mercredi 24 juillet 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Transports > Actualités

Sécurité routière

Des citoyens exaspérés par l’incivilité routière

Les + lus

La rue Félix-Leclerc, dans le quartier de Pintendre. – Photo : Henri Paquette

12 juin 2024 08:03

Excès de vitesse, non-respect des panneaux d’arrêt et incivilité par les automobilistes, des citoyens des quartiers résidentiels de Pintendre et de Breakeyville en ont marre de porter plainte à la Ville de Lévis et auprès du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL). Voulant assurer la sécurité de leurs enfants, ils souhaitent voir des actions rapides et concrètes.

Par Henri Paquette

Selon un de ces citoyens, ces problèmes durent depuis des années. Dany Ringuette, résident de l’avenue des Arbrisseaux, à Breakeyville, et père de deux enfants, souligne qu’un de ses voisins dénonce cette situation «problématique» depuis 2006. Avec les années, la situation aurait empiré en raison de l’agrandissement du quartier.

«Breakeyville, ça grossit beaucoup. Donc, on a énormément de circulation et on a énormément de gens qui ne respectent aucunement la vitesse et les arrêts, et on a des enfants dans le quartier», décrit Frédéric Plourde, autre voisin de M. Ringuette, en s’inquiétant de la sécurité pour les jeunes.

Les habitants de Pintendre semblent aussi connaître ce genre de situation, particulièrement sur la rue Félix-Leclerc. Pour Keven Bélanger, qui réside sur cette rue, laisser partir ses enfants à vélo pour aller à l’école l’angoisse, même si la limite de vitesse est de 30 km/h.

«On a fait une vente de garage. Il y avait des voitures stationnées de chaque côté de la rue et il y avait un petit gars qui est sorti à vélo. La voiture ne venait pas vite, une chance, mais elle a eu juste le temps de freiner en avant de lui. Une voiture qui aurait roulé à 45-50 km/h n’aurait pas eu le temps», constate M. Bélanger.

Des revendications

Pour M. Ringuette, la prévention policière auprès des automobilistes doit prévaloir. «On veut qu’il y ait de la sensibilisation en faisant du radar, sans vraiment donner d’amendes, et qu’on améliore la sécurité pour les familles», a-t-il fait savoir.

Ces citoyens désirent aussi que la signalisation soit améliorée. L’ajout de dos d’âne, de bandes rendant les voies plus étroites, ou encore de radars mobiles clignotants sont des options envisagées par les résidents. Pour M. Bélanger, le radar mobile a fait ses preuves et il réclame maintenant son maintien définitif sur la rue Félix-Leclerc. «On l’a eu pendant deux semaines et on a vraiment vu une différence dans la rue : les gens ralentissaient», dit-il.

Se sentir «délaissé» par la Ville et le SPVL

Ce sentiment d’abandon se fait bien sentir chez M. Bélanger, qui dénonce les explications reçues par le poste de police concernant les patrouilles sur sa rue. «Ils nous disent qu’ils n’ont pas vraiment d’effectifs pour venir faire de la patrouille. Ce qui me fâche le plus là-dedans, c’est qu’on les voit faire du radar sur la route du Président-Kennedy […] au lieu de venir faire la sécurité dans le quartier», lance-t-il.

De son côté, le porte-parole du SPVL, Jean-Sébastien Levan, évoque que les statistiques démontrent qu’il y a assez d’effectifs policiers à Lévis et que la ville est «plus que sécuritaire».

«Quand on parle de priorités, on y va avec des artères qui sont plus accidentogènes. On va planifier nos ressources en fonction de Président-Kennedy qui possède une plus grande affluence, qui, statistiquement parlant, a plus de chance d’être un endroit où il va survenir des accidents», a précisé M. Levan.

Du côté de la Ville, la conseillère municipale de Pintendre, Ann Jeffrey, a assuré que le maire, Gilles Lehouillier, fera une annonce à ce sujet. «On travaille sur la sécurité routière dans tous nos quartiers […], alors on va sortir une politique, en juin», a-t-elle précisé.

Les + lus