dimanche 14 avril 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Communauté > Actualités

Dossier - Inflation

L’argent que l’on jette

Les + lus

Photo : Archives - Gilles Boutin

28 nov. 2023 06:53

Une des grosses dépenses inévitable puisqu’elle répond au besoin essentiel de s’alimenter est celle de l’épicerie. Le coût du panier d’épicerie n’a cessé d’augmenter depuis 2020. Pourtant, chaque ménage continue de vivre à plus ou moins grande échelle du gaspillage alimentaire qui pourrait être évité et ainsi sauver des sous.

La professeure agrégée en Sciences de la consommation et directrice des programmes de 1er cycle en Sciences de la consommation à l’Université Laval, Jacinthe Cloutier, explique que son champ d’expertise touche l’étude du consommateur en ayant son bien-être à cœur. Cette dernière a d’ailleurs fait de la recherche afin de dresser un portrait de la population quant au gaspillage alimentaire.

«On ne peut pas mettre tout le monde dans le même panier. Il y a plusieurs profils de consommateurs, dont ceux qui se sentent très concernés par ce problème et ceux qui s’en foutent complètement. Par contre, il y a un troisième profil qui se distingue et c’est celui des jeunes familles», souligne Jacinthe Cloutier.

Malgré qu’une personne ait une attitude positive face à la réduction du gaspillage alimentaire, il peut être plus difficile de le faire avec de jeunes enfants. Par exemple, lorsqu’ils reviennent de l’école avec un aliment qui a passé toute la journée dans la boîte à lunch. «Tu as beaucoup moins de contrôle et tu as aussi beaucoup moins de temps à passer à réfléchir comment faire pour moins gaspiller», ajoute la professeure.

Comment moins gaspiller?

Jacinthe Cloutier souhaite spécifier qu’elle s’est basée sur la définition de Recyc-Québec du gaspillage alimentaire, soit qu’un «aliment qui est destiné à la consommation humaine et qui n’est pas consommé par un humain, c’est ça du gaspillage alimentaire». Donc, lorsqu’on renverse son café, qu’on met un aliment au compost, qu’on donne quelque chose à notre animal, cela n’évite pas le gaspillage alimentaire, par exemple.

Le premier comportement à adopter pour Jacinthe Cloutier afin de prévenir cette pratique est la planification. «Si tu fais ton épicerie une fois par semaine, tu fais ta liste en fonction de ce que tu vas manger et non pas seulement tes envies. J’ai remarqué que les gens qui ne suivent pas leur liste d’épicerie et qui achètent selon leurs envies font plus de gaspillage alimentaire», raconte la professeure.

En plus de la planification, il est important de savoir comment utiliser un aliment à son plein potentiel et savoir aussi comment le conserver sur une plus longue période. Jacinthe Cloutier souligne qu’il existe plusieurs sites Internet, groupes Facebook et communautés d’entraide qui partagent des trucs et des questions afin d’éviter le gaspillage alimentaire.

L’achat de produits à rabais. parce qu’ils sont près de la date de péremption. peut être intéressant afin d’économiser de l’argent, mais encore faut-il savoir comment bien apprêter ces aliments, souligne la professeure.

Jeter de l’argent

Bien qu’une grande partie de la population sent cette hausse du coût de l’épicerie, sujet dont on entend fréquemment parler en cette période d’inflation, certains ne réalisent pas «que ce qu’on jette, ça a une valeur monétaire», explique Jacinthe Cloutier.

En plus d’éviter le gaspillage, d’autres techniques peuvent être appliquées afin d’économiser sur l’épicerie, comme comparer les spéciaux lors de la planification des repas et de la liste, éduquer les enfants afin d’aider à réduire le gaspillage alimentaire ainsi qu’avoir une meilleure gestion de ses envies quand vient le temps d’acheter des choses dont on n’aurait pas réellement besoin.

Les + lus