Les passants s’arrêtent fréquemment pour observer le petit champ d’avoine devant la demeure de René Gélinas à Saint-Nicolas. - CRÉDIT : JOSYANNE PRESCOTT

René Gélinas réside à Saint-Nicolas. Au printemps, il a fait la semence d’avoine devant son domicile. On peut maintenant y retrouver une parcelle de champ doré dont il en fera la récolte en septembre.

«L’an passé, ils ont fait les trottoirs devant chez moi et ils ont empiété d’environ deux pieds sur mon terrain. Ils avaient enlevé de la tourbe et le terrain avait une bosse au milieu. Donc avant qu’il termine les travaux, j’ai enlevé six pouces de terre. Lorsqu’ils ont remis la tourbe, de mon côté, j’avais quatre pieds qui étaient nus. Je l’ai laissé là et je ne savais pas trop quoi en faire. L’avantage c’est que c’est beaucoup moins d’entretien. Je n’ai pas de pelouse à faire, ça pousse tout seul et c’est beau», a expliqué M. Gélinas.

À l’automne, l’idée lui est apparue. Il a décidé de suivre les traces de son père cultivateur et de semer de l’avoine devant sa résidence. Ayant lui-même travaillé dans les champs à temps perdu jusqu’à l’âge de 24 ans, il avait les connaissances nécessaires pour faire sa propre culture d’avoine.

«Je me suis alors dit que j’allais planter de l’avoine. Mon père était cultivateur et on en cultivait. Mon père labourait son sol et tournait les tourbes à l’envers à l’automne, puis au printemps, elles sont décomposées. J’ai fait la même technique. L’an passé et au printemps, j’ai semé», raconte-t-il.

Puisque les poules urbaines devaient devenir réglementaires en août, il faisait d’une pierre deux coups en récoltant sa propre paille pour celles-ci. En plus de pouvoir travailler le grain et ainsi avoir du gruau biologique.

«J’ai décidé de faire un aménagement particulier, mais si je n’aime pas, ce n’est pas irréversible. Si je décide de mettre de la pelouse l’an prochain, je bêche et je mets de la tourbe par-dessus. Ce sont des plantes annuelles, à l’automne on la récolte et c’est fini. Les bouts de pailles qui vont rester, si on les enterre, ça donne de la qualité à la terre.»

Toutefois, le septuagénaire envisage déjà de faire pousser de l’orge, du lin ou encore du sarrasin devant sa résidence l’an prochain.  

Une fois par an

«Selon les règlements municipaux, on est obligé de tondre la pelouse au moins une fois par année. Je vais couper à l’automne et ramasser. C’est la même chose pour les cultivateurs. Ils doivent faucher leurs champs au moins une fois par année», affirme-t-il.

Bien que René Gélinas ait un aménagement particulier, il envisage tout de même de suivre les règles de la municipalité.

Une chose est certaine, c’est que l’avoine biologique de M. Gélinas attire l’attention. Les passants sont intrigués, c’est pourquoi il a installé une petite affiche explicative à l’avant de son terrain.

«Les gens s’arrêtaient devant la cour et se questionnaient. Il y a même une dame avec son mari qui est passé devant la maison. Elle s’est assise sur la pelouse et il l’a prise en photo.»

Les plus lus

Santé : l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Lévis à éviter, la situation épidémiologique encore stable

Si la situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches n'a pas trop changé, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a lancé un appel aux citoyens, dans son bilan régional publié mercredi. L'organisation demande en effet aux gens de la région d'éviter l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Lévis si leur état de santé ne nécessite pas une intervention urgente.

COVID-19 : la Santé publique régionale tire la sonnette d'alarme

Par voie de communiqué, la Direction régionale de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a partagé son inquiétude face à la détérioration de la situation épidémiologique de la région.

Une rentrée appréciée au Collège

Près d’un mois après la reprise des classes dans l’institution du Vieux-Lévis, les dirigeants du Collège de Lévis se réjouissent des premières semaines de l’année scolaire 2021-2022, lors de laquelle les élèves de l’école secondaire privée ont pu vivre une rentrée plus normale que l’an dernier.

Soins de santé dans la région : une situation alarmante

Avec un système de la santé déjà fatigué avant même la pandémie de COVID-19, le syndicat des professionnels en soins de Chaudière-Appalaches craint arriver à un point de non-retour dans le prochain mois. Selon l’organisation syndicale, les hôpitaux de Lévis, Montmagny, Saint-Georges et Thetford Mines pourraient se retrouver en bris de service après le 15 octobre prochain, date où le personnel soig...

Importante hausse des nouveaux cas de COVID-19 en Chaudière-Appalaches

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a notamment rapporté une importante hausse du nombre de nouveaux cas de COVID-19, dans son bilan régional sur l'évolution de la pandémie publié mardi. La majorité des nouvelles infections ont été découvertes en Beauce.

Le port du masque élargi dans les MRC de Bellechasse et de La Nouvelle-Beauce

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a annoncé le 7 octobre, à la suite d'une recommandation formulée par les autorités de santé publique, qu'à partir du 11 octobre, le port du masque d'intervention sera obligatoire pour tous les résidents des résidences privées pour aînés (RPA) ainsi que pour tous les élèves des établissements scolaires du primaire et du secondaire des MRC de Bellecha...

Le Jardin Norah et Romy inauguré

C’est dans la cour arrière de l’organisme Deuil-Jeunesse de Québec qu’a été inauguré le jardin commémoratif de Norah et Romy Carpentier, le 6 octobre dernier. À l’image des intérêts des deux fillettes lévisiennes décédées à l’été 2020, le jardin sera un lieu d’intervention et réconfortant pour la clientèle endeuillée de Deuil-Jeunesse.

Pénurie d’infirmières : Québec prêt à investir 1 G$ dans une «petite révolution»

En compagnie de la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, et du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, le premier ministre du Québec, François Legault, a présenté, le 23 septembre, le plan gouvernemental pour s’attaquer à la pénurie d’infirmières que vit la province Québec prévoit investir jusqu’à 1 G$ pour inciter des milliers d’infirmières à travailler de nouveau da...

Une dernière année en distinction pour un cadet lévisien

À 18 ans, Tomas Lacroix est depuis 5 ans membre du corps des Cadets royaux de l’armée canadienne 2820 des Chutes-de-la-Chaudière. L’adjudant-maître Lacroix a eu la chance d’amorcer sa dernière année dans le corps avec une distinction prestigieuse alors qu’il a été nommé cadet de l’armée le plus exceptionnel du Canada pour 2021 et récipiendaire de l’épée commémorative du lieutenant-général Walsh pa...

COVID-19 : trois décès enregistrés dans le sud de la région

Dans son bilan régional sur l'évolution de la pandémie publié lundi, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé que trois résidents du sud de la région ont récemment perdu leur combat contre la COVID-19.