CRÉDIT : FRANCIS O’SHAUGHNESSY

L’artiste lévisien Francis O’Shaughnessy, qui réside actuellement à Montréal, est l’un des lauréats de la septième édition du Luxembourg Art Prize 2021. C’est une photographie au collodion humide qui lui a valu la deuxième place de ce concours international.

M. O’Shaughnessy a envoyé trois photographies réalisées au collodion humide. Toutefois, c’est l’œuvre Plaque 58 qui lui a permis de remporter ce prestigieux prix. Le photographe et enseignant en arts visuels du Cégep Marie-Victorin s’est alors vu remettre une bourse de 20 000 euros.

Bien qu’il ait déjà été nommé dans d’autres concours, c’est la première fois que le Lévisien participait à un concours de cette ampleur comprenant un aussi grand bassin de participants. Ce sont près de 650 artistes, provenant d’une grande variété de disciplines et d’une trentaine de pays, qui ont soumis leur candidature lors de l’édition 2021. Le musée a fait la sélection des 24 finalistes, puis ce sont les jurys qui ont choisi les lauréats.

«C’est une bonne tape dans le dos, c’est sûr. Je pense qu’avec le montant que j’ai gagné, je vais me payer une bonne production pour les prochaines années. Je vais en profiter pour m’équiper en photographie», a souligné l’artiste.

S’il pratique la photographie depuis 2002, il n’utilise la technique qui lui a permis d’obtenir cette récompense que depuis seulement deux ans. Le collodion humide a été créé en 1850 et se travaille sur une plaque d’aluminium ou de verre. Un procédé chimique doit être appliqué à la surface de la pièce pour ensuite y faire apparaître l’image en positif à l’aide d’une caméra à soufflet. À la suite de quoi, la magie s’opère dans la chambre noire et le résultat se dévoile.

«Entre avril et décembre 2020, il a été difficile pour moi de poursuivre mes recherches photographiques, puisque je ne pouvais pas recevoir de modèles pour mes projets. J’ai alors eu l’idée d’installer un appareil à soufflet devant un ordinateur pour convertir des représentations numériques en collodion humide. Je voulais revisiter des productions antérieures et ‘‘recontextualiser’’, réinterpréter mes coups de cœur. Le résultat s’est avéré si intéressant que j’en ai réalisé une série», a expliqué Francis O’Shaughnessy.

Après avoir produit plus de 160 plaques, «réussies et ratées», il a compris comment valoriser les textures dans son travail. Par endroit, les textures s’apparentent à de la peinture et s’éloignent du réel. Il dit «enregistrer des durées plutôt que des moments».

«La prise de vue pour ce projet était de 16 minutes. Avec ce médium antique, j’interroge la matérialité de l’image en mettant de l’avant les erreurs, les accidents, les imperfections et les qualités de flous. C’est le savoir-faire entièrement manuel qui m’intéresse. Ainsi, je ne suis pas au service d’un programme ou d’une machine à image automatique. [...] L’écriture du temps est visible sur mes représentations performatives et poétiques, notamment avec le collodion qui a coulé sur la plaque ou encore séché avec la durée.»

Notons que le Luxembourg Art Prize a pour but de révéler et de promouvoir des artistes qui méritent d’être reconnus sur la scène internationale, en plus d’apporter aux méritants une référence muséale et aux lauréats, un soutien financier.

Les plus lus

Critique - Une comédie à savourer sans retenue au VBP

Cet été, on se régale à l’El Dorado Snack-bar. Jusqu’au 27 août, le théâtre s’installe au Vieux Bureau de Poste (VBP) pour sa 18e saison avec une comédie savoureuse et réjouissante de Marie-Thérèse Quinton servie par les finissants du Conservatoire d’artdramatique de Québec.

Soutenir les premiers pas d’une réalisatrice en devenir

Scénariste et réalisatrice d’origine française installée à Lévis depuis quatre ans, Albane Fanny prépare La Muse, un court-métrage qui sera tourné cet été dans la région, dont certaines scènes à Lévis. Pour réaliser ce projet très personnel, la cinéaste se tourne vers la générosité du public en menant une campagne de sociofinancement.

Christopher Bard, un artiste pop rock à découvrir

Le Lévisien Christopher Bard a récemment sorti une nouvelle chanson, Time Travel Machine. L’auteur-compositeur et multi-instrumentiste, de 22 ans, sera aussi l’un des artistes à l’affiche du spectacle Surface, présenté par la Ville de Lévis au quai Paquet les 21, 22 et 23 juillet.

Coeur de Pirate et The Strumbellas complètent la programmation de Festivent

Par voie de communiqué, Festivent a annoncé, le 20 juillet, l'identité des artistes qui monteront sur sa scène principale, au parc Champigny de Saint-Jean-Chrysostome, le samedi 6 août. C'est l'autrice-compositrice-interprète québécoise Coeur de Pirate et le groupe rock ontarien The Strumbellas qui seront à l'honneur lors de cette soirée.

Un roman initiatique pour dépasser ses peurs

L’autrice lévisienne Mélanie Massouty a publié son premier roman La Dame du lac, aux éditions Deuxième Dimension, en juin dernier. Dans ce conte métaphorique et initiatique, elle explore la puissance de la pensée qui permet de découvrir qui nous sommes et se retrouver.

Expo : une Île inventée à la Maison Fréchette

Cet été à la Maison natale de Louis Fréchette, partez à la découverte de l’univers surprenant et fascinant de L’Île inventée. Ce projet artistique franco-québécois est présenté dans le cadre d’une exposition immersive et d’installations sonores.

Mathieu Lef Bouchard à Regart

Originaire de Saint-Romuald, Mathieu Lef Bouchard expose ses œuvres aux côtés de celles de l’artiste de Chicoutimi, Ysé Raoux, à l’Autre Gare jusqu’au 21 août, dans le cadre du projet Création Duo Diffusion. C’est une initiative du Centre d’artistes en art actuel Sagamie, situé à Alma dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, à laquelle le centre de Lévis, Regart, participe.

Cage The Elephant enflamme la piste de danse du Festivent

C’est le groupe rock américain, Cage The Elephant, qui foulait les planches de la scène Loto-Québec située au parc Champigny dans le cadre de la deuxième soirée du Festivent de Lévis, le 4 août. Le groupe de musique a fait danser, chanter et hurler la foule tout au long de la soirée alors qu’il a offert une performance haute en couleur et électrisante.

Humour et légèreté au théâtre d’été à Beaumont-Saint-Michel

Jusqu’au 13 août, le Théâtre Beaumont-Saint-Michel présente Une heure de tranquillité, de Florian Zeller. Comédie colorée, la pièce met en vedette Carl Béchard, Éric Cabana, Caroline Dardenne, Isabelle Drainville, Denis Marchand et Gabriel Simard.

Les Matinées classiques bientôt de retour

La prochaine édition des Matinées classiques sera lancée le 31 juillet prochain. La mouture 2022 de cette série de concerts gratuits sera bonifiée par la présentation d'activités en marge de l'événement.