vendredi 24 mai 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Politique > Actualités

Renouvellement de convention collective

Les policiers de Lévis lancent des moyens de pression

Les + lus

Photo : Archives - Gilles Boutin

08 avr. 2024 12:52

La Fraternité des policiers et policières de Lévis (FPL) met en oeuvre, à compter d’aujourd’hui, des moyens de pression pour faire débloquer les négociations avec le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) et la municipalité.

Les agents du SPVL sont sans convention collective depuis décembre dernier et des négociations battent leur plein entre les deux parties depuis plus de six mois. Pour marquer leur impatience face à la lenteur des pourparlers, les policiers lévisiens portent depuis ce matin des jeans ou des pantalons de combat de couleurs.

En ce qui a trait aux conditions de travail, l'impasse dans les négociations concerne le refus du SPVL «d’assurer des formations nécessaires et jugées importantes pour la santé et la sécurité professionnelles des policiers», selon la FPL.

Concrètement, le syndicat demande au corps policier lévisien d’assurer notamment des formations touchant l’intervention physique et tactique ainsi qu'un cours de suivi sur la conduite automobile en situation d'urgence. Par voie de communiqué, la FPL a, entre autres, déploré qu’une seule formation portant sur l'intervention physique et tactique a été tenue depuis 2012.

«Nous veillons toujours à offrir les meilleurs services possible. Et pour bien y arriver, comme pour n’importe quel corps de métier professionnel, nous avons besoin de formation continue. Actuellement, les types de formations offertes sont minimaux et inappropriés aux besoins. C’est laissé au choix de la direction qui ne veut pas prioriser des éléments aussi importants que l’usage de la force ou la conduite en situation d’urgence. Ce sont pourtant des pratiques très sensibles dans notre métier», a soutenu Sébastien Douville, président de la FPL.

Pour répondre à sa demande, la FPL exige que le SPVL et la Ville de Lévis inclut dans la prochaine convention collective la tenue de formations sur ces sujets.

«Nous voulons enchâsser cette obligation dans la convention collective puisque depuis 10 ans, les promesses de la direction sont restées lettres mortes. Nous sommes franchement désolés d’avoir recours à des moyens de pression pour assurer aux policiers et policières des formations pourtant très importantes à leur métier, pour la population», a déclaré M. Douville, en ajoutant qu'il croit que les parties «trouveront bientôt un terrain d'entente sur ce sujet aussi évident».

Un peu plus tard lundi, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a pour sa part déclaré que le comité de négociation dans ce dossier était en marche et que la «bonne foi et la confiance» règnent entre les deux parties.

Les + lus