Jonathan Gagnon fait la liste de ces moments qui donnent un sens à la vie. CRÉDIT : CATH LANGLOIS

Ode aux plaisirs simples de l’existence, la pièce Extras et ordinaires fait se rencontrer le personnage et le public dans un cocon de confidences. Le 7 novembre prochain à L’Anglicane, se prépare une soirée où chacun partage l’envie de faire éclore la beauté de la vie.

Jonathan a 7 ans et une maman pour qui c’est difficile d’aimer la vie. Lui voudrait lui remonter le moral. Pour elle, le petit garçon compose une liste des petites choses «extras et ordinaires» qui apportent du bonheur.

Cette liste va même l’accompagner tout au long de sa propre vie, particulièrement lors des moments difficiles, et s’allongera jusqu’à devenir vertigineuse. Quand lui aussi rencontre la dépression, il se plonge dans cette liste pour trouver un sens à la vie.

Pour repousser les idées sombres qui peuvent bousculer le quotidien, le personnage se remémore plutôt ce qui le rend heureux : la crème glacée, se baigner tout nu ou les fous rires contagieux.

Primaire, secondaire, premier amour, université, mariage, relation de couple, décès de sa mère, au fil de l’énumération, c’est la vie de Jonathan que le spectateur découvre. Dans ce solo porté par le comédien Jonathan Gagnon, les spectateurs suivent le personnage principal de l’enfance à la quarantaine dans son parcours et sa quête de sens. 

«C’est un texte sur la résilience, sur comment on peut survivre à un événement tragique comme la tentative de suicide d’un de ses proches à travers une liste de beautés et d’humanité», partage Jonathan Gagnon.

Un texte drôle et lumineux

À la fois drôle, simple et bouleversante, cette pièce de l’auteur britannique Duncan MacMillan, traduite par Joëlle Bond, aborde les problématiques de santé mentale avec optimisme. Le texte parle de la dépression sans pour autant s’appesantir sur ses aspects plus lourds. «C’est traité d’une manière remplie d’humanité. Il y a énormément d’humour et beaucoup de lumière à l’intérieur», précise l’interprète.

Appelant occasionnellement le public à intervenir, le personnage se fait ici le gardien de l’extraordinaire. «Dès l’arrivée des spectateurs, je suis sur scène. Je les accueille et je parle avec eux», explique le comédien. Au public, il remet de petits papiers avec un numéro et l’une de ces petites choses écrites sur la liste.

«Au cours de la pièce, le personnage lance à la cantonade des numéros. 326. Et la personne qui a le papier 326 est invitée à dire très fort ce qui est écrit sur le papier. C’est la liste du personnage, mais ça devient aussi celle de tout le monde.»

Lui-même a «un item qui le touche particulièrement» : «se coucher plus tard pour regarder la télé». Parce que quand il était petit, se souvient le comédien, «c’était vraiment le bonheur total et à chaque fois que j’entends ça, ça me replonge dans mon enfance. Mes parents me permettaient à l’occasion d’écouter des émissions à 8h30 ou 9h et je trouvais ça tellement excitant».

Sans pression et avec douceur, il guide ses complices dans cette aventure qui s’ancre profondément chez le spectateur et permet de tendre vers une plus grande paix intérieure.

Les plus lus

Imaginer une France misant sur les inventions de Tesla

Bien connu pour sa trilogie du Crépuscule des arcanes, Sébastien Chartrand s’ingénie de nouveau à modifier le cours de l’histoire dans sa nouvelle œuvre, Geist – Les héritiers de Nikola Tesla. Dans son cinquième roman, l’auteur lévisien a imaginé une France différente de celle que nous connaissons, au sein de laquelle des changements politiques autant que technologiques, initiés par le c...

Guy Bégin offre dix œuvres à la Ville de Lévis

Connu internationalement comme le «Peintre des Parfums», l’artiste lévi- sien Guy Bégin a fait don de dix œuvres à la municipalité. Ses tableaux sont exposés à l’entrée de la bibliothèque Lauréat- Vallière, jusqu’au 15 novembre.

Un Filon de richesses à découvrir en photo à Lévis

Projet F. Ça ressemble à un mystérieux nom de code, à un plan des plus secrets. Si vous vous rendez dans quatre des bibliothèques de la Ville, à Lévis, Pintendre, Saint-Étienne-de-Lauzon et Charny, ce sont Les mille visages du communautaire que vous rencontrerez plutôt que des agents secrets.

Regart s’enracine dans sa communauté

Installé à Lévis depuis 1986, le centre d’artistes en art actuel a fait sa place dans le paysage lévisien en accordant une grande place au territoire dans sa programmation. En congé sabbatique pour un an et demi, Amélie Laurence Fortin fait le bilan de ses cinq années à la tête de Regart.

Un livre jeunesse sur l’adoption d’un animal

L’autrice lévisienne Valérie Langlois publie son troisième livre pour la jeunesse. Fripouille! raconte l’histoire du chaton du même nom qui arrive dans sa famille d’adoption à Noël.

Des contes avec Bryan Perroet Michel Bordeleau

Bryan Perro et son complice Michel Bordeleau partageront leur univers fantastique nourri du territoire québécois, le jeudi 17 octobre à L’Anglicane. Le spectacle Contes cornus, légendes fourchues est présenté dans le cadre du Festival international du conte Jos Violon.

Se rappeler toutes ces petites choses qui rendent heureux

Ode aux plaisirs simples de l’existence, la pièce Extras et ordinaires fait se rencontrer le personnage et le public dans un cocon de confidences. Le 7 novembre prochain à L’Anglicane, se prépare une soirée où chacun partage l’envie de faire éclore la beauté de la vie.

Les Louanges chanteront au Gala de l’ADISQ

L’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ) a dévoilé les gagnants du Gala de l’industrie et du Premier Gala de l’ADISQ, le 23 octobre à Montréal. Les Louanges se sont distingués à plusieurs reprises pendant la soirée.

Une visibilité internationale pour Daniel Bonneau

L’artiste et peintre animalier Daniel Bonneau de Saint-Anselme présente ses œuvres et son art dans la plus récente édition du magazine européen Art & Design, qui est édité en France.

Les mises en scène d’Armand Côté à découvrir

La Galerie d’Art des Deux-Ponts présente Mise en scène par l’artiste Armand Côté. L’exposition est présentée jusqu’au 24 novembre à la Galerie d’Art des Deux-Ponts.