dimanche 14 avril 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Consommation > Actualités

Appareils électroniques

Intérêt grandissant pour la récupération

Les + lus

Les cellulaires remis à neuf semblent avoir la cote auprès des consommateurs québécois. Photo : Fausto Sandoval - Unsplash

01 avr. 2024 07:32

Téléphones intelligents, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques remis à neuf ont la cote auprès des consommateurs québécois, selon une enquête NETendances rendue publique à la fin janvier par l’Académie de la transformation numérique (ATN) de l’Université Laval.

Selon l’enquête intitulée Portrait numérique des foyers québécois, 55 % des adultes québécois intéressés à acheter un appareil électronique prévoient se procurer un modèle remis à neuf plutôt qu’un appareil fraîchement sorti de l’usine.

Cette tendance est encore plus forte chez les jeunes adultes puisque 77 % des 18-24 ans et 80 % des 25-34 ans ont l’intention de se procurer un appareil usagé plutôt qu’un modèle neuf. 

Les Québécois dont le revenu est inférieur à 20 000 $ par année sont les plus nombreux (69 %) à prévoir acheter un appareil remis à neuf. Toutefois, 62 % des Québécois dont le revenu annuel dépasse 100 000 $ ont aussi l’intention d’acheter un appareil remis à neuf.

Pour justifier cet intérêt, les auteurs de l'étude indiquent cependant qu'il ne s'agit pas uniquement d'une question de budget.

«Dans le contexte inflationniste actuel, il ne fait pas de doute que la possibilité d’obtenir un meilleur prix est un facteur important dans la décision d’acheter un appareil remis à neuf, avance la directrice Intelligence d’affaires et recherche marketing de l’ATN, Claire Bourget. Mais d’autres considérations, notamment d’ordre environnemental, pourraient contribuer à la décision d’acheter un appareil dont l’empreinte écologique est beaucoup moins importante.»

Des appareils très utilisés

Dans un autre ordre d'idées, quelque 58 % des adultes québécois rapportent avoir passé 10 heures ou plus par semaine sur Internet au cours de la dernière année. Cette situation est davantage observée chez les hommes (61 %), les adultes de 18 à 44 ans (64 %), les détenteurs d’un diplôme d’études collégiales ou universitaires (67 %) et ceux dont le revenu familial annuel est de 100 000 $ et plus (64 %).

L’enquête de l'ATN révèle aussi que la moitié (50 %) des adultes québécois considèrent passer trop de temps devant leurs écrans, qu’il s’agisse d’un écran de télévision, d’ordinateur, de tablette électronique ou de téléphone intelligent. Cette impression est nettement plus répandue chez les adultes de 18-24 ans (67 %), de 25-34 ans (70 %) et de 35-44 ans (65 %) qu’au sein de la population plus âgée. Les Québécois qui détiennent un diplôme universitaire (63 %) ainsi que ceux et celles dont le revenu familial annuel est de 100 000 $ et plus (64 %) sont également plus susceptibles de partager cette impression.

Plus du tiers (34 %) des adultes québécois rapportent que le temps qu’ils passent devant leurs écrans a augmenté au cours de la dernière année, alors que 53 % considèrent qu’il est demeuré stable et 5 % jugent qu’il a diminué.

Quant à certaines habitudes de consommation, l'enquête révèle enfin que 43 % des adultes québécois sont abonnés à un service audio en ligne payant. Les adultes de 18 à 34 ans sont ceux qui privilégient le plus cette forme de divertissement puisque 76 % d’entre eux sont abonnés à au moins un service de ce type. Spotify est le service le plus populaire (23 %), suivi de YouTube Music (13 %), d’Amazon Music/Audible (11 %) et d’Apple Music/Podcasts/Books (11 %).

Les + lus