Aux côtés d’autres acteurs de l’organisme, Claude Côté (photo en main). CRÉDIT : AUDE MALARET

Projet F. Ça ressemble à un mystérieux nom de code, à un plan des plus secrets. Si vous vous rendez dans quatre des bibliothèques de la Ville, à Lévis, Pintendre, Saint-Étienne-de-Lauzon et Charny, ce sont Les mille visages du communautaire que vous rencontrerez plutôt que des agents secrets.

Au milieu d’un champ à cueillir des légumes, dans une cuisine à étaler de la pâte ou devant une toile un tube de peinture en main, c’est une immersion au cœur des cuisines collectives, des ateliers de création artistique, du Marché populaire mobile, du Jardin de solidarité ou de la Grande donnerie qui attend le visiteur.

Point commun de toutes ces activités, elles sont organisées par le Filon et rassemblent de nombreuses personnes qui vivent sur le territoire. Pendant deux ans, le photographe Claude Côté s’est mis à la hauteur des participants pour capturer sur le vif ces moments de partage, d’apprentissage et de solidarité.

«J’ai pris des photos de façon à montrer l’aspect humain, mais aussi de le montrer dans des angles particuliers», présente Claude Côté. Caméra parfois posée sur le sol, le photographe a travaillé avec un grand angle ce qui permet de voir «les mains de la personne qui travaille et aussi la personne au complet avec ce tout ce qui l’entoure».

Au plus près de ce qui se passe devant l’objectif du photographe, on entre dans l’intimité des sujets. Proximité et vue d’ensemble se partagent l’image. Prises d’en haut, d’autres photos amènent le regard à découvrir des scènes de vie souvent joyeuses et colorées. «Ça permet de faire connaître toutes les activités du Filon», observe-t-il.

63 images exposées

 Porté par le Filon dans le cadre du Projet F, cette exposition de 63 photographies est présentée dans les bibliothèques municipales Pierre-George-Roy, La Pintellect, Albert-Rousseau et Jean-Gosselin jusqu’au 28 novembre. Sur les murs des salles d’exposition, les clichés montrent les visages de ceux qui font vivre le milieu communautaire par leur implication ou leur participation.

De plus, les images prennent vie grâce à un enregistrement sonore. Pour l’écouter, on peut utiliser une application qui permet de lire les codes QR sur son téléphone intelligent. «Les gens vont entendre des témoignages, des bruits et des sons ambiants», précise Marc Parent qui a réalisé le montage.

Ce projet à visée culturelle et documentaire saisit les impacts et les retombées des actions du Filon. «C’est important d’aller à la rencontre de la communauté, parce que le milieu communautaire fait face à beaucoup de préjugés», remarque Andrée Beaulieu, en charge de l’éducation populaire et des formations au Filon. «En se rencontrant et en partageant ensemble, on devient des gens meilleurs et plus épanouis. C’est ce que le Filon veut faire connaître et comprendre à la communauté.» 

Au départ, l’organisme a demandé aux participants à ses activités de partager de leur vécu lors d’ateliers de création en compagnie d’un artiste. «On souhaitait donner la parole à nos membres, aux gens qui font vivre notre organisme de toutes sortes de façons», rapporte Andrée Beaulieu.

Les gens ont été invités à «témoigner de ce que leur apporte leur expérience via un médium artistique». C’est ce processus qui a été suivi par le photographe. Aux œuvres produites se sont ajoutés des témoignages, puis les images de Claude Côté qui sont exposées aujourd’hui. 

Le vernissage se tiendra le jeudi 7 novembre, à 17h, à la bibliothèque Pierre-Georges-Roy. Vous êtes invité à confirmer votre présence au 418 603-3915.

Les plus lus

La vague de Laurent Gagnon déferle à Lévis

Alors que le nouveau complexe aquatique de Saint-Nicolas ouvre enfin ses portes au public le 18 janvier, les premiers visiteurs découvriront, en plus des installations sportives, une œuvre sculpturale de l’artiste de Québec Laurent Gagnon. L’artiste nous a ouvert les portes de son atelier pendant le processus de création.

Une œuvre de Daniel Bonneau au ministère de la Culture

Grâce à l’aide du député de Chauveau, Sylvain Lévesque, Daniel Bonneau, peintre naturaliste de Saint-Anselme, a pu remettre, le 17 décembre dernier, l’une de ses animations sur pierre à la ministre de la Culture du Québec, Nathalie Roy.

Une nouvelle saison de rencontres littéraires foisonnantes

Autour d’une tasse de thé, les amateurs de mots sont conviés à des rencontres surprenantes et émouvantes avec des auteurs. La saison littéraire à la Maison natale de Louis Fréchette débute le 26 janvier.

Concours d’œuvres d’art : la liste des artistes dévoilée

Les œuvres choisies dans le cadre de la 22e édition du Concours d’œuvres d’art de Diffusion culturelle de Lévis seront présentées du 26 janvier au 26 février au Centre d’exposition Louise-Carrier.

Un voyage inoubliable raconté

Le Club de photo de Lévis recevra Denis Bouchard, le 13 janvier dès 19h au Juvénat Notre-Dame de Saint-Romuald, dans le cadre de sa série d'activités. présentera une conférence sur son safari photo en Tanzanie.

Une expo pour les jeunes à la rencontre des animaux

Après être partie à la rencontre des animaux du monde puis des oiseaux dans les albums jeunesse créés par deux grands-mamans de Lévis, la petite abeille bleutée Belavie rencontre cette fois son jeune public dans une exposition présentée à la bibliothèque Jean-Gosselin, à Charny.

Nadia Bélanger fait rimer blanc avec gourmand

Après le noir, l’artiste Nadia Bélanger vire au blanc. L’artiste revient à la Galerie d’Art des Deux-Ponts avec ses photographies culinaires, du 16 janvier au 29 février. Le visiteur est invité à redécouvrir l’art de la table d’un nouvel œil, celui de la photographe.

Les mélodies atmosphériques de l i l a au Vieux Bureau de Poste

L i l a est l’éclosion de l’auteure-compositrice-interprète Marianne Poirier, passée par La Voix en 2015. La chanteuse de Québec s’arrêtera au Vieux Bureau de Poste le 25 janvier avec un projet à son image, tantôt dark folk, tantôt dream pop, ambiant ou encore alternatif.

L’Anglicane lance sa nouvelle saison

Lors de la soirée de lancement de la programmation hiver-printemps qui sera présentée à L’Anglicane dans les prochains mois, The Lost Fingers (en concert le 12 juin dans la salle lévisienne), dont la chanteuse lévisienne Rosalie Roberge, ont offert une prestation (sur la première photo). 

Des œuvres bienfaitrices pour le Grand Village

L’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas présente une exposition de tableaux réalisés par des personnes vivant avec une déficience physique et ou intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme.