Le GRISa proposé à la vingtaine de jeunes présente pour la deuxième rencontre de l’INTERmédiaire un atelier sur l’expression du genre. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

Coordonnatrice aux Maisons des jeunes de Charny et Saint-Jean-Chrysostome depuis novembre 2017, Dominique Riel-Roberge a constaté que les questions d’identité de genre sont récurrentes chez les jeunes de la région. Avec l’aide de Marie-Pier Petit, étudiante à la maîtrise en service social à l’Université Laval, elles ont mis sur pied le projet l’INTERmédiaire.

À lire : Des jeunes qui en ont beaucoup à dire

Devant une vingtaine de jeunes ouverts aux échanges à propos de la communauté LGBTQ+, le projet l’INTERmédiaire a tenu sa deuxième rencontre afin de discuter de l’expression du genre, le 12 février à l’Espace Espéranto.

Mme Riel-Roberge et celle qui porte maintenant le projet sur ses épaules, Marie-Pier Petit, ont proposé des activités afin de susciter la discussion auprès des adolescents de 14 à 18 ans qui étaient présents. De plus, l’équipe du Groupe régional d’intervention sociale (GRIS) est venue proposer un atelier entourant la diversité des individus en abordant la question de l’identité de genre et l’expression du genre.

Au cours de cette rencontre, on a pu entendre une tonne de témoignages provenant de la vingtaine de jeunes présents. Des expériences passées, des impressions et des opinions sur la société d’aujourd’hui par rapport à l’expression du genre. Pour finalement entendre la coordonnatrice des Maisons des jeunes de Charny et Saint-Jean-Chrysostome affirmer qu’«on a le droit d’être qui on veut».

Tâter le terrain pour mettre en branle un projet

Ce genre de rencontres a été pensé par Marie-Pier Petit, assistée de Dominique Riel-Roberge, puisqu’au bout du compte, elles souhaitent aller jusqu’à créer une maison des jeunes spécialisée pour la communauté LGBTQ+ de la Rive-Sud.

«À cause des questions de jeunes qu’on avait, on a commencé à essayer de trouver des façons de les informer sur l’expression de genre et l’identité de genre. On a constaté que les jeunes n’avaient pas vraiment de ressources dans ce secteur, ici, à Lévis», explique Mme Riel-Roberge.

Les intervenantes ont conclu qu’une ressource comme le milieu jeunesse l’Accès, une maison des jeunes pour les jeunes LGBTQ+ et leurs amis mise sur pied par le GRIS de Québec, était le projet qu’il leur fallait. Marie-Pier Petit souligne même que près de 50 % des jeunes qui fréquentent l’Accès viennent de la Rive-Sud.

Embryonnaires comme projet, les rencontres de l’INTERmédiaire permettent aux animatrices de tâter le pouls des jeunes à propos de ce besoin. 

Déjà, la première rencontre qui s’est déroulée le 11 décembre dernier avait été un succès alors qu’un peu plus d’une quinzaine de jeunes s’était présentée. «La plupart des jeunes qui étaient présents la première fois ont tout de suite manifesté leur envie de revenir. On a rapidement vu que la demande était là», ajoute l’étudiante en service social.

Un plan de plus en plus concret

«Dès l’an prochain, le but serait de mettre sur pied un projet pilote et de trouver du financement pour offrir du contenu pour les jeunes», exprime Dominique Riel-Roberge. Puisque la demande est présente, on peut croire que le projet prendra rapidement de l’ampleur. Les intervenantes souhaitent avoir une maison des jeunes d’ici 2024 au maximum.

Le but de cet endroit est déjà très clair pour Mme Petit. «On voudrait y offrir des ateliers d’information, mais surtout offrir une place pour la discussion entre les jeunes qui vivent avec cette réalité-là et qu’ils puissent créer un réseau», dénote l’étudiante.

En s’entourant d’atouts comme les équipes de L’ADOberge Chaudière-Appalaches, le Centre d’aide et prévention jeunesse de Lévis et le GRIS, la coordonnatrice et l’étudiante seront en mesure d’offrir une troisième rencontre dans le cadre de leur projet. Celle-ci portera sur la question de l’identité de genre, et aura lieu dans les prochains mois.

Les plus lus

Un site de rencontre pas comme les autres

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

Portrait de la démographie à Lévis

L’Institut de la statistique du Québec a récemment mis à jour ses données quant à la démographie dans les différentes municipalités et villes de la grande région de la Chaudière-Appalaches, pour l’année 2018.

Un nouveau salon consacré au mieux-être à Lévis

Lévis sera l’hôte d’un nouvel événement dédié à l’épanouissement personnel, à l’art de vivre, au mieux-être, à la spiritualité, à la voyance et aux émotions. En effet, la première édition du Salon Santé, Bonheur et Abondance se tiendra du 6 au 8 septembre au Centre de congrès et d’expositions de Lévis.

Nouveaux retards dans la collecte des déchets : la Ville met en place une série de mesures

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 6 septembre, qu'elle mettait en place des «mesures concrètes» afin d'aider les citoyens qui font face à de nouveaux retards pour la collecte des déchets.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

9 M$ investis pour le logement abordable à Lévis

À Saint-Romuald, 84 unités de logements réparties dans 9 bâtiments ont été achetées au secteur privé par un organisme à but non lucratif et rénovées afin d’être louées à des familles au revenu plus modeste.

Pollution : le RÉPAC 03-12 cible Valero

Tôt ce matin, des militants du Regroupement d’éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches (RÉPAC 03-12) ont installé des bannières dans des lieux «associés aux grands pollueurs de la région de Québec», dont à la raffinerie Jean-Gaulin d'Énergie Valero à Lévis.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Transport scolaire des PALS : une décision qui ne fait pas l’unanimité

Les parents des élèves aux Programmes arts-langues-sports (PALS) de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) des secteurs Lauzon, Saint-David, Saint-Romuald et Breakeyville, ont appris, trois semaines avant la rentrée, qu’à partir de cette année, le transport scolaire adapté aux élèves qui traînent leur bagage hors norme, comme l'équipement sportif, ira chercher leur enfant à un point de chut...

Une deuxième classe de maternelle 4 ans à Lévis

Trois nouvelles classes de maternelle 4 ans ont été ajoutées sur le territoire de la Commission scolaire des Navigateurs, dont une à l’École Charles-Rodrigue à Lévis, portant leur nombre à quatre.