vendredi 21 juin 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Politique > Actualités

Traverse Québec-Lévis

La traverse Québec-Lévis survivra à la fin de carrière des deux traversiers actuels, promet la CAQ

Les + lus

Photo : Gilles Boutin - Archives

03 mai 2023 10:37

La ministre des Transports et de la Mobilité durable du Québec, Geneviève Guilbaut, et la présidente-directrice générale de la Société des traversiers du Québec (STQ), Greta Bédard, ont confirmé, le 2 mai, que Québec ira finalement de l’avant avec le remplacement des deux navires assurant actuellement le service à la traverse Québec-Lévis, le NM Alphonse-Desjardins et le NM Lomer-Gouin.

La ministre a été interrogée à ce propos par André Albert Morin, député libéral d’Acadie (Montréal) et porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports et de mobilité durable, lors de l’étude des crédits budgétaires du ministère des Transports. M. Morin a alors rappelé que l’Alphonse-Desjardins et le Lomer-Gouin seront en fin de vie utile en 2031, soit 60 ans après leur construction au Chantier Davie.

«Il faudra les remplacer. Avec le projet de troisième lien, on est en train d’évaluer cela. Avec un tunnel de transport collectif, qu’en sera-t-il? On dispose encore d’un certain temps pour projeter le remplacement des navires. Il n’y aura pas de rupture de service en 2031, on va s’assurer d’avoir des bateaux de remplacement et que la traverse Québec-Lévis sera en fonction sans interruption», a déclaré Geneviève Guilbault, lors de l’étude des crédits.

Plus tard lors de cette séance spéciale de la commission des transports et de l’environnement de l’Assemblée nationale, la présidente-directrice générale de la STQ a indiqué que la société d’État se penchait sur le projet de remplacement des deux navires.

«La STQ a un plan, c’est déjà dans les cartons. Quand on arrive en fin de vie utile pour des traversiers, on analyse les besoins de la clientèle et on planifie en amont, environ six ans avant la fin de vie utile des navires. D’ici 2025, on va amorcer les travaux pour lancer les appels d’offres», a expliqué Greta Bédard.

Questionnée sur ce volet du projet potentiel par André Albert Morin, la PDG de la STQ a précisé que la somme nécessaire pour remplacer l’Alphonse-Desjardins et le Lomer-Gouin sera budgétée «au bon moment» dans le Plan québécois des infrastructures (PQI).

Quant au type d’usagers qui embarqueront à bord des futurs navires, Québec poursuit sa réflexion sur le sujet. L’automne dernier, lors de la dernière campagne électorale, la Coalition avenir Québec (CAQ) s’est engagée à transformer la traverse Québec-Lévis en traverse dédiée aux piétons et aux cyclistes et de mettre en place des navettes fluviales touristiques gérées par le privé, pour permettre la «découverte de la grande région de Québec en parcourant le fleuve Saint-Laurent».

«À l’époque, l’idée c’était que si on avait un troisième lien dans lequel des voitures pouvaient circuler, on voulait éviter une redondance avec les navettes fluviales. Mais dans la mesure qu’il n’y a pas de transport routier dans le troisième lien, on est à réévaluer l’usage éventuel des prochaines navettes fluviales», a affirmé Mme Guilbault.


Les + lus