La comédienne Marie-Thérèse Fortin incarne l’autrice québécoise Gabrielle Roy. CRÉDIT:YVESRENAUD

Cinq pièces seront présentées à L’Anglicane cette année. Ces créations théâtrales mettent en scène une quête, celle d’un personnage qui se questionne profondément sur la valeur de sa propre vie et sur le pouvoir qu’il a d’accepter ou de changer les choses.

La saison s’ouvrira le 10 octobre avec la pièce Warda (lire autre texte ici).

Extras et ordinaires (Every Brillant Thing) (7 novembre), écrit par Duncan MacMillan et interprêté par Jonathan Gagnon, raconte l’histoire d’un jeune garçon dont la mère a perdu l’appétit pour la vie. Du haut de ses sept ans, il liste pour elle de tout ce qui donne envie de vivre. 

Une liste qui s’allongera et l’accompagnera toute sa vie «quand lui aussi aura besoin de se remémorer les choses importantes qui font partie de la vie». «C’est une pièce qui, avec sensibilité et réalisme, nous donne envie de soulever toutes les choses extraordinaires dans notre quotidien. Le message et ses éléments merveilleux restent avec nous longtemps», partage Mireille Pouliot, coordonnatrice aux arts de la scène à L’Anglicane.

Dans les pas de Gabrielle Roy

Monologue vif et attendrissant, La détresse et l’enchantement (30 janvier) relate l’histoire de Gabrielle Roy. «La pièce est vraiment née du texte original de l’autrice et c’est tel quel qu’il est porté par une icône théâtrale au Québec. On sent la puissance de son interprétation», note la coordonnatrice.

La comédienne Marie-Thérèse Fortin donne vie à l’enfance au Manitoba de l’égérie de la littérature québécoise, sa carrière d’institutrice et surtout sa découverte de sa vocation, l’écriture. Appuyé par des projections vidéo qui montrent «les climats, les paysages et les environnements qui ont teinté le parcours de Gabrielle Roy», le texte invite à écouter son instinct, croire en ses rêves et s’accomplir vaille que vaille. 

Présentée en collaboration avec la Maison de soin palliatif du Littoral, Le dernier sacrement (19 mars) est une création théâtrale à la fois touchante, dramatique et empreinte d’humour. C’est l’histoire de Denis, ancien professeur atteint d’un cancer en phase terminale qui s’interroge sur sa foi, entouré par une infirmière croyante et de sa fille pratiquante.

«Denis Bouchard, auteur et personnage principal de la pièce, a imaginé ce projet après avoir accompagné son père en fin de vie, en voyant les gens qui travaillent dans les maisons de soins palliatifs. C’est lumineux, avec beaucoup d’humanisme et d’ouverture à l’autre. Ça porte une réflexion plus grande que nous-même et qui continue de nous habiter après», explique Mireille Pouliot. 

Dans Omi Mouna (ou ma rencontre fantastique avec mon arrière-grand-mère) (16 avril), le Montréalais d’ascendance belgo-tunisienne, Mohsen, redoute d’avoir hérité de la brutalité de son père. Il part à la rencontre de son arrière-grand-mère centenaire pour trouver l’origine de la violence familiale afin de tenter d’en briser le cycle qui dure depuis des générations.

Les cinq pièces sont disponibles en abonnement ou une sélection de trois pièces. 

Les plus lus

Le folk poétique de James Forest à découvrir au VBP

Accompagné de son plus fidèle compagnon de route, sa guitare, l’auteur-compositeur-interprète James Forest sera de passage le 15 novembre, dans l’ambiance intimiste de la salle de Saint-Romuald.

Imaginer une France misant sur les inventions de Tesla

Bien connu pour sa trilogie du Crépuscule des arcanes, Sébastien Chartrand s’ingénie de nouveau à modifier le cours de l’histoire dans sa nouvelle œuvre, Geist – Les héritiers de Nikola Tesla. Dans son cinquième roman, l’auteur lévisien a imaginé une France différente de celle que nous connaissons, au sein de laquelle des changements politiques autant que technologiques, initiés par le c...

Un Filon de richesses à découvrir en photo à Lévis

Projet F. Ça ressemble à un mystérieux nom de code, à un plan des plus secrets. Si vous vous rendez dans quatre des bibliothèques de la Ville, à Lévis, Pintendre, Saint-Étienne-de-Lauzon et Charny, ce sont Les mille visages du communautaire que vous rencontrerez plutôt que des agents secrets.

Guy Bégin offre dix œuvres à la Ville de Lévis

Connu internationalement comme le «Peintre des Parfums», l’artiste lévi- sien Guy Bégin a fait don de dix œuvres à la municipalité. Ses tableaux sont exposés à l’entrée de la bibliothèque Lauréat- Vallière, jusqu’au 15 novembre.

Les mises en scène d’Armand Côté à découvrir

La Galerie d’Art des Deux-Ponts présente Mise en scène par l’artiste Armand Côté. L’exposition est présentée jusqu’au 24 novembre à la Galerie d’Art des Deux-Ponts.

Un livre jeunesse sur l’adoption d’un animal

L’autrice lévisienne Valérie Langlois publie son troisième livre pour la jeunesse. Fripouille! raconte l’histoire du chaton du même nom qui arrive dans sa famille d’adoption à Noël.

Se rappeler toutes ces petites choses qui rendent heureux

Ode aux plaisirs simples de l’existence, la pièce Extras et ordinaires fait se rencontrer le personnage et le public dans un cocon de confidences. Le 7 novembre prochain à L’Anglicane, se prépare une soirée où chacun partage l’envie de faire éclore la beauté de la vie.

Les Louanges chanteront au Gala de l’ADISQ

L’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ) a dévoilé les gagnants du Gala de l’industrie et du Premier Gala de l’ADISQ, le 23 octobre à Montréal. Les Louanges se sont distingués à plusieurs reprises pendant la soirée.

Immersion dans le monde des livres au Cégep

Les étudiants en Littérature, théâtre et création du Cégep de Lévis-Lauzon ont rencontré Antoine Tanguay de la maison d’édition Alto, le 27 septembre.

Des mots pour dire ses origines

Présenté le 25 octobre à L’Anglicane, Nui Pimuten – Je veux marcher ouvre une fenêtre sur la réalité autochtone. Dans ce spectacle de poésie et de chanson, Natasha Kanapé Fontaine interprète de nouveaux textes qui rendent hommage aux siens.