mardi 28 novembre 2023
Votre Journal. Votre allié local.

Spectacles Arts > Culture

Écriture

Un premier recueil de poésie pour Christian Legault

Les + lus

Photos : Courtoisie

31 août 2023 09:24

Après un roman en 2022, l’auteur installé à Lévis Christian Legault publie un premier recueil de poésie Les affres de la lucidité, aux Éditions Le Baladin.

Par Aude Malaret - audemalaret@journaldelevis.ca

Dans cette œuvre, l’auteur n’a pas eu peur des termes mordants. Avec franchise, il déclame sa crainte de voir la poésie d’un autre siècle sombrer dans l’oubli. Au fil des mots, il lance un cri du cœur et en appelle à l’intelligence.

«On simplifie de plus en plus la langue française pour répondre à des standards d’efficacité et de fonctionnalité. Dans certains cas, c’est normal. Mais, il y a aussi des mots qui se perdent et on voit que les gens ont de plus en plus de difficultés avec la langue», constate Christian Legault.

Et d’ajouter : «La connaissance des mots nous amène la connaissance des choses et, par conséquent, la faculté de penser. Si on enlève le langage ou on le simplifie, on risque que la pensée ne puisse jamais atteindre son plein potentiel».

«Loin de toi… / L’Histoire se lézarde. / La littérature s’embrase. / La culture se dilapide. La mémoire s’efflanque. / Loin de toi… / Ô langue française, / Déesse des poètes, / Nectar des Illustres, / Je meurs.»

Les thèmes que le poète évoque dans «Loin de toi… je meurs», auraient pu l’être dans un essai portant sur la défense de la langue française.

Une grande liberté

«Avec la poésie, on est dans quelque chose de plus direct, qui frôle plus les émotions et les sentiments, mais pas indépendamment de la réflexion, partage-t-il. On peut aller chercher une grande liberté à travers les figures de style et l’écriture. La poésie n’a pas de frontières. C’est la beauté de la chose. Il y a le slam, les sonnets, les quatrains, peu importe le style, il y a toujours cette liberté-là qui nous accompagne toujours.»

Avec un style qui est «très suranné», comme il le qualifie et qu’il assume entièrement, Christian Legault parle de la langue française qui s’effrite et aussi de l’effritement des relations humaines ainsi que de notre rapport à l’environnement.

Son ton «à la fois lucide et désabusé», invite le lecteur «à prendre conscience de certaines choses qui nous préoccupent, pas pour l’action, ce n’est pas un manifeste, mais afin de réfléchir et ressentir certaines choses sur des enjeux contemporains importants».

Penser le monde par l’écriture

Si quelqu’un avait dit à Christian Legault, qu’un jour il écrirait des poèmes, il ne l’aurait pas cru. Inspiré notamment par l’œuvre de Milan Kundera, il voulait être romancier. «Je pensais que c’était ma vocation. D’ailleurs, mon premier ouvrage est un roman», précise celui qui a publié Voyage le long du crépuscule, aux Éditions Hello en 2022.

Ce sont ses études en histoire qui l’ont amené vers l’écriture, puisque «l’historien écrit beaucoup». Ainsi, pour l’auteur, un livre, «ce n’est pas seulement une histoire, c’est un microcosme sur une société d’une époque, les relations humaines, les mœurs. Une façon de penser le monde».

Finalement, Christian Legault aime cette façon différente de penser l’écriture et de réfléchir à certains thèmes que lui a amenés la poésie. «La poésie est venue avec. Il y a certaines choses que je n’étais pas capable de dire à travers un roman et en explorant la poésie, ça les a débloquées.» L’écrivain a aussi été influencé par ses lectures des auteurs français du 19e siècle, tels que Baudelaire, Verlaine et Hugo.

«La poésie, elle est là, non pas pour représenter la réalité, mais pour représenter l’existence, c’est-à-dire l’ensemble des possibilités de la réalité humaine», conclut-il.

Les affres de la lucidité est disponible dans les librairies lévisiennes ou au www.leslibraires.com.

Les + lus