mercredi 24 juillet 2024
Votre Journal. Votre allié local.
Grande plée Bleue

Un joyau naturel rouvre ses portes pour l’été 2024

Les + lus

Une flore variée peut être découverte sur le site lévisien. Photos : Henri Paquette

31 mai 2024 10:09

La Société de conservation et de mise en valeur de la Grande Plée Bleue (SGPB) rouvrira ses portes, dès le 1er juin prochain, pour permettre aux visiteurs d’admirer l’importante tourbière, située à l’est de Lévis. Visites guidées, observation d’oiseaux et de plantes carnivores, et bien d’autres activités sont prévues pour la saison estivale.

Par Henri Paquette

 La Grande Plée Bleue est un imposant joyau du territoire lévisien, notamment en raison de sa grande étendue de 15 km², qui en fait une des plus grandes tourbières protégées du Québec. Sa formation aurait débuté il y a environ 9 500 ans, donc lors de la déglaciation du continent. Ce n’est toutefois qu’à partir des années 1980 que l’idée de protéger cet endroit a émergé. Aujourd’hui, les guides naturalistes qui y travaillent, Gabrielle Braün et Marie-Catherine Gosselin, espèrent l’atteinte d’une nouvelle étape dans la protection de cet endroit.

«Pour l’instant, c’est une zone de conservation en voie de devenir une réserve écologique. Le projet de réserve écologique viserait à protéger 60 % du territoire à perpétuité, donc on veut vraiment le garder le plus intact possible. Il n’y aurait aucune activité qui pourrait (y) être faite, à l’exception de l’éducation, de la recherche et de la gestion», mentionne Mme Braün.

Par éducation, les deux guides soutiennent l’importance de sensibiliser les gens à la conservation des milieux humides, essentiels à la captation du dioxyde de carbone. Elles souhaitent ainsi que la tourbière soit davantage connue du grand public, ce qui «mettra plus de pression sur le gouvernement pour la protéger», selon Mme Gosselin.

Des activités inédites incluses dans l’effort de conservation

Durant la semaine, le public pourra visiter les lieux lors de visites guidées gratuites se déroulant les mercredis, jeudis et vendredis. Les visiteurs devront choisir entre les visites débutant à 9h ou celles débutant à 13h30.

Nouveauté cette année : les visites libres sur la passerelle de bois sillonnant la tourbière seront aussi possibles le samedi, de 9h à 16h, et non plus seulement le dimanche, comme l’an passé. Les visiteurs seront invités à poser des questions aux guides qui parcourront la passerelle durant les fins de semaine.

À part ce nouveau format dans les visites, les deux guides naturalistes innovent aussi avec des activités qui sortent des sentiers battus. «On va organiser une soirée Perséides en août, on a la Société de bryologie qui va venir parler des sphaignes, des mousses et des lichens, et ça va être accessible au grand public également. On a fait des demandes pour faire une sortie sur les oiseaux, les batraciens et les insectes», lance fièrement Mme Braün.

Grâce à ces activités, les gens pourront «autant avoir de la théorie sur les groupes d’animaux (et de végétaux) visés que sortir sur le terrain et aller les voir», ajoute Marie-Catherine Gosselin.

Les visiteurs invités à participer à une recherche

Au bout de la passerelle, les personnes intéressées pourront prêter main-forte au chercheur Scott J. Davidson, de l’Université de Plymouth, au Royaume-Uni, qui souhaite mener une étude sur l’évolution du verdissement des plantes pendant l’été et l’automne.

Les participants n’auront qu’à positionner leur téléphone portable sur une petite structure métallique, conçue pour permettre une prise de photo conforme aux fins de la recherche, et à envoyer cette photo à l’adresse courriel de M. Davidson.

Pour plus d’information sur la Grande Plée Bleue, vous pouvez consulter le grandepleebleue.ca.

Les + lus