dimanche 14 avril 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Industries > Affaires

Stratégie nationale de construction navale

Un premier contrat pour Davie

Les + lus

Photo : Archives - Gilles Boutin

26 mars 2024 08:47

Près d'un an après son intégration officielle dans la Stratégie nationale de construction navale (SNCN), Chantier Davie Canada a obtenu son premier contrat du gouvernement fédéral. Ottawa et l'entreprise lévisienne en ont fait l'annonce, le 26 mars.

Toutefois, il s'agit d'un pacte relativement modeste puisqu'il s'agit d'une entente pour lancer les travaux initiaux de conception de six brise-glaces polaires. Ces navires doivent être construits dans les cales de la Davie, comme l'a promis Ottawa au cours des derniers mois. Selon Radio-Canada, le contrat accordé le 26 mars est d'une valeur de 19 M$.

Ce geste posé par le gouvernement fédéral en son endroit a été bien accueilli par la direction de l'entreprise lévisienne.

«Il s’agit d’une première étape importante dans notre démarche visant à livrer une flotte de brise-glaces les plus grands et les plus technologiquement avancés jamais construits au Canada, pour le Canada. Je tiens à remercier chaleureusement les équipes dévouées de Davie, de la Garde côtière canadienne et de Services publics et Approvisionnement Canada. Leurs efforts pour préparer cette étape historique ont été considérables. Maintenant, nous sommes impatients de commencer à travailler au renouvellement de la flotte arctique du Canada», a souligné James Davies, président et chef de la direction de Davie.

Pour sa part, le gouvernement fédéral estime qu'il s'agit d'une «étape important marquant le début de l'ensemble des travaux que Davie effectuera dans le cadre de la SNCN» et que le contrat «contribuera à faire avancer les prochaines phases de conception, de construction, de livraison et de soutien de ces navires stratégiques».

«Ce premier contrat octroyé au Chantier Davie sous la Stratégie nationale de construction navale nous rapproche de notre objectif de fournir à la Garde côtière canadienne la prochaine génération de navires pour l’Arctique. Ils seront parmi les plus avancés, les plus durables et les mieux adaptés aux environnements les plus difficiles du monde. La nouvelle flotte incarnera la présence du Canada dans l’Arctique et jouera un rôle essentiel pour que notre pays puisse rester ouvert au commerce tout au long de l’année», a déclaré  Jean-Yves Duclos, député fédéral de Québec et ministre des Services publics et Approvisionnement Canada.

Davie a indiqué qu'il mettra sur pied un bureau de gestion de projet et de conception de brise-glaces et qu'elle veut recruter des équipes de professionnels «hautement qualifiés dans le domaine de la construction navale», qui se chargeront de tous les aspects de la construction du plus gros carnet de commandes de brise-glaces lourds au monde.

Le chantier naval lévisien a aussi rappelé qu'il confiera à des «sous-traitants clés» la conception et la certification des navires en fonction des normes établies en matière de sécurité, d’environnement et de performance.

Intervenants heureux

À la suite de l'annonce, plusieurs acteurs gravitant au tour de Chantier Davie ont tenu à saluer la bonne nouvelle.

«Pour les fournisseurs, c’est une excellente nouvelle, on passe de l’annonce du mois d’avril dernier à un moment cruciale pour la suite du processus. Il ne faut pas se laisser distraire par la valeur de l’annonce, car pour Davie c’est une étape stratégique vers l’accomplissement de son mandat qui est de construire des navires. La chaîne d’approvisionnement est très heureuse et cela envoie un message clair à savoir que le design et les coûts vont se préciser dans les prochains mois», a déclaré Pierre Drapeau, président-directeur général de l'Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada.

«La CSN salue l’annonce d’aujourd’hui qui est un pas dans la bonne direction pour que le chantier Davie obtienne éventuellement sa juste part des contrats de fabrication de navires dans la Stratégie nationale en matière de construction navale. Pour y arriver, il faudra absolument que le gouvernement du Québec débloque les fonds pour l’agrandissement du chantier», a pour sa part renchéri Caroline Senneville, présidente de la CSN (centrale syndicale qui représente les travailleurs de l'entreprise lévisienne).

Les + lus