dimanche 14 avril 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Main-d'œuvre > Affaires

Pénurie de main-d'oeuvre

Projet lancé pour retenir les travailleurs expérimentés

Les + lus

Photo : Annie Gray - Unsplash

26 févr. 2024 01:52

La ministre de l'Emploi, Kateri Champagne Jourdain, a annoncé, le 26 février, un investissement de 987 289 $ pour la mise en œuvre d'un projet du Conseil du patronat du Québec qui vise à soutenir les entreprises qui veulent devenir des «milieux de travail attractifs» pour les Québécois de 60 à 69 ans qui souhaitent prolonger leur carrière ou retourner sur le marché du travail.

Les entreprises de toutes les régions du Québec souhaitant recevoir un accompagnement personnalisé, gratuit et d'une durée de 35 heures peuvent contacter le Conseil du patronat du Québec.

Concrètement, elles pourront définir à cette occasion les meilleures pratiques pour faciliter la conciliation vie personnelle et vie professionnelle ou encore pour alléger la charge de travail.

Notons que dans le cadre de ce projet, certains secteurs sont privilégiés, notamment ceux qui sont particulièrement affectés par la pénurie de main-d'œuvre, tels que les secteurs de la construction, de la fabrication, du commerce de détail, des services d'hôtellerie et de la restauration.

«Besoins concrets»

Le gouvernement provincial estime que cet investissement est important puisqu'il répondre à une demande ressentie au sein de plusieurs entreprises.

Selon les sondages réalisés par le Conseil du patronat du Québec, seuls 8 % d'entre elles ont une politique ou des pratiques pour le recrutement ou la rétention de ces personnes, et 70 % ne connaissent pas les ressources pour les joindre.

D'ailleurs, si le Québec avait eu le même taux d'emploi pour les personnes de 60 à 69 ans que celui observé en Ontario en 2023, ce serait environ 42 000 personnes de plus qui seraient sur le marché du travail.

«Ce projet permettra de mieux outiller les PME, grâce à un accompagnement personnalisé qui favorisera l'embauche de Québécoises et de Québécois de 60 ans ou plus au sein de leur organisation. C'est bon pour les entreprises affectées par la pénurie de main-d'œuvre et c'est bon pour celles et ceux qui souhaitent prolonger leur carrière. Les entreprises ne disposent pas toujours des outils nécessaires pour adapter leurs pratiques et offrir un environnement de travail attrayant aux personnes désireuses de prolonger leur carrière ou de retourner sur le marché du travail, et, avec ce projet, tout le monde y gagne! J'invite les entreprises à s'y inscrire dès maintenant!», a conclu Kateri Champagne Jourdain.

Les + lus