mercredi 21 février 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Transports > Actualités

Panel

La mobilité durable analysée au Cégep de Lévis

Les + lus

Le professeur en philosophie du Cégep de Lévis, Daniel Desroches, a notamment plaidé pour rendre la voiture moins attractive. Photo : Catherine D'Amours

17 oct. 2023 08:49

Un panel visant à aborder le sujet de la mobilité durable à Lévis s’est tenu au Cégep de Lévis le 3 octobre dernier. Avec un œil critique sur comment rendre la mobilité durable accessible aux étudiants du Cégep, les membres du panel ont pu définir ce qu’est la mobilité durable et échanger sur l’avenir de celle-ci pour les Lévisiens.

Composé de représentants d’institutions lévisiennes comme la Société de transport de Lévis (STLévis), la Ville de Lévis, le Conseil régional de l’environnement Chaudière-Appalaches (CRECA), le Jour de la Terre Canada, le Collectif Virage ainsi que d’un professeur en philosophie et grand environnementaliste du Cégep de Lévis, les membres du panel ont échangé devant les citoyens ainsi que les étudiants du Cégep.

«La mobilité durable c’est tout mode de transport qui a moins d’impact sur l’environnement et la santé humaine. On peut penser au transport collectif, l’autopartage, le covoiturage et la mobilité active, donc le fait de se déplacer à vélo ou à pied», a expliqué la directrice générale du CRECA, Josée Breton.

Ajoutant qu’il existe plusieurs paliers à la mobilité durable comme «l’amélioration de l’efficacité énergétique, le transfert de mode de transport et l’évitement du véhicule motorisé dans les déplacements», Josée Breton a été la première panéliste et non la dernière à souligner que tous ces paliers et plus particulièrement celui de l’évitement du véhicule motorisé se font dans la mesure où il y a un aménagement du territoire qui permet de le faire.

«Avant de nous doter d’une mobilité durable, nous devons avoir une mobilité qui est sécuritaire. Pour participer à la solution, il faut savoir si les gens qui se déplacent à pied ou à vélo peuvent le faire de façon sécuritaire et [la Ville de Lévis] est en train de faire un grand chantier sur une stratégie de sécurité routière avec une consultation des citoyens à l’automne. Il faut que les solutions viennent des citoyens», a souligné le directeur des transports et de la mobilité durable pour la Ville de Lévis, David Boudreault.

L'un des éléments qui est ressorti des discussions menées par le panel, c’est que l’aspect social est très important dans le développement de la mobilité durable. Que ce soit de s’assurer que toutes les clientèles soient desservies et prises en compte dans les nouveaux projets ou bien par les décisions que les citoyens font dans le choix de leur déplacement, l’objectif est de rendre le tout convivial pour la majorité de la population lévisienne.

«C’est vraiment le volet économique qui va faire que les gens vont faire des changements dans leur transport. Est-ce que le coût du stationnement, par exemple, est assez important pour faire un transfert vers l’autobus? Nous avons une volonté de faire une piste cyclable utilitaire à l’année qui relierait la tête des ponts avec le Cégep de Lévis, mais nous sommes conscients qu’il n’y a pas qu’un axe pour venir au Cégep, donc c’est un défi de le faire dans des villes qui ont été pensées pour les voitures solos», a ajouté David Boudreault, qui souhaite que la population se prononce sur ce qui ferait qu’ils utiliseraient de moins en moins la voiture solo voir ne plus l’utiliser.

Du côté de la STLévis, plusieurs projets sont dans la vision future de l’organisme, mais semblent être plus difficiles à concrétiser dans un futur proche dû au manque de main-d’œuvre pour les chauffeurs et aux moyens financiers qui seraient requis afin d’augmenter la quantité d’autobus et l’espace pour les entreposer et les entretenir.

«Présentement, le Cégep est desservi par le Lévisien 2. Si on habite proche de Guillaume-Couture, c’est bien, mais si on se retrouve dans un quartier périphérique ou qui est perpendiculaire à cet axe principal, c’est certain que cela peut décourager l’utilisation de l’autobus en raison du temps que ça engendre. Nous avons des parcours réservés en ce moment pour des écoles secondaires qui partent de chacun des quartiers de Lévis. Nous souhaiterions faire la même chose pour le Cégep de Lévis. Donc, des trajets qui partent de Saint-Jean-Chrysostome, par exemple, qui prennent l’autoroute 20 et qui s’en vont directement au Cégep. C’est dans notre vision 2026», a développé le conseiller en planification de la STLévis, Sébastien Mackey.

Ce dernier a aussi souligné la hausse des déplacements à l’interne à Lévis qui mène à vouloir augmenter les différents services de la STLévis.

Du développement au Cégep de Lévis

En plus du panel, la conseillère en développement durable du Cégep de Lévis, Éléonore Aubin, en a profité pour annoncer un projet de mobilité durable au sein de l’établissement scolaire.

«Au Cégep, notre responsabilité face à cet enjeu est d’améliorer notre milieu de vie afin de le rendre plus favorable à initier des changements. C’est dans ce cadre que nous allons installer avant l’hiver un espace terrasse mobilité durable.»

La terrasse sera composée d’un endroit permettant de se regrouper à l’extérieur du Cégep avec des tables et autres mobiliers, mais sera surtout composée de 60 à 80 places pour les vélos, dont certaines places seront entièrement couvertes. Projet conçu par les étudiants du Cégep de Lévis en architecture et compléter par des professionnels en 2021, les étudiants pourront profiter de cet espace possiblement au printemps 2024, comme les travaux se feront normalement avant l’hiver.


Les + lus