Maude Julien, Anne-Sarah Brisson, art-thérapeute, Nathalie Beaudoin, travailleuse sociale et Émilie Royer, travailleuse sociale, ont reçu le soutien financier du Fonds communautaire Bell cause pour la cause.

Le 11 octobre dernier, le Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) a reçu un important coup de pouce financier de la part du Fonds communautaire Bell cause pour la cause. Cette organisation a alors remis un chèque d’un peu plus de 21 000 $ à l’organisme lévisien, ce qui permettra au CPSL d’offrir une aide bonifiée aux familles aux prises avec des problèmes de santé mentale.

«Nous sommes très heureux de pouvoir obtenir cette aide puisqu’on voulait depuis un certain temps bonifier notre offre de services à ce niveau. Il y a quelques années, le gouvernement a décidé de miser sur les CLSC et des organismes communautaires spécialisés pour offrir les traitements externes pour les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale. Cependant, ces organisations sont débordées et comme les personnes sont renvoyées chez elles, ce sont souvent les policiers et les ambulanciers qui font face aux problématiques», a d’emblée expliqué Maude Julien, directrice générale et infirmière clinicienne au CPSL.

Concrètement, l’organisme lévisien désire embaucher une psychoéducatrice grâce à l’aide financière accordée par le Fonds communautaire Bell cause pour la cause. Cette professionnelle pourra notamment aider des jeunes suivis par le CPSL afin d’atténuer leur anxiété, un mal qui frappe de plus en plus les jeunes québécois.

D’ailleurs, ce renfort permanent arrivera à un bon moment puisque le CPSL fait face à des demandes supplémentaires des familles qui le fréquentent. En effet, si la crise actuelle n’est pas la cause principale de certains problèmes rencontrés, le bouleversement de la vie courante des usagers du CPSL a provoqué de nombreux problèmes de santé mentale.

En raison notamment des contraintes imposées par les autorités afin de freiner la propagation du coronavirus, plusieurs enfants ou parents suivis par l’organisme lévisien sont anxieux, sont isolés socialement ou sont devenus cyberdépendants, particulièrement les jeunes qui passent le temps en jouant à des jeux vidéo.

«Depuis mars, on fait face à beaucoup de jeunes qui vivent une anxiété supplémentaire. La santé mentale de certaines familles était déjà fragile et la crise a accentué le problème. En plus, malgré les annonces gouvernementales, la réalité sur le terrain, c’est que c’est très difficile pour quelqu’un d’avoir accès rapidement à un professionnel qui peut les aider à surmonter les problèmes de santé mentale. Par exemple, normalement, les suivis sont souvent effectués sur une période de dix semaines. Maintenant, en raison de l’explosion des demandes, les suivis sont effectués sur une période de six semaines», a illustré Mme Julien.

À la recherche de précieux sous

En plus des défis provoqués par la pandémie, le CPSL doit aussi créer de nouvelles activités de financement. Celles qu’il tenait depuis plusieurs années ont dû être annulées puisqu’elles provoqueraient d’importants rassemblements.

Ainsi, la soirée de dégustation de gin, qui a normalement lieu en novembre, a été transformée en un tirage. En échange de dons qui rapportent, selon le montant, des billets dans le baril grâce auxquels seront désignés les gagnants, les participants pourront remporter l’un des trois paniers gourmands créés grâce aux dons des partenaires du CPSL. Ces boîtes comportent notamment des bouteilles de gin et de tonic ainsi que des produits du terroir.

De plus, le CPSL commence à plancher sur une édition modifiée de sa traditionnelle guignolée, son activité de financement la plus importante de l’année. L’organisme lévisien présentera bientôt les détails de son nouvel événement-bénéfice.

«Les aides gouvernementales qui sont offertes présentement sont du financement par projets. Le problème pour nous, c’est que la moitié de notre budget, qui permet notamment de payer nos employés permanents, a été chamboulée en raison de l’annulation de nos activités de financement. On a donc besoin plus que jamais de l’appui de la population afin de poursuivre notre mission», a lancé comme cri du cœur Maude Julien.

Soulignons finalement que les personnes qui désirent prendre part au tirage de paniers gourmands ou qui veulent faire un don au CPSL peuvent consulter son site Web au www.pediatriesocialelevis.com.

Les plus lus

Lettre d'opinion - L’hébergement communautaire jeunesse testé positif

Messieurs Legault, Dubé et Carmant, nous sommes fatiguées! Fatiguées de nous battre pour une reconnaissance qui ne vient pas. De quêter pour réussir à accomplir notre mission. De toutes ces redditions de comptes. De voir partir notre personnel pour le Réseau faute de salaires décents. De voir les piliers de nos organisations tomber en burnout. De se justifier devant vous et devoir recommencer à ch...

Les poules urbaines bientôt permises à Lévis?

Des citoyens de Lévis demandent à l’administration municipale d’autoriser et de réglementer les poules urbaines à Lévis. La Ville travaille justement sur cette question et regarde la possibilité de mener des projets pilotes sur le territoire.

Reprise des messes dans le Grand Lévis

Comme «il est impossible de savoir quand le gouvernement provincial assouplira les mesures sanitaires présentement en vigueur», les autorités pastorales de l’unité Desjardins–Chutes-Chaudière ont pris la décision de rouvrir certaines églises de l’unité et d’y reprendre la pratique régulière des messes de fin de semaine à compter des 14 et 15 novembre prochains.

La campagne Des pâtés pour s’aider de retour

La pandémie a fragilisé plusieurs familles de notre région qui ont plus de difficulté à combler des besoins fondamentaux, comme socialiser, cuisiner et optimiser leur budget nourriture. La campagne Des pâtés pour s’aider vient en aide à toutes ces familles et permet de garnir les paniers de Noël de familles défavorisées.

Une guignolée importante pour Saint-Jean-Chrysostome

En raison de la pandémie, le Service d’entraide de Saint-Jean-Chrysostome a dû s’adapter à la situation afin de pouvoir récolter des dons et des denrées pour la période des Fêtes où les banques alimentaires sont habituellement très sollicitées. Une récolte de denrées est prévue le 28 novembre au parc Champigny, une campagne de dons en argent est également lancée afin de bien garnir les paniers qu’...

La Fondation Jonction pour Elle tient sa campagne en ligne

Une grande campagne de financement au profit de la Fondation Jonction pour Elle est en cours en remplacement de la 4e édition du Concours Chantons pour Elles, qui devait avoir lieu le 15 octobre au centre de congrès de Lévis et a dû être annulée en raison de la pandémie Covid-19.

Soutenir le travail invisible des proches aidants

Les proches aidants assument un travail invisible et pourtant essentiel auprès d’une population plus vulnérable. Chaque année leur dévouement est souligné lors de la Semaine nationale des personnes proches aidantes qui a eu lieu début novembre.

La Mosaïque propose plusieurs options pour lui donner un coup de pouce

Le Café la Mosaïque a sollicité, le 3 novembre, l’appui des Lévisiens pendant les mois de novembre et décembre, notamment dans le cadre de ses activités spéciales-bénéfices afin de l’aider à poursuivre sa mission sociale.

Un repas pour soutenir Le Grenier

Avec les années, le Meating de la relève, qui se tient à l’automne, est devenu un événement mondain de Lévis. Cette année, pandémie oblige et en raison de la fermeture du restaurant Cosmos de Lévis, il n’y aura pas de Meating de la relève. Mais dans le but de garantir la continuité de l’aide à la cause du Comptoir alimentaire Le Grenier, les membres du comité organisateur proposent aux gens de la ...

Lettre d'opinion - Patience et résilience

En 1918 : nos parents viennent de sortir de la Première Guerre mondiale qu'ils doivent faire face à un nouvel ennemi : la grippe espagnole. Ce virus a fait près de 100 millions de morts.