Clément Genest, président du comité des finances de la Ville et conseiller municipal de Saint-Nicolas, ainsi que Gilles Lehouillier ont présenté les grandes lignes du budget 2020 de la municipalité.

Comme promis dans les dernières semaines, l’administration Lehouillier demandera un effort financier moins important aux propriétaires lévisiens l’an prochain. En effet, la Ville de Lévis décrète une hausse de taxes moyenne de 2,1 % pour les contribuables lévisiens dans son budget 2020, adopté par le conseil municipal le 16 décembre.

Rappelons que l’an dernier, les Lévisiens avaient fait face à une augmentation moyenne de 3,5 % de leurs taxes. Encore une fois cette année, la hausse de taxe sera «répartie équitablement» entre les secteurs résidentiel, commercial et industriel. Cette année, la hausse correspond à l’inflation projetée par plusieurs institutions financières.

Concrètement, le propriétaire d’une résidence unifamiliale desservie par les services d’une valeur de 290 000 $ verra son compte de taxes augmenter de 60 $ l’an prochain. Les résidents du secteur Charny feront face à la hausse moyenne la plus basse (1,8 %) tandis que les propriétaires du secteur Saint-Joseph-de-la-Pointe-De Lévy feront face à la plus importante (2,5 %). 

«(L’an dernier), on avait un passage obligé à cause des investissements nécessaires (pour les infrastructures routières, d’égout et d’aqueduc). Dans cet exercice financier, nous obtenons de la marge de manœuvre et nous commencer à retirer les bénéfices de notre croissance. Même que si l’augmentation de nos revenus prévue l’an prochain se concrétise, nous pourrons établir notre prochaine hausse de taxes moyenne en bas de 2 % lors du budget 2021», s’est réjoui Gilles Lehouillier, maire de Lévis.

Notons que les Lévisiens pourront toujours payer leur compte de taxes en 12 versements sans intérêt. 95 % des contribuables ont adhéré à ce type de paiement.

Un budget encore en hausse et équilibré

Pour 2020, la Ville a budgété des revenus de 304,9 M$, une augmentation de 19 M$ comparativement à l’exercice financier précédent. Celle-ci est due, entre autres, à la forte croissance de Lévis et le nouveau pacte fiscal entre Québec et les municipalités de la province. 

En ce qui a trait au premier volet, la valeur des permis de construction émis dans les secteurs résidentiel, commercial et industriel a atteint, au 30 novembre dernier, un niveau record de 429 M$. Ainsi, la Ville prévoit que cette augmentation du rythme de la richesse foncière (18,6 G$ en 2019) se poursuivra en 2020, ce qui lui permet d’anticiper des revenus additionnels évalués à 5,2 M$, soit 1,2 M$ de plus qu’en 2019.

Quant au pacte fiscal, le transfert de la croissance des revenus générés par un point de pourcentage de la taxe de vente du Québec à la Ville de Lévis représente une somme de 1,2 M$ dans le prochain budget.

Au niveau des charges, la Ville entend dépenser 304,9 M$ en 2020. Parmi celles-ci, Lévis entend continuer ses efforts pour payer comptant ses investissements prévus dans le programme triennal d’immobilisations (PTI), cette ligne du budget passant de 3,5 M$ (2019) à 6 M$ pour l’exercice financier 2020.

Soulignons que la Ville poursuit ses efforts d’optimisation de sa masse salariale. La proportion du budget est passée de 46,1 % à 44,9 %. Malgré cela, le maire a profité de l’adoption du budget pour annoncer que les heures d’ouverture des services à la clientèle, à la taxation, à l’évaluation, aux permis et de l’écocentre seront notamment ajustées ou prolongées de 8h à 17h dès le 6 janvier prochain.

Une dette qui n’inquiète pas

Quant à la dette totale consolidée de la Ville, elle se chiffrait à 459 M$ au 31 décembre 2018. En 2020, le service de la dette (remboursements et intérêts) s’élèvera à 60,9 M$, soit une hausse de 4,8 M$.

L’administration Lehouillier a cependant rappelé qu’elle s’est dotée d’un plan d’action pour la gestion de la dette sur 10 ans et qu’elle respecte les trois ratios établis dans le cadre de ce dernier, soit que Lévis se retrouve sous la moyenne des cinq villes québécoises comparables de moins de 200 000 habitants pour l’endettement sur la richesse foncière uniformisée et l’endettement par unité d’évaluation ainsi que le fait que le ratio du service de dette sur le budget ne dépasse pas 20 % (20 % dans le budget 2020).

«Nos actifs sont toujours en croissance versus la dette. Si la Ville était une maison d’une valeur de 240 000 $, ses propriétaires auraient une hypothèque de 100 000 $. Grâce aux nouveaux revenus que nous avons, comme ceux obtenus grâce au nouveau pacte fiscal, nous pouvons payer davantage comptant nos investissements. Notre plan ne change pas. Nous entendons que notre dette plafonne en 2027 et qu’elle diminue par la suite. Comment nous allons y arriver? En payant de plus en plus comptant nos investissements comme nous le faisons depuis quelques années», a conclu M. Lehouillier.

Augmentation moyenne des taxes municipales par quartier

 Quartier          Hausse moyenne en dollars               Hausse moyenne en %

Breakeyville                     62 $                                            2,2 %
Charny                              51 $                                            1,8 %
Lévis                                 64 $                                            2,3 %
Pintendre                           65 $                                            2,3 %
Saint-Étienne-de-Lauzon   58 $                                            2,1 %
Saint-Jean-Chrysostome    53 $                                           1,9 %
Saint-Joseph-de-la-Pointe-De Lévy         69 $                      2,5 %
Saint-Nicolas                        59 $                                           2,1 %
Saint-Rédempteur                 61 $                                           2,2 %
Saint-Romuald                      56 $                                           2 %

* Pour une résidence unifamiliale desservie d’une valeur de 290 000 $

Les plus lus

Un troisième lien reliant les deux centres-villes?

Selon ce qu'a dévoilé le FM93, le gouvernement provincial privilégierait un nouveau tracé pour le projet de troisième lien routier interrives entre Lévis et Québec. Plutôt que de passer près de l'île d'Orléans, l'infrastructure désirée par plusieurs dans la région relierait l'autoroute 20, à la hauteur de la route Monseigneur-Bourget à Lauzon, à l'autoroute Laurentienne, près du Stade Canac à Québ...

Conseil en bref : la Ville met fin au projet Rabaska

Voici le résumé des éléments marquants du conseil municipal tenu par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux, le 27 janvier dernier.

Politique : Babu songe à se présenter… et dans Bellechasse

À une époque où de plus en plus de personnalités publiques font le saut en politique ou tentent de le faire, certains hésitent à se lancer ou préfèrent le moment opportun pour le faire. L’animateur Dany «Babu» Bernier, bien connu à Lévis pour son émission sur les ondes de CJMD, n’a jamais caché son intérêt pour le sujet, mais ne sait pas encore dans quelle catégorie il se situe. S’il devait se la...

Un Lévisien dans les coulisses de l’Assemblée nationale

Originaire de Saint-Nicolas, Jean-Christophe Anderson est l’un des cinq stagiaires qui participent au stage de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant depuis le mois de septembre dernier. Ce stage, qui se terminera en juin, lui permet de découvrir les coulisses de l’Assemblée nationale en étant jumelé à un député du parti au pouvoir et un député d’un parti de l’opposition, il participera également à u...

Le développement au cœur de la vision du maire Lehouillier

Exercice annuel livré par le maire de la Ville devant la communauté d’affaires lévisienne, le dîner-conférence de la Chambre de commerce de Lévis (CCL) du 4 février a donné l’occasion à Gilles Lehouillier de rappeler sa vision d’avenir du «Lévis de demain». L’accent a été mis sur l'impact des nouvelles infrastructures et constructions sur le territoire.

311, portail Web et heures de glace : de nouveaux services

Horaires élargis des équipements sportifs pour le public et amélioration du service client de la Ville de Lévis, Gilles Lehouillier a annoncé, lors de sa conférence annuelle devant la communauté d’affaires, que la municipalité compte mettre en service de nouveaux outils.

Voyer tente de nouveau sa chance

Lors d’une entrevue à l’émission Les sales des nouvelles de CJMD 96,9, André Voyer a annoncé, le 23 janvier, qu’il sera candidat indépendant à la mairie de Lévis lors des prochaines élections municipales de 2021.

Conseil en bref : la Ville incite les citoyens à récupérer l’eau de pluie

Voici le résumé des éléments marquants du conseil municipal tenu par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux, le 24 février dernier.

Maison des aînés et alternatives : 185 nouvelles places dans la région

De passage le 28 janvier à Disraeli pour une tournée avec François Jacques, député de Mégantic, la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais (sur la photo), a profité de l'occasion pour annoncer que 156 places en maison des aînés et 29 places en maison alternative seront créées en Chaudière-Appalaches.

Développement culturel : 167 500 $ de plus pour Lévis

Le gouvernement du Québec a bonifié de 444 135 $ les sept ententes de développement culturel (EDC) en Chaudière-Appalaches. La ministre déléguée au Développement économique régional et responsable de la région, Marie-Eve Proulx, en a fait l’annonce dans un communiqué le 24 janvier.