lundi 15 avril 2024
Votre Journal. Votre allié local.
Collectif Sauvetage

Des Lévisiens s’opposent à un «nouveau projet Rabaska»

Les + lus

Durant la prise de parole citoyenne, un documentaire a été tourné pour immortaliser le moment. Photos : Manuel Cardenas

19 juin 2023 09:39

Une quarantaine de Lévisiens ont participé à une activité de mobilisation dans le secteur de Ville-Guay, sur le territoire visé par le projet industriel Rabaska tombé à l’eau en 2013. Le groupe Collectif Sauvetage, a organisé cet événement pour afficher leur opposition envers de potentiels projets industriels dans cette zone.

Par Manuel Cardenas - info@journaldelevis.ca

Le collectif qui milite pour la protection du patrimoine agricole à Lévis et Beaumont, craint une acquisition imminente du Port de Québec. Rappelons que ce dernier a obtenu le feu vert du ministère fédéral des Transports pour acheter le territoire en question qui appartient toujours à Rabaska. De plus, le 2 juin dernier, la Ville de Lévis a amorcé un processus d’expropriation pour mettre la main sur la moitié sud du site, qui correspond à la zone industrielle Lévis-Est dans le schéma d’aménagement de la municipalité.

Les citoyens présents à la première activité de mobilisation du Collectif Sauvetage a alors demandé la réinclusion des terres totalisant 272 hectares dans la zone agricole permanente du Québec afin qu’elles soient de nouveau protégées par la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ).

«Nous avons lancé une pétition qui demande le retour de la protection de la (CPTAQ), et dit non à l'expansion du Port de Québec. Ici c'est un patrimoine extrêmement riche, on est juste en face de l'île d'Orléans, on est dans les premières terres cultivées au Québec il y a plus de 350 ans. On a 18 hectares de tourbières, des milieux forestiers acéricoles, des plantes indigènes qui sont menacées et protégées par les lois. Bref, c'est un milieu qui est habité, donc on ne veut vraiment pas qu'il y ait une exploitation industrielle. On a lutté à partir de 2003 à Beaumont et surtout de 2008 à 2013 contre Rabaska et on n'est pas près de se laisser faire une fois de plus», a expliqué une des organisatrices de l’événement, Valérie Cayouette-Guilloteau.

La pétition en question a été lancée il y a moins d’une semaine et est parrainée pour un dépôt futur à l’Assemblée nationale du Québec par le député solidaire de Jean-Lesage, Sol Zanetti. Au moment d’écrire ces lignes, elle comptait près de 200 signatures. Mme Cayouette-Guilloteau est satisfaite de l’appui de la communauté face à sa lutte et a confiance que le soutien envers le mouvement d’opposition obtien ira en s’accroissant.

«Aujourd'hui, malgré la température, beaucoup de personnes sont venues. Pour nous,c'est le signe que la mobilisation va être là et va continuer de grossir. On s'attend à beaucoup plus de signatures de la pétition dans les prochains mois, nous en sommes très confiants», a ajouté Mme Cayouette-Guilloteau.

Une «bombe à retardement»

L’organisatrice de l’événement a salué le désir de Gilles Lehouillier d’exproprier la Société en commandite Rabaska, toutefois, elle croit qu’une nouvelle menace pourrait également venir de la Ville de Lévis.

«Je salue le geste audacieux du maire Lehouiller qui nous a permis de gagner du temps, car quand que le Port de Québec arrive, ça devient un territoire fédéral. donc les lois municipales ne s’appliquent plus. Si le maire n'avait pas fait ça, je crois qu'au moment où on se parle, on serait déjà en terrain fédéral ici. Je préfère mener ce combat chez nous avec nos pouvoirs municipaux et provinciaux. On a gagné du temps, par contre, le projet de la ville, c’est une zone industrielle, ce projet-là ne fonctionne pas non plus, c'est une lutte qu'on devra mener aussi, nous ce qu'on veut c'est la protection générale de tout le territoire», a soutenu Valérie Cayouette-Guilloteau.

Notons finalement que le Collectif Sauvetage prévoit tenir d’autres activités de mobilisation en juillet.


Les + lus