Léo Giroux veut explorer le monde artistique et peut-être faire de la chanson un métier.� CRÉDIT : MÉLINDA NADEAU PHOTOGRAPHE

Il a 15 ans et en est à sa deuxième participation à Jamais trop tôt, un projet qui rassemble de jeunes interprètes à travers le Canada. Léo Giroux a enregistré une chanson, qui figure sur l’album collectif, et l’a interprétée lors d’un spectacle, le 26 septembre.

Tout a commencé en 2018, lorsque Léo Giroux participe au Petit festival de la chanson de Granby, où il se rend jusqu’en demi-finale. L’une des juges du concours, Andréanne A. Malette, le choisit pour participer à Jamais trop tôt l’année suivante. «J’étais son coup de cœur», se souvient le jeune chanteur.

Du haut de ses 14 ans, le Lévisien est le plus jeune participant à l’édition 2019. «C’est là que mon aventure a commencé avec Jamais trop tôt. J’ai vraiment aimé ça, alors j’ai reparticipé encore cette année, en 2020.»

Ce projet invite les jeunes de 14 à 17 ans à écrire des textes de chanson francophone. Vingt-quatre textes sont ensuite sélectionnés à travers le Canada et sont mis en musique par des artistes franco-canadiens, comme Karim Ouellet, Caroline Savoie, King Melrose, Sara Dufour et Mehdi Cayenne qui ont déjà composé sur des textes écrits dans le cadre de Jamais trop tôt.

«Après nous avoir choisis aux auditions la coach vocale et la directrice artistique, nous attribue une chanson», raconte Léo Giroux qui se souvient avoir été quelque peu dérouté lors de sa première participation en entendant la chanson.

Sortir de sa zone de confort

«Ce n’était pas mon style. Mais quand je suis allé au camp en août, la chanson est devenue différente et ça m’a sorti de ma zone de confort. J’ai beaucoup aimé ça», partage celui qui s’est approprié la musique et le texte. Cette année encore, la nouvelle chanson a représenté un défi pour le jeune interprète qui a de nouveau beaucoup appris.

«Sur scène, tu peux être quelqu’un de différent. Tu peux être qui tu veux, confie-t-il. Mon style, c’est plutôt pop et ballade, les chansons à voix. Ma première chanson, Le Goût de la liberté était rythmée. J’avais un personnage et une chorégraphie. J’ai fait des choses auxquelles je n’étais pas habitué. Cette année, Boom Boom Boomers m’a aussi fait explorer un autre style.»

Le texte s’adresse à la génération des boomers. «Ça dit, laissez-nous vivre. C’est nous la relève et vous autres avez eu votre temps. C’est à notre génération de prendre sa place. Certains pensent qu’on ne travaille pas fort, mais on travaille fort», explique Léo Giroux qui a l’impression que les boomers ne croient pas vraiment en les capacités de sa génération.

«Il y a beaucoup de jeunes qui sont préoccupés par la planète, par exemple. On a une belle génération de travaillants. Je ne comprends pas pourquoi les boomers chialent sur nous. Cette chanson, c’est un cri du cœur pour notre génération.»

Vivre de sa passion

«Aujourd’hui, on a la chance de faire ce qu’on aime et on peut vivre de notre passion», croit-il. Son amour de la musique lui vient de ses parents, qui sont à la barre de la troupe musicale la Gang des macadams. «J’ai grandi là-dedans. Dans les spectacles, il y avait une trentaine à une quarantaine de membres avec des enfants, dont je faisais partie. J’ai fait plusieurs spectacles avec eux.»

Sur scène, il découvre sa passion pour la musique et la chanson. «Quand j’étais petit, je criais dans la maison et puis, à un moment donné, je me suis mis à chanter. J’ai pris des cours de chant.»

Depuis, le chanteur ne s’est jamais arrêté et espère poursuivre son rêve. Si chanter pourrait devenir un métier, il s’intéresse aussi aux coulisses de la scène. «J’ai participé à La Voix junior 2 et j’ai vu comment ça se passait. Le monde artistique, ça m’intéresse et j’ai envie de l’explorer, car c’est très large.»

Puisque Jamais trop tôt est ouvert aux jeunes jusqu’à leurs 17 ans, Léo Giroux, qui n’a que 15 ans, compte encore retenter sa chance l’an prochain. «C’est un beau projet dans lequel on a la chance de faire un enregistrement professionnel.» L’album, qui réunit les 24 pièces, est disponible en ligne sur les plateformes musicales. 

Les plus lus

Des murales de RenéeRose sur les murs de l’abbaye

C’est en extérieur, sur les murs de l’ancienne abbaye cistercienne située à Saint-Romuald, que RenéeRose a créé sa dernière œuvre visible aux yeux des promeneurs. L’artiste a réalisé deux peintures murales à l’aérosol qui symbolisent l’esprit du lieu.

Le peintre amoureux raconté dans un livre

C’est une histoire d’amour. Celle de Pauline et Clément. Dans un livre qui raconte leur vie, le journaliste Claude Desjardins partage les souvenirs de Papy, le peintre amoureux, comme il le nomme. Lors du lancement de l’ouvrage à Lévis, l’auteur en a lu des extraits, soulignant en même temps les 96 ans du peintre.

La musique appartient à celui qui commence tôt

Il a 15 ans et en est à sa deuxième participation à Jamais trop tôt, un projet qui rassemble de jeunes interprètes à travers le Canada. Léo Giroux a enregistré une chanson, qui figure sur l’album collectif, et l’a interprétée lors d’un spectacle, le 26 septembre.

Echo Gospel présente ses capsules vidéo en ligne

Pour les Journées de la culture, qui se tiennent cette année pendant un mois, Echo Gospel présente des capsules vidéo sur sa page Facebook, à voir jusqu’au 25 octobre.

Dix dates à ne pas manquer au Vieux Bureau de Poste

Cet automne, le Vieux Bureau de Poste (VBP) présente une programmation plus petite en raison de la pandémie. Une dizaine de spectacles sont à l’affiche au lieu de la trentaine habituelle. Les représentations se déroulent dans la salle lévisienne ou au Juvénat Notre-Dame, situé à proximité.

Une murale créée par des jeunes artistes de Lévis

Les adolescentes récipiendaires du Concours de la Relève artistique du symposium Village en Arts ont laissé libre cours à leurs talents artistiques afin de créer une murale sur la place éphémère qui laissera ensuite place au futur quartier Cocité, du constructeur Humaco Stratégies.

Le festival de conte de Lévis est annulé

Le Festival international du conte Jos Violon de Lévis, qui devait se tenir du 10 au 20 octobre prochain, est annulé, ont annoncé les organisateurs ce mercredi 30 septembre sur la page Facebook de l’événement. Avec le basculement de la région en zone rouge, les salles de spectacle doivent en effet fermer leur porte et les rassemblements sont interdits.

Québec octroie une aide de 50 M$ aux salles de spectacle

Le gouvernement du Québec a annoncé qu’il viendra en aide aux salles de spectacle qui ont dû fermer dans les zones où le palier d’alerte est rouge concernant la COVID-19, ce 2 octobre. Une aide totalisant 50 M$ sera investie afin de rembourser 75 % des billets qui auraient été vendus dans les six prochains mois.

Tea For 20’s ravive la flamme des années folles

Le groupe de musique swing Tea For 20’s, composé de six musiciens et de la chanteuse Lily Thibodeau, sort son deuxième album. The Dipsy Doodle rassemble des standards de jazz traditionnel swing, dans un vivant hommage à la musique populaire des années 20.

Un livre pour découvrir le bonheur à l’intérieur de soi

Premier livre de l’ancienne journaliste lévisienne Sylvie Ruel, Faire briller sa lumière est paru aux éditions Le Dauphin blanc. Ce roman d’inspiration raconte l’histoire de Joseph-Alexandre C. qui rêve de devenir artiste-peintre et du chemin intérieur qu’il aura à parcourir pour réaliser sa passion.