samedi 22 juin 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Sports

Alexia Aubin : un parcours sportif rempli de succès

Les + lus

Alexia Aubin s’est entendue avec la Colgate University afin d’intégrer son équipe de hockey féminin en 2024.� Photo : Courtoisie

11 janv. 2023 08:39

La hockeyeuse lévisienne, Alexia Aubin, était à l’œuvre sur la glace du Pavillon de la Jeunesse à Québec, le 17 décembre dernier, alors qu’Équipe Québec et elle affrontaient les étoiles du circuit collégial féminin D1. En effet, celle qui a remporté la médaille d’or avec Équipe Canada lors du Championnat du monde de hockey U18 l’été dernier a été sélectionnée parmi les joueuses qui représenteront la province lors des Jeux du Canada qui se dérouleront du 18 février au 5 mars à l’Île-du-Prince-Édouard.

Ainsi, la Lévisienne fera partie des 20 hockeyeuses québécoises qui formeront l’équipe. Aubin se réjouit de retrouver d’anciennes coéquipières et adversaires qui composeront l’alignement de l’équipe provinciale. «J’ai souvent joué contre elles et d’être dans la même équipe, c’est différent, mais ce sera vraiment une belle expérience», a-t-elle souligné en entrevue avec le Journal.

La mission est claire et grande pour celle qui évolue avec les Spartans du Stanstead College, mais le chemin pour s’y rendre sera tout autant formateur et important. «L’objectif, c’est de gagner la médaille d’or, c’est certain! J’arriverai là-bas pour avoir du plaisir entre amies. On souhaite gagner, mais au-delà de ça, c’est une belle expérience à vivre», a soutenu la hockeyeuse.

Ce match qui opposait Équipe Québec aux étoiles collégiales était une première opportunité pour la formation québécoise de jouer ensemble. Elles ont d’ailleurs remporté l’affrontement par la marque de 3 à 2.

Championne du monde, NCAA et passion

C’est en juin dernier qu’Alexia Aubin a pris part au Championnat du monde de hockey U18 avec Équipe Canada au Wisconsin. Les Canadiennes sont venues à bout des Américaines lors de la grande finale par la marque de 3 à 2 et elles ont été sacrées championnes du monde.

Le monde s’est alors ouvert à Alexia Aubin, elle qui allait recevoir à son retour des propositions d’universités américaines afin de s’entendre pour obtenir une place au sein d’une équipe de la National Collegiate Athletic Association (NCAA) évoluant en division 1.  Ce sont les universités de Colgate et de Quinnipiac qui ont le plus retenues l’attention de la Lévisienne.

«J’ai visité les deux universités, c’étaient deux petites universités qui me font penser au Stanstead College et c’est vraiment ce que je recherchais. C’est une petite communauté, tout le monde est chaleureux. Mon choix s’est arrêté sur Colgate parce que, oui, le programme de hockey est excellent, mais j’ai eu une très bonne impression des gens là-bas», a expliqué celle qui s’est entendue verbalement pour amorcer son parcours universitaire en 2024 avec cette institution située dans l’État de New York.

Maintenant que ces émotions fortes sont derrière elle, Aubin est de retour au Stanstead College depuis cet automne et la saison de hockey se déroule très bien. «En revenant du Wisconsin avec les universités et ce processus-là, c’était beaucoup de pression, mais tout s’est bien déroulé, tout est revenu à la normale, j’en profite vraiment», a-t-elle partagé.

Au moment d’écrire ces lignes, les Spartans étaient en première position du classement général de la Junior Women’s Hockey League avec une fiche de 12 victoires et une défaite. Déjà, Alexia Aubin constate que ses nouvelles expériences ont un impact positif au sein de son équipe.

«J’ai énormément gagné en expérience et je crois que c’est un atout pour l’équipe cette saison-ci. On connaît une très bonne saison, on a beaucoup de plaisir ensemble et on performe bien. Mon style de jeu n’a pas changé, mais j’ai pris en confiance et ça parait dans la dynamique d’équipe. J’ai toujours joué un rôle de rassembleuse, mais c’est encore plus facile de le faire maintenant», a analysé la Lévisienne.

Malgré toutes ces nouveautés et ces nouveaux engagements envers le sport, la hockeyeuse reste terre à terre et vit dans le moment présent afin de profiter de toutes ces opportunités qui se présentent à elle.

«Il faut que ça reste un jeu et quelque chose que j’aime. Il faut que ça demeure ma passion. Je n’ai pas envie de me sentir obligée de jouer et devoir le faire pour quelqu’un d’autre. Je joue au hockey parce que j’aime ça et c’est certain qu’il y a souvent des moments stressants, mais je suis bien entourée», a-t-elle conclu.

Les + lus