Avec l'exposition 2G4E (ToGether ForEver), présentée jusqu'au 5 juin au Centre d'artistes Regart, l'artiste multidisciplinaire Mathieu Lévesque invite les amateurs d'art lévisiens à revoir leur définition de la peinture, de la sculpture et de l'architecture avec une audacieuse installation aux allures uniques.

Par Raphaël Lavoie
raphaellavoie@journaldelevis.com

Difficile de manquer l'imposante poutre blanche traversant la galerie, tout comme l'immense dégradé de couleurs peint sur le mur d'en face, dont les reflets colorent la longue structure architecturale. 

Au-delà de la simple exposition, les visiteurs de Regart auront l'impression de pénétrer à l'intérieur même d'une œuvre de Mathieu Lévesque en visitant 2G4E au cours des prochaines semaines.

Cela dit, pour l'ancien graffeur, les installations de cette taille n'ont plus rien d'inhabituel. Voulant repousser les limites du tableau, il se sert des espaces d'expositions comme une seule et unique grande toile, où tous les éléments présentés forment un tout, s'influençant les uns et les autres.

«Je m'intéresse beaucoup à ce qui se passe à l'extérieur du tableau, donc nécessairement le contexte. […] Le reflet de couleur colore même les gens. Donc, la limite n'est pas discernable», explique-t-il.

Au sein de l'exposition, les visiteurs pourront ainsi découvrir que l'artiste montréalais s'est approprié les murs de Regart en y appliquant de la peinture suivant différentes techniques, de la plus soignée jusqu'au plus brouillon, à la cannette, au rouleau ou au minuscule pinceau.

Ce faisant, Mathieu Lévesque souhaite représenter l'éventail de possibilités qui s'offre au peintre lorsqu'il remplit une surface.

2G4E hébergera par ailleurs également des tableaux du diplômé en arts visuels de l'UQAM. Encore là, il revisite complètement la forme du médium : dessinée par ordinateur, la forme de la toile est ensuite découpée et assemblée par Lévesque, qui ne peint au final en couleur que les côtés du tableau.

«Normalement, la bordure d'un tableau dans la définition classique, ça sert à stopper le regard, tandis que moi, la bordure est un peu un agent de liaison entre l'extérieur et l'intérieur. Pour moi, l'extérieur fait autant partie de l'espace pictural. J'inverse toutes les composantes de base», soutient l'artiste. 

Soulignons en terminant que pendant la même période, le centre d'artistes en arts visuels présentera également en vitrine le projet Puerpéralité de la membre-artiste Laurie St-Onge Dostie dans la Vitrine des membres et le travail sonore de François Chamberland, qui sera quant à lui en écoute libre dans la galerie.

Crédit photo : Charles-Frédérick Ouellet

Les plus lus

Amener la musique dans les quartiers du Québec

Depuis le début de la crise sanitaire, plusieurs initiatives sont nées pour permettre aux Québécois de se divertir tout en restant sur leur propriété, dont une qui a vu le jour à Lévis. Depuis le 23 juin, les artistes de la région Patrick Dumoulin, Samuel Jalbert-Raymond et Jérémy Plante font vivre la tournée Nomade, une série de concerts mobiles à travers le Québec.

The Young Cast de retour sur NBC le 23 juin

La troupe du studio de danse lévisien District.Mao s'est qualifiée grâce à sa performance présentée le 9 juin dernier à l'émission américaine World of Dance sur NBC. The Young Cast reviendra le 23 juin devant les juges pour défendre sa place dans cette quatrième saison de la compétition.

Un concert à la maison comme si on y était

Le Vieux Bureau de Poste (VBP), avec 17 autres diffuseurs de Réseau Centre dont fait partie la salle lévisienne, diffuseront une série de cinq spectacles en ligne. Malgré une scène bien vivante, l’horizon reste flou pour le déconfinement des salles de spectacles.

Cartographies imaginaires en vitrine

Composée de 16 gravures rehaussées au crayon de couleur, Nous ne contrôlons pas le soleil est une installation de Marie-Claude Drolet. L’œuvre est exposée dans la vitrine de Regart jusqu’au au 26 juin.

Exposition : Louis-Fréchette et Moi à découvrir cet été

La Maison natale de Louis Fréchette a rassemblé 15 artistes qui évoquent dans leurs créations la mémoire de l’écrivain lévisien et son œuvre littéraire. L’exposition d’arts visuels est présentée du 24 juin au 1er septembre.

Le comic book de Ça fout la chienne prend forme

Dans les cartons du Lévisien Luca Jalbert depuis quelques mois, le comic book annuel qui remplacera le magazine trimestriel Ça fout la chienne a littéralement pris son envol en raison de la crise du coronavirus.

La 23e édition de Village en Arts est ouverte

Depuis hier, l'édition 2020 de Village en Arts est accessible au public en ligne. Organisée par l’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas, cette exposition virtuelle remplace la 23e mouture de l'événement, qui aurait dû se tenir dans le parc Le Picart cette fin de semaine.

Nicolas Dussault donnera des concerts en ligne cet été

Le pianiste lévisien Nicolas Dussault présente une série de cinq concerts instrumentaux en ligne. Les prestations seront commentées et chacune des soirées musicales se déroulera sous un thème différent.

Du rap québécois virtuel

Le 12 juin dernier, le groupe de rap lévisien Taktika a présenté un concert virtuel de rap québécois. Le spectacle a été tourné en direct de L’Anti Bar et Spectacles à Québec et était disponible sur le Web.

Les comédiens passent devant la caméra

Devant un parterre de sièges vides, les comédiens se donnent la réplique. L’un des spectacles à l’affiche cet été dans la programmation du Théâtre ambulant, présentée par la Ville de Lévis, est en cours de captation sur la scène de L’Anglicane.