lundi 15 juillet 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Dans les régions les plus dangereuses pour les piétons

Les + lus

CRÉDIT : GILLES BOUTIN

07 mai 2021 08:36

Plusieurs organismes de la région étaient présents à l’événement virtuel de Piétons Québec, Tous piétons!. Lors d’un forum présenté jeudi dernier, ils ont pu braquer les projecteurs sur la dure réalité vécue par les piétons de la Chaudière-Appalaches.

Par Manuel Cardenas

Selon des statistiques de Piétons Québec, chaque jour dans la province, près de huit piétons sont victimes de collisions. Cinq victimes par semaine subissent de grandes blessures et on compte un décès tous les six jours.

La directrice de Piétons Québec, Sandrine Cabana-Degani, pense que les chiffres régionaux sont également inquiétants.

«On constate que de 2015 à 2019, il y a eu 23 décès. C’est donc une à sept personnes qui décèdent chaque année dans la région, en marchant tout simplement. Cela sans compter les nombreux blessés, qui voient leur vie bouleversée après une collision. Quand on considère le nombre de décès par 100 000 habitants, on constate que Chaudière-Appalaches est malheureusement à la troisième place dans le classement des pires régions administratives du Québec, selon l’indice du risque piétonnier», a exprimé Mme Cabana-Degani.

Le bilan dans l’ensemble de la province serait également de pire en pire au fil des années. Selon la directrice de Piétons Québec, la cause de ce bilan viendrait des conducteurs et non des passants.

«Il y a plusieurs études au Québec et ailleurs, qui démontrent que la distraction du piéton n’explique pas la hausse de collisions à laquelle on assiste dans les dernières années. La SAAQ a réalisé une analyse détaillée des rapports des accidents de 2011 à 2015, et seulement 15 % des cas sont associés à une distraction du piéton contre 68 % chez les conducteurs seuls», a fait valoir Sandrine Cabana-Degani.

D’autre part, un portrait de la réalité régionale a été présenté par la coordonnatrice de projets chez Accès transports viables, Valérie Marcon. Selon sa description, plusieurs éléments pourraient expliquer la situation préoccupante actuelle dans la région.

Des problèmes comme le manque de trottoirs, l’absence de déneigement, la vitesse élevée des voitures, la discontinuité des réseaux et les intersections dangereuses ont été soulevés.

Éliminer les problèmes

À la suite de cette présentation, deux tours de table ont été réalisés avec les participants à la conférence pour tenter de trouver des solutions à ce problème. Des porte-paroles du Collectif virage, de la SAAQ, du Filon, du Conseil régional de l’environnement Chaudière-Appalaches (CRECA) et de la Société de transport de Lévis ont d’ailleurs participé aux échanges.

En somme, les enjeux énoncés sont le manque d’aménagements et d’infrastructures favorisant les déplacements à pied ainsi que la faible incitation au respect des limites de vitesse. Également, plusieurs ont pointé du doigt le fait que le cadre bâti favorise le déplacement en voiture. Selon des intervenants, les grandes distances à parcourir nuisent aussi à la marche utilitaire ou de loisir.

Les tours de table ont également fait entendre la nécessité de rassembler différents intervenants de la région et d’impliquer les citoyens pour travailler sur le sujet était nécessaire.

«Les échanges d’aujourd’hui servaient à faire connaître la problématique. Après, pour la mise en place des actions, ça revient à chaque région, chaque municipalité et on espère qu’il y aura des passages à l’action à la suite de cette conférence», a conclu Katia Lesiack, chargée de projet de la campagne Tous piétons!.

Les + lus