CRÉDIT: GILLESBOUTIN

Directrice générale et artistique de Diffusion culturelle de Lévis, l’organisme qui chapeaute L’Anglicane et le Centre d’exposition Louise-Carrier, Diane Blanchette a été honorée par l’Association professionnelle des diffuseurs de spectacles par le prix Reconnaissance 2020.

Le nom de la lauréate du prix Reconnaissance a été dévoilé lors de la soirée d’ouverture de la 33e édition de RIDEAU. Une mention d’honneur lui sera décernée lors d’un gala, le 20 février, au Capitole de Québec. 
À l’annonce de son nom, Diane Blanchette n’en revenait pas, tant la surprise a été forte. «Je suis restée incrédule», confie-t-elle. Pendant la présentation du parcours du lauréat, «j’avais deviné quelqu’un d’autre. Je n’ai pas entendu mon prénom, puis quand on a dit mon nom, j’ai réalisé! Ce matin, je me réveille en acceptant. Je le prends! Quel honneur!»

Métier «multitâche, multifonction et multirôle» selon Diane Blanchette, être diffuseur consiste à la fois à être un gestionnaire d’entreprise, s’occuper des ressources humaines, innover, assurer le financement et établir la programmation. «On ne fait pas juste aligner des dates l’une derrière l’autre. Il y a une vision, tout un équilibre à trouver quand on programme des spectacles en vue de les offrir au public», explique-t-elle. 

Alors que les diffuseurs culturels ont émergé il y a une quarantaine d’années, leur rôle a beaucoup évolué depuis 25 ans en se professionnalisant en même temps que le métier s’est complexifié. «Au début, on remplissait une salle de spectacle et on vendait des billets», se souvient la directrice générale et artistique de Diffusion culturelle de Lévis.

Pour Diane Blanchette, ce prix est une reconnaissance de son engagement, «dans le sens de la défense de ce métier et du bien-fondé des arts dans une société, explique-t-elle, pas seulement de ce que j’aurais pu faire dans mes années de carrière comme diffuseur, mais la conviction avec laquelle je l’ai fait». 

À l’image d’un médiateur, elle «relie» les publics et les artistes. «D’un côté il y a une œuvre qui en vaut la peine, qui le mérite et qui doit être vue, entendue, exprimée, alors ma job c’est d’aller chercher le public de l’autre côté.»

«Je suis une fille qui vient du théâtre. L’audace en théâtre est un ingrédient de base», estime Diane Blanchette. Encore aujourd’hui, elle se définit elle-même comme une «artiste dans l’âme», ce qui fait d’ailleurs toujours sa force même si elle n’a aucun regret d’évoluer derrière la scène. «Depuis que je suis en diffusion, mon dada, c’est le développement des publics. J’ai le mandat de les sensibiliser à l’art et de les faire grandir.»
«En honorant Diane Blanchette du prix Reconnaissance, le conseil d’administration de RIDEAU souhaite souligner sa contribution inégalable au milieu des arts de la scène en tant que leader, initiatrice et créatrice», mentionne l’Association dans un communiqué qui souligne aussi «son audace, sa vision, sa rigueur, sa disponibilité et l’accueil qu’elle offre aux artistes». 

Formée au Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 1978, Diane Blanchette fait ses débuts en tant que comédienne. Après un détour de huit ans à la radio comme animatrice, recherchiste et réalisatrice d’émissions socioculturelles et musicales pour Ici Radio Canada et CKRL, elle entre en 1998 à Diffusion culturelle de Lévis à titre de coordonnatrice aux arts de la scène. 

Depuis 2009, elle y occupe le poste de directrice générale et artistique. En plus de concevoir les programmations de L’Anglicane et du Centre d’exposition Louise-Carrier, elle travaille constamment au développement des publics et appuie le déploiement d’activités de médiation culturelle. 

Les plus lus

Deux anciens élèves de l’Aubier à La Voix

À la suite de son audition à l’aveugle à La Voix, télédiffusée le 23 février dernier, le Lévisien Francis Bernier rejoignait l’équipe de Cœur de pirate et une autre Lévisienne sélectionnée deux semaines auparavant, Laurie Drolet. Les deux artistes âgés respectivement de 22 ans et 20 ans ont tous deux étudié la musique à l’École secondaire de l’Aubier dans la classe d’Annie Laflamme et de Christian...

Une bibliothèque nouveau genre au temps du coronavirus

Pour faire face aux nombreuses restrictions dans la vie quotidienne qu’impose la crise du coronavirus, plusieurs initiatives de solidarité sont nées partout au Québec. Lévis ne fait pas exception, notamment grâce à Sébastien Chartrand. Pour permettre à ses concitoyens d’avoir accès à des livres, l’auteur lévisien a mis sur pied une bibliothèque mobile, le Livrensac.

Les talents du Collège de Lévis donne vie au Roi Lion

34 élèves sur scène, 30 choristes adultes et près de 200 costumes, il n’en fallait pas moins pour monter la comédie musicale Le Roi Lion. Girafes, éléphants, antilopes et autres animaux de la savane défileront au Collège de Lévis, le 2 avril prochain, pour la naissance du petit Simba.

L’art de chiller avec Jérôme 50 au VBP

Le 13 mars, Jérôme 50 amènera les spectateurs du Vieux Bureau de Poste (VBP)dans son camp de vacances, lieu imaginaire où s’unissent premières amours et questionnaires existentiels. Parolier hors pair accompagné de mélodies accrocheuses, l’auteur-compositeur présente son troisième album, sorti en juillet dernier.

Des Lévisiens en nomination aux Junos

Jazz Affair, un ensemble de jazz vocal dont font partie trois Lévisiens, a reçu une bonne nouvelle il y a quelques semaines. En effet, le groupe est en nomination dans la catégorie Meilleur album jazz vocal de l’année aux prix Junos, un prestigieux gala qui récompense les meilleurs artistes musicaux canadiens.

La Voix : Laurie Drolet passe à la prochaine étape, Francis Bernier éliminé

Les deux Lévisiens en lice à La Voix, Laurie Drolet et Francis Bernier, prenaient part à la deuxième étape du concours musical, les Duels, lors de l'émission télédiffusée hier sur les ondes de TVA (enregistrée avant la crise du coronavirus). Les deux artistes de la région ont connu des destins différents. Si Laurie Drolet poursuit l'aventure, Francis Bernier a été éliminé.

Une œuvre de Pierre Laliberté au parlement

Dans le cadre de l’exposition nomade Des œuvres qui donnent des ailes, présentée par la galerie d’art de Québec Urbania, le Lévisien Pierre Laliberté présente l’une de ses création afin de faire connaître au public les besoins des jeunes soutenus par la Maison Dauphine.

Des talents réunis pour une généreuse soirée musicale

Les Productions ÉJVA présentent Ensemble, un grand concert bénéfice au profit de la paroisse Saint-Joseph de Lévis qui réunira le 28 mars des solistes et grands ensembles musicaux de la région. Les sous récoltés seront remis à la paroisse, dont une partie pour la musique professionnelle lors des célébrations.

La francophonie célébrée par un spectacle

Des artistes de la chanson, de la musique traditionnelle et du conte donneront un spectacle le 20 mars, à la Courtisane à Lévis. Tous ont répondu à l’invitation de la Société nationale des Québécoises et des Québécois de Chaudière-Appalaches qui organise cette soirée dans le cadre de la Journée internationale de la Francophonie.

Le talent brut de Nicolas Gémus au VBP

L’auteur-compositeur-interprète sera de passage au Vieux Bureau de Poste (VBP), le 21 mars. Nicolas Gémus présentera son premier album Hiboux, qu’il a soigneusement muri et qui témoigne déjà de la maturité artistique du jeune musicien dans la vingtaine.