Le projet s’inscrit dans la programmation sur la décroissance de Regart, «grâce au ralentissement du regard, par une économie de l’attention plutôt que de la consommation». CRÉDIT : CAPTURE D'ÉCRAN

Une chaîne de télé qui permet de ralentir le rythme, de plonger dans un moment d’attente et de calme, c’est ce que propose Télé-Chevreuil. Un poste de télé mis en ligne qui diffuse en tout temps des séquences de tournage en nature. Regart, centre d’artistes en art actuel, diffusera l’œuvre numérique de Boris Dumesnil-Poulin jusqu’au 3 décembre dans le cadre de sa programmation sur la décroissance.

Au lieu d’être une séquence en rafale de contenus variés et stimulants, c’est du contenu pour ralentir. On va mettre une séquence qui est très longue. Plusieurs heures de la même chose, mais avec une variante, une évolution et une narration», a expliqué Boris Dumesnil-Poulin.

L’œuvre évolutive sera logée sur le site de Regart jusqu’au 15 octobre 2022 en plus du site Web de Télé-Chevreuil. Pendant toute l’année, l’artiste va continuer d’alimenter la chaîne avec de nouvelles vidéos qui seront générées et modifiées par celle-ci, en plus de créer des compositions aléatoires. Il dit «nourrir le chevreuil» en y ajoutant de nouvelles séquences. Actuellement, 12 heures de visionnement en continu sont possibles.

«S’il y avait un projet sur lequel je me verrais continuer de travailler toute ma vie, ce serait celui-là. C’est un projet qui me fait du bien, que je fais pour moi et qui a toujours un potentiel d’aller plus loin. D’aller ailleurs, voir d’autres paysages. Aller plus loin sur le territoire pour chercher des lieux secrets ou hors d’accès. C’est ramener des endroits et des moments dans des espaces au-delà de la vie humaine», a illustré l’artiste.

Télé-Chevreuil est la continuité de Radio-Cheval qui a débuté en 2012. Le déménagement en région de l’artiste l’a inspiré. La ruralité et la nature lui ont donné envie de faire évoluer le cheval et de l’apporter en forêt pour qu’il devienne un chevreuil, a-t-il imagé.

Se glisser dans la vie secrète de plantes, de rivières et de montagnes, le projet a pour approche la contemplation de l’image télévisuelle, vers une immersion méditative du regard. Inspirée du concept de slow TV, la chaîne diffuse en continu des séquences de longue durée, tentant de capturer un événement ou un phénomène naturel. Le projet s’inscrit dans la programmation sur la décroissance de Regart, «grâce au ralentissement du regard, par une économie de l’attention plutôt que de la consommation».

«C’est un autre espace qui a une temporalité tout autre, naturelle, lente et calme. Ce sont ces moments-là, où on est planté là dans le paysage à regarder la nature faire son affaire, qui sont précieux et que je veux transmettre au travers de la lentille de la caméra. De prendre un moment dans la vie secrète des choses naturelles, une incursion dans un moment puis essayer d’y voir quelque chose qu’on ne verrait pas si on passait rapidement», a conclu Boris Dumesnil-Poulin.

Les plus lus

Deux Lévisiens vivent l’aventure Star Académie

Les Lévisiens Jérémy Plante et Olivia Sirois-Bruneau ont séduit le corps professoral et ils auront la chance de performer pour mériter leur place comme académiciens lors de l’édition 2022 de Star Académie.

Une Lévisienne veut devenir la meilleure pâtissière au Québec

La nouvelle émission Le meilleur pâtissier du Québec, disponible sur la plateforme Vrai de Québecor, aura une saveur lévisienne. Amélie Bleau, une résidente de Saint-Romuald âgée de 30 ans, est l’une des dix candidats en lice afin de ravir le prestigieux titre accordé par le concours culinaire télévisuel.

Un Lévisien lauréat du Luxembourg Art Prize 2021

L’artiste lévisien Francis O’Shaughnessy, qui réside actuellement à Montréal, est l’un des lauréats de la septième édition du Luxembourg Art Prize 2021. C’est une photographie au collodion humide qui lui a valu la deuxième place de ce concours international.

Voyage de 9 mois et 10 000 km à bord de Belle excuse

C’est à bord de Belle excuse qu’un couple originaire de Lévis a parcouru 10 000 km entre Lévis et les Bahamas par voie maritime de septembre 2019 à juin 2020. Christian Roy et Annie Yergeau ont partagé des récits de leur grand voyage en voilier sur les réseaux sociaux. Puisque les histoires ont été appréciées par leurs abonnés, c’est une fois de retour au Québec que M. Roy a écrit Belle excuse en ...

COVID-19 : le milieu culturel s’ajuste encore

Les mesures mises en place par le gouvernement du Québec sont difficiles pour les différentes organisations culturelles. Alors que les salles de spectacles ne peuvent plus tenir d’activités, les espaces d’expositions souffrent moins du nouveau confinement.

Le Centre d’exposition Louise-Carrier dévoile sa programmation hiver-printemps

Le 7 décembre dernier, l’équipe de Diffusion culturelle de Lévis (DCL) a présenté la programmation hiver-printemps 2022 du Centre d’exposition Louise-Carrier. Créateurs d’expériences ou relève de la région, tous seront mis en lumière dans les cinq expositions qui seront proposées au public lors des prochains mois.

Surface à la recherche de nouveaux talents

Du 21 au 23 juillet prochain, se tiendra au quai Paquet une nouvelle édition du spectacle Surface. L’événement estival est actuellement à la recherche d’artistes qui seront en vedette lors de sa cinquième édition.

Le talent local encore à l’honneur au CELC

Du 30 janvier au 2 mars, Diffusion culturelle de Lévis présentera, au Centre d’exposition Louise-Carrier (CELC), l’exposition des œuvres sélectionnées dans le cadre de la 24e édition de son concours d’œuvres d’art. Le dévoilement des gagnants aura lieu le dimanche 30 janvier.