adaptée aux régions) dans l'Est-du-Québec y seront offerts. Dans une phase suivante, les partenaires désirent consolider l’enseignement des programmes de résidence (la formation à suivre après le préexternat et l'externat) en région et développer le mentorat et la formation médicale continue pour soutenir la pratique en région.

Ces deux projets de construction s'inscrivent dans le cadre d'une démarche visant à délocaliser le programme de doctorat en médecine de l'Université Laval, en collaboration avec l'UQAR. L'initiative vise à offrir une formation médicale adaptée à la pratique en région «par une exposition précoce et continue à cette pratique médicale» et par le développement de compétences liées à la collaboration interprofessionnelle, en y associant, notamment, des étudiantes infirmières praticiennes et étudiants infirmiers praticiens spécialisés formés à la pratique en région.

Rappelons toutefois qu'une certaine controverse avait entouré le projet l'an dernier. Au départ, seul un pavillon d'enseignement devait être construit à Lévis. C'est seulement la formation en externat qui aurait été offerte dans l'Est-du-Québec, ce qui avait provoqué la grogne de plusieurs acteurs de cette région. En mai 2018, l'Université Laval avait finalement présenté une version bonifiée du projet, avec l'établissement de pavillons d'enseignement à Lévis et Rimouski.

Attirer des médecins en région

Grâce au projet, le ministère de la Santé et les partenaires derrière l'initiative espèrent augmenter l'attractivité de l'Est-du-Québec auprès des futurs médecins.

«Une telle initiative s'avère une stratégie efficace de recrutement de nouveaux médecins prêts à établir leur pratique en région. Il est en effet prouvé que cette approche fonctionne, puisqu'elle a été adoptée ailleurs dans le monde et a porté ses fruits. Nous souhaitons ainsi offrir aux usagers de tous les établissements le meilleur accès possible aux services d'un médecin de famille ou d'un spécialiste à proximité de leur milieu de vie, tout en assurant la qualité de l'expertise formée sur place», a déclaré Danielle McCann.

«Les futurs médecins sauront tirer profit d'une immersion clinique qui se distingue par un modèle d’organisation axé sur la cohésion médicale et la collaboration multidisciplinaire qui favorisent le développement et l’apprentissage. Nous sommes convaincus que la combinaison ''conditions d’apprentissage et expositions à différents milieux ruraux de la région de Chaudière-Appalaches” favorisera l’intérêt pour une pratique en région et répondra aux besoins de notre communauté et de celle de l’Est-du-Québec : accueillir nos futurs médecins!», a pour sa part souligné Daniel Paré, président-directeur général du CISSS de Chaudière-Appalaches.

Les plus lus

Des vestiges lévisiens à Sainte-Claire

Depuis près de 70 ans, une partie de l’histoire de Lévis se retrouve dans un édifice commercial de Sainte-Claire, dans Bellechasse. Depuis les années 50, des anciennes pièces du pont Garneau, qui permettait d’enjamber la rivière Chaudière près de la marina de Saint-Romuald, font partie de la structure du bâtiment qui abrite les activités d’Isolation Morin et Jos Morin.

PREM 2023 : 24 nouveaux médecins de famille en Chaudière-Appalaches

C’est en septembre dernier que le ministère de la Santé et des Services sociaux dévoilait les plans régionaux d’effectifs médicaux (PREM) pour la prochaine année. En Chaudière-Appalaches, ce sont 24 nouveaux médecins de famille, dont 16 nouveaux facturants et 8 déjà en pratique, qui viendront prêter main-forte au système de santé régional.

Problèmes d’eau au Domaine Val-des-Bois : les résidents devront quitter d’ici la fin 2024

En raison de problématiques reliées aux infrastructures d’eaux potable et usée, les 14 maisons mobiles du Domaine Val-des-Bois devront être expropriées d’ici la fin 2024. À bout de solutions, la Ville de Lévis a présenté cette «difficile» décision aux résidents du parc de maisons mobiles lévisiens et s’engage à acquérir les terrains ainsi que fournir de l’aide financière et psychologique à ces fam...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 16 novembre 2022

Lors du Gala des Fidéides 2022 organisé par la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, le Groupe Boucher Sports a remporté le prix dans la catégorie Commerce de détail et e-commerce ainsi que le prestigieux prix « Moyenne-grande Entreprise de l’année. Bravo à Martin Boucher, un entrepreneur lévisien, et à toute son équipe pour cette autre belle réussite. (1ere photo)

La STLévis déclenche une journée de grève

Les quelques 115 chauffeurs de la Société de transport de Lévis (STLévis) et les membres du Syndicat des chauffeurs de la Rive-Sud ont dressé des piquets de grève dès 5h ce matin devant le siège social de la STLévis au 1100, rue Saint-Omer.

Une aventure entrepreneuriale pédagogique

Les élèves de la classe d’intégration sociale du programme Développement avenir du Centre d'éducation des adultes des Navigateurs (CÉAN) ont mis sur pied une entreprise nommée la Bouticologie. Depuis trois ans, 10 élèves administrateurs ont bâti l’entreprise, chapeautés par une enseignante intervenante et facilitatrice, qui a pour objectif de redonner une deuxième vie aux objets recyclés. Les bien...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 9 novembre 2022

La campagne annuelle Les Héros Lowe’s Canada, qui a eu lieu du 1er septembre au 7 octobre, a permis au magasin Rona de Lévis de remettre un montant de 3104,25 $ à la Fondation Jonction pour Elle (1re photo).

Jour du Souvenir : commémorations à Lévis

Deux commémorations ont eu lieu à Lévis, le 6 novembre dernier, afin de souligner le jour du Souvenir à venir, le 11 novembre prochain.

Une fête d’accueil pour les nouveaux arrivants en sol lévisien

La Ville de Lévis a tenu, le 10 novembre dernier, une soirée afin de célébrer l’arrivée de nouveaux arrivants issus de l’immigration sur le territoire de la ville. Gilles Lehouillier, maire de Lévis, Guillaume Boivin, directeur général du Tremplin, Centre pour personnes immigrantes, ainsi que Marcel Kressou, un Lévisien originaire de la Côte-d’Ivoire, ont pris la parole tandis qu’Anna et Nathalie ...

Sécurité : le SPVL salue plusieurs de ses agents et un adolescent

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a tenu sa cérémonie annuelle de reconnaissance, le 26 octobre dernier. À cette occasion, le corps policier lévisien a pu souligner le travail d’une vingtaine de ses agents ainsi que l’apport d’un adolescent pour déjouer un crime potentiel.