CRÉDIT : COURTOISIE

Une influenceuse originaire de Saint-Apollinaire, Sophia Rose Labbé, se donne la tâche de préconiser la diversité corporelle sur ses réseaux sociaux. La jeune femme, qui compte environ 235 000 abonnées sur la plateforme Instagram, a commencé son combat il y a environ huit mois.

Par Manuel Cardenas

La femme de 20 ans, étudiante au Cégep de Lévis, crée du contenu photographique depuis près de quatre ans sur la plateforme. Elle avoue qu’à ses débuts, son objectif était surtout de plaire et de toujours se montrer à son meilleur, mais elle a eu un changement de philosophie au fil des années, qui s’est concrétisé au mois de septembre.

«On vénère souvent les influenceurs pour leur corps absolument parfait qui semble n’avoir zéro défaut, mais ce n’est vraiment pas le cas. Je sais qu’on peut avantager notre physique en posant différemment, en changeant l’angle de la caméra, en modifiant l’éclairage ou en ajoutant des filtres. J’en avais assez qu’on me voit toujours dans les meilleurs angles et qu’on m’envie, alors que ce n’était même pas 100 % vrai», a expliqué l’étudiante en sciences humaines.

Une partie de son nouveau contenu montre maintenant une nouvelle perspective de sa personne.

«J’ai commencé à faire quelques publications qui montraient un peu plus de vérité comme quand je m’assois, quand je ne porte pas de jeans tailles hautes qui retiennent mon ventre, ou quand l’éclairage n’est pas parfait, ce qui montre ma cellulite», a ajouté la créatrice de contenu.

Par conséquent, Sophia-Rose Labbé affirme avoir reçu des retours plutôt positifs à la suite de cette décision. Mise à part sa famille et ses amies qui l’ont toujours soutenu, la majeure partie de ses abonnés ont également aimé son initiative, et lui ont laissé savoir par le biais des commentaires ainsi que des messages privés.

«Des centaines d’abonnés m’ont mentionné avoir ressenti un grand bien, parce que pour une fois, ils ne se sentaient pas seuls et sont contents de voir une photo qui démontre la réalité! Je pense que c’est important de montrer cette perspective-là parce que ça peut réellement affecter l’estime des jeunes lorsqu’ils ne voient que du «parfait» sur les réseaux. Certaines personnes avec des troubles alimentaires m’ont même envoyé des messages pour me dire à quel point ça faisait du bien de voir un corps ‘‘normal’’», a fait valoir la jeune femme.

Parallèlement, une minorité de gens lui a reproché de ne pas avoir le droit de faire du body positivity, car elle est considérée comme une personne mince. D’autres, ont affirmé que ce réseau social n’est pas la place adéquate pour prôner la diversité corporelle. De plus, la jeune influenceuse affirme avoir reçus quelques messages haineux, mais aucun de ces commentaires n’ont freiné son envie de poursuivre sa création en respectant sa nouvelle philosophie.

Influenceuse depuis l’âge de 14 ans

Sophia-Rose Labbé a commencé son parcours sur les réseaux sociaux en 2015 sur la plateforme Ask.fm. En seulement un an, elle a atteint la barre des 20 000 abonnés sur ce site. Par la suite, ses abonnés se sont dirigés sur son compte Instagram et son gain en popularité n’a pas cessé d’augmenter.

«Vers l’âge de 16 ans, j’avais déjà 50 000 abonnés. J’ai donc commencé à faire mes
premiers partenariats à partir de mes 19 ans. Aujourd’hui, mes abonnés ont grandement augmenté passant à un total de plus de 235 000. C’est donc là que j’ai réalisé que je pouvais utiliser mes plateformes de la meilleure manière possible et que, aussi petit soit-il, je pouvais apporter du positif sur les réseaux sociaux», a conclu l’influenceuse.

Les plus lus

Un champ d’avoine à la maison

René Gélinas réside à Saint-Nicolas. Au printemps, il a fait la semence d’avoine devant son domicile. On peut maintenant y retrouver une parcelle de champ doré dont il en fera la récolte en septembre.

L'urgence du Centre Paul-Gilbert rouvrira dimanche

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé, le 7 septembre, que l'urgence ambulatoire du Centre Paul-Gilbert de Charny reprendra ses activités habituelles à compter du 12 septembre prochain.

Chronique historique - Une publication centenaire

Ce n’est pas tous les jours qu’une publication franchit le cap des 100 ans. C’est pourtant ce qui se passe cette année pour L’Écho du Collège de Lévis, périodique intergénérationnel qui permet d’entretenir un contact avec les anciens et anciennes du Collège depuis un siècle.

COVID-19 : la quatrième vague commence à prendre de l'ampleur dans la région

Selon le bilan régional sur l'évolution de la pandémie publié mardi par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), des augmentations de plusieurs indicateurs, dont le nombre de nouveaux cas et le nombre de cas actifs, ont été enregistrées au cours des huit derniers jours.

La «colonne vertébrale» du circuit cyclable lévisien annoncé officiellement

Lors d’un point de presse, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a cnofirmé que la nouvelle piste cyclable multifonctionnelle qui longera le boulevard Guillaume-Couture sur une distance d’un peu plus de 14 km entre le Cégep de Lévis et la tête des ponts deviendra réalité. En 2022, une première phase de 4,8 km sera réalisée.

Le centre sportif du campus de Lévis de l’UQAR inauguré

C’est le 31 août qu’a eu lieu l’inauguration du centre sportif du campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) par le recteur de l’UQAR, François Deschênes, accompagné de la ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et du président de l’Association générale des étudiantes et des étudiant...

Vers une grève dans certains CPE de la région?

Réunies en assemblée générale le 1er septembre, les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs des CPE de Québec–Chaudière-Appalaches–CSN ont voté à «forte majorité» en faveur d’un mandat de grève de dix jours à utiliser au moment jugé opportun.

COVID-19 : nouvel appel à la vaccination par les autorités

Le premier ministre du Québec, François Legault, le ministre de la Santé de la province, Christian Dubé, et le directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, ont fait le point sur la situation sanitaire de la province, le 7 septembre dernier. Si M. Legault a indiqué que les Québécois devront «apprendre à vivre avec le virus», il a demandé une nouvelle fois à ses concitoyens non vaccinés ...

Les élèves du sud de la Chaudière-Appalaches devront porter le masque en tout temps

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a annoncé mardi, qu'à la suite d'une recommandation formulée par les autorités de santé publique, que dès ce vendredi matin, le port du masque de procédure sera obligatoire en tout temps dans les salles de classe de tout établissement d'enseignement primaire et secondaire de trois MRC de la Chaudière-Appalaches, soit celles des Appalaches, d...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 1er septembre 2021

Les membres du conseil d’administration de la FADOQ – Régions de Québec et Chaudière-Appalaches sont heureux d’annoncer la nomination de Guy Bonneau (1re photo) à titre de nouveau président de l’organisation. En fonction depuis les dernières semaines, il ira à la rencontre des membres lors de la tournée automnale. Cette tournée de toutes les sous-régions lui donnera l’occasion de rencontrer les me...