CRÉDIT : ARCHIVES

Afin de réaliser des travaux sur le pont de Québec et le pont du boulevard Guillaume-Couture surplombant la rivière Etchemin à Saint-Romuald, le ministère des Transports du Québec (MTQ) devra mettre en place des entraves au cours des prochains jours.

D'abord, le MTQ réalisera des travaux d'entretien sur le pont de Québec mercredi et vendredi, dans les deux directions.

Le 15 mai, entre 9h et 15h, et le 17 mai, entre 9h et 14h, deux voies sur trois seront disponibles sur le lien interrives.

Ensuite, de mercredi jusqu'au 27 septembre, le MTQ réalisera des travaux d’entretien de la structure du pont du boulevard Guillaume-Couture surplombant la rivière Etchemin à Saint-Romuald (route 132).

Mercredi, entre 20h et 5h30, les deux voies du boulevard en direction est seront fermées. La circulation se fera en contresens sur la chaussée opposée.

À partir de jeudi, en tout temps, la circulation se fera sur voies déviées. Toutefois, il y aura toujours deux voies disponibles dans chaque direction.

Toutefois, en direction, le trottoir sera fermé et les piétons seront invités à utiliser la piste cyclable, située à proximité. L'arrêt de la Société de transport de Lévis avant le pont sera déplacé.

Notons enfin que ces entraves peuvent être modifiées ou annulées en raison de contraintes opérationnelles ou des conditions météorologiques. Vous pouvez consulter le Québec 511 pour en faire le suivi.
 

Les plus lus

Une famille de Terrebonne demande l’aide des riverains du Saint-Laurent

Nancy Gosselin et Richard Martel, les parents de Simon Martel, demandent l’aide du public afin de retrouver leur fils (sur la photo).

Un jeu passe près de mal tourner pour un jeune garçon

Des agents du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) ont dû intervenir, hier en fin d'après-midi, dans une unité d'habitation de l'avenue des Églises afin de secourir un garçon de 3 ans qui s'était serré un attache-câble (Ty-Rap) autour du cou.

Un jeune Lévisien arrêté pour leurre et incitation à des contacts sexuels

Par voie de communiqué, le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a annoncé, le 28 avril, qu'il a arrêté à la mi-avril Samuel Carbonneau, un Lévisien de 20 ans, pour leurre et incitation à des contacts sexuels sur une victime d’âge mineur.

Accident de travail à Saint-Henri

Les services d'urgence de Bellechasse sont intervenus hier après-midi à Saint-Henri afin de secourir un quinquagénaire qui se serait blessé alors qu'il élaguait des arbres.

COVID-19 : le SPVL a donné six constats d'infraction de plus

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a dressé lundi son plus récent bilan sur le travail de ses policiers afin de faire respecter les directives de la Santé publique. Lors de la dernière semaine, les agents de la paix lévisiens ont dû sévir à six reprises.

Invasion de domicile à Lévis : deux résidents de Québec arrêtés par le SPVL

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a annoncé qu'il a arrêté, le 6 mai, deux personnes en lien avec une invasion de domicile qui serait survenue le 5 mai, dans le secteur Lévis.

Infractions à caractère sexuel sur une personne mineure : un Lévisien de 29 ans arrêté

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a lancé une enquête et a procédé à l'arrestation d'un Lévisien de 29 ans samedi en lien avec une possible affaire d'infractions à caractère sexuel sur une personne mineure.

COVID-19 : le SPVL n'a pas donné de nouveaux constats

Les agents du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) n'ont pas donné de nouveaux constats ou rapports d'infraction général en lien avec la Loi sur la santé publique depuis au moins une semaine.

Le SPVL mène une frappe contre un trafiquant de stupéfiants

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a annoncé, le 14 mai, qu'il a arrêté deux Lévisiens, une femme de 27 ans et un homme de 29 ans, et a mené des perquisitions en lien avec du trafic de stupéfiants, le 12 mai.

Gain de cause pour un ex-cadre du Cégep de Lévis-Lauzon

Le Cégep de Lévis-Lauzon (CLL) est condamné à payer plus de 42 000 $ pour harcèlement psychologique et représailles sur une période de près de 18 mois de la part de la haute direction envers un ex-cadre qui a remis sa démission en juin 2019.