CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Bien connu pour sa trilogie du Crépuscule des arcanes, Sébastien Chartrand s’ingénie de nouveau à modifier le cours de l’histoire dans sa nouvelle œuvre, Geist – Les héritiers de Nikola Tesla. Dans son cinquième roman, l’auteur lévisien a imaginé une France différente de celle que nous connaissons, au sein de laquelle des changements politiques autant que technologiques, initiés par le célèbre inventeur Nikola Tesla, ont radicalement altéré l’histoire de toute l’Europe.

«J’ai un rapport particulier avec ce roman parce qu’on peut quasiment parler d’une coécriture entre le Sébastien de 2011, un novice en écriture, et le Sébastien qui a désormais de l’expérience. J’ai réécrit cette œuvre que j’avais d’abord créée après la rédaction du premier tome de la trilogie du Crépuscule des arcanes (publié en 2013). [...] Je trouvais que la période de la fin du 19e siècle était intéressante à explorer et Paris était un terreau fertile pour l’intrigue que j’ai imaginée», partage d’emblée le résident du secteur Saint-David.

Pour sa nouvelle uchronie, Sébastien Chartrand a opté pour le style du polar. Dans Geist – Les héritiers de Nikola Tesla, les lecteurs peuvent suivre les péripéties de Georges Parent, un lieutenant-geist qui enquête sur la mort de Danijel Tesla, le fils du célèbre inventeur.

Dans un Paris où les inventions électriques de Nikola Tesla sont partout et qui est frappée par le terrible «mal du siècle» (spleen), Parent ne se doute pas que son enquête le mènera à la source même de ce qui gangrène les plus hautes sphères de la Régence, le régime politique en place dans cette France imaginée par l’auteur lévisien.

Des leçons à tirer

Dans cet univers, Sébastien Chartrand aborde plusieurs thèmes qui lui sont chers tout en réin- ventant l’histoire. En plus d’évoquer un monde dominé par les créations de Nikola Tesla,l’auteur parle des travaux de célèbres scientifiques français du 19e siècle, comme ceux duneurologue Jean-Martin Charcot et de l’alié- niste Philippe Pinel. De plus, Sébastien Chartrand imagine ce que pourrait provoquer à long terme la vision de certains dirigeants politiques actuels transposée dans son Paris de Geist – Les héritiers de Nikola Tesla.

«Je soulève des questionnements sur la nouvelle mode des faits alternatifs et de la réinterprétation de l’information par certains chefs d’État ou d’aspirants dirigeants politiques. Si la tendance se maintient, où cela nous mènera dans trois ou quatre générations? Comment réagiraient des gens où cette façon de penser est désormais la norme?», souligne l’auteur lévisien.

Autres projets

À peine Geist – Les héritiers de Nikola Tesla paru, Sébastien Chartrand est déjà au travail pour créer de nouvelles histoires. Également auteur d’œuvres pour la jeunesse, il a plusieurs projets sur la planche pour la maison d’édition Soulières.

Quant à ses prochains projets pour Alire, la maison d’édition lévisienne qui a fait paraître la trilogie du Crépuscule des arcanes et son nouveau roman, l’auteur lévisien veut de nouveau réinventer l’histoire.

Dans de nouvelles uchronies, il aimerait donner vie à un univers où c’est la Florence de Léonard de Vinci qui aurait découvert l’Amérique ainsi qu’à un autre où la passion pour le spiritisme de Mackenzie King, un premier ministre du Canada, serait à l’honneur.

«Depuis que je suis jeune, je me demande qu’est-ce qui serait arrivé à un moment précis de l’histoire si telle décision avait plutôt été prise. Je sais désormais qu’en changeant le cours de l’histoire, ce ne serait pas nécessairement mieux. Mais je peux l’imaginer grâce à l’écriture», conclut Sébastien Chartrand.

Les plus lus

La vague de Laurent Gagnon déferle à Lévis

Alors que le nouveau complexe aquatique de Saint-Nicolas ouvre enfin ses portes au public le 18 janvier, les premiers visiteurs découvriront, en plus des installations sportives, une œuvre sculpturale de l’artiste de Québec Laurent Gagnon. L’artiste nous a ouvert les portes de son atelier pendant le processus de création.

Une œuvre de Daniel Bonneau au ministère de la Culture

Grâce à l’aide du député de Chauveau, Sylvain Lévesque, Daniel Bonneau, peintre naturaliste de Saint-Anselme, a pu remettre, le 17 décembre dernier, l’une de ses animations sur pierre à la ministre de la Culture du Québec, Nathalie Roy.

Une nouvelle saison de rencontres littéraires foisonnantes

Autour d’une tasse de thé, les amateurs de mots sont conviés à des rencontres surprenantes et émouvantes avec des auteurs. La saison littéraire à la Maison natale de Louis Fréchette débute le 26 janvier.

Concours d’œuvres d’art : la liste des artistes dévoilée

Les œuvres choisies dans le cadre de la 22e édition du Concours d’œuvres d’art de Diffusion culturelle de Lévis seront présentées du 26 janvier au 26 février au Centre d’exposition Louise-Carrier.

Une expo pour les jeunes à la rencontre des animaux

Après être partie à la rencontre des animaux du monde puis des oiseaux dans les albums jeunesse créés par deux grands-mamans de Lévis, la petite abeille bleutée Belavie rencontre cette fois son jeune public dans une exposition présentée à la bibliothèque Jean-Gosselin, à Charny.

Un voyage inoubliable raconté

Le Club de photo de Lévis recevra Denis Bouchard, le 13 janvier dès 19h au Juvénat Notre-Dame de Saint-Romuald, dans le cadre de sa série d'activités. présentera une conférence sur son safari photo en Tanzanie.

Nadia Bélanger fait rimer blanc avec gourmand

Après le noir, l’artiste Nadia Bélanger vire au blanc. L’artiste revient à la Galerie d’Art des Deux-Ponts avec ses photographies culinaires, du 16 janvier au 29 février. Le visiteur est invité à redécouvrir l’art de la table d’un nouvel œil, celui de la photographe.

Les mélodies atmosphériques de l i l a au Vieux Bureau de Poste

L i l a est l’éclosion de l’auteure-compositrice-interprète Marianne Poirier, passée par La Voix en 2015. La chanteuse de Québec s’arrêtera au Vieux Bureau de Poste le 25 janvier avec un projet à son image, tantôt dark folk, tantôt dream pop, ambiant ou encore alternatif.

L’Anglicane lance sa nouvelle saison

Lors de la soirée de lancement de la programmation hiver-printemps qui sera présentée à L’Anglicane dans les prochains mois, The Lost Fingers (en concert le 12 juin dans la salle lévisienne), dont la chanteuse lévisienne Rosalie Roberge, ont offert une prestation (sur la première photo). 

Des œuvres bienfaitrices pour le Grand Village

L’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas présente une exposition de tableaux réalisés par des personnes vivant avec une déficience physique et ou intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme.