samedi 15 juin 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Opinion du lecteur > Opinions-débats

Lettre d'opinion

Mon retour au cégep

Les + lus

Photo : Gilles Lambert - Unsplash

24 avr. 2024 08:17

L’automne dernier, j’ai effectué un retour sur les bancs d’école. À la suite d’une longue réflexion sur mon parcours scolaire et mon avenir, j’ai choisi le Cégep de Lévis. Je n’ai jamais été l’étudiant modèle, sauf si ce dernier est plus intéressé par les sports et les petites bières d’après-midi lorsque la chaleur du soleil cogne à la porte au printemps ou étire sa présence à l’automne.

Note de la rédaction : Le Journal de Lévis n'endosse aucune opinion qui est partagée dans les lettres d'opinion ou ouvertes publiées dans notre section Opinions. Les opinions qui sont exprimées dans ce texte sont celles de l'auteur signataire.

Je dois toutefois avouer être déçu.

Ces mêmes étudiants qui m’applaudissaient lorsque je jouais au football et qui ne m’ont jamais fait sentir à ma place dans cette institution se sont transformés. Un peu comme Nounou McPhee, mais en restant laid. Ces derniers n’ont plus la soif d’apprendre et de se développer. Ils ne font qu’errer sur leurs téléphones à la recherche d’un mirage tout en projetant une réalité qui n’est pas la leur.

Je suis déçu.

Déçu parce que ces comportements m’affectent au travers des travaux d’équipes et des relations amicales que j’ai développées. Contredire, corriger et échanger ne semble plus être acceptable par peur de blesser des esprits trop fragiles pour se défendre face à leur interlocuteur.

La solution : se plaindre tout bas à leurs amis parce qu’une personne tente d’ouvrir une discussion plus longue que quelques secondes. Le simple effort intellectuel de base est fui par ces derniers. Leur concentration est dirigée vers la vibration des quelques notifications insignifiantes attendues avec tant d’appréhension comme le chien de Pavlov au son de la cloche.

Je crains pour l’avenir en revenant sur les bancs d’école parce que je suis déçu par vous, mes collègues de classe. Tant ceux qui ne sont pas capables de s’organiser que ceux qui sont là par obligations. Regardez plus loin que votre téléphone ou que les standards désastreux de carriériste omniprésent dans notre société. Déterminez ce que vous voulez réellement faire et partez à la quête de votre bonheur à la place de venir pourrir le panier de pommes du cégep avec votre attitude négative et nonchalante.

Votre première réaction sera peut-être de nier certains éléments dans ce texte ou de chialer, je vous comprends. Je propose plutôt qu’on ajoute l’argumentation et les débats dans nos discussions à la place de toujours parler des vêtements de l’un ou du char de l’autre. Nous sommes tous capables d’en faire plus.

En écrivant ces mots, je généralise et je passe à l’offensive dans le but qu’on lève notre bouclier intellectuel afin de réellement créer un avenir meilleur.

Si le chapeau fait, mettez-le s’il vous plaît.

Benjamin Faucher

Étudiant au Cégep de Lévis

Les + lus