dimanche 14 avril 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Main-d'œuvre > Affaires

Pénurie de main-d'oeuvre

Des employés toujours rares dans la région

Les + lus

Photo : Mario Gogh - Unsplash

20 mars 2024 08:36

La rareté de main-d'oeuvre est toujours d'actualité dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec.

Les données de l’Enquête sur la Population active (EPA) menée par Statistique Canada indiquent qu'en février 2024, l'emploi a enregistré une seconde baisse consécutive dans la région de Québec.

Les indicateurs du marché du travail révèlent en effet que l'emploi a légèrement diminué avec une perte nette de 600 emplois (- 0,1 %.), tandis que la population active a également connu une légère baisse, avec 200 (- 0,04 %) personnes en moins sur le marché du travail par rapport au mois précédent.

Concernant le taux d’emploi, il a enregistré une baisse de 0,2 point de pourcentage (p.d.p) pour s’établir à 65,8 %. Le Québec a également vu son taux d’emploi peu fluctuer (-0,1 p.d.p.), marquant ainsi un recul pour un quatrième mois consécutif pour s’établir à 61,7 %. De même pour le Canada, le taux d’emploi a peu varié (-0,1 p.d.p), se situant à 61,6 %.

Également, le taux de chômage reste relativement bas dans la RMR de Québec. Les données montrent qu’au mois de février 2024, il a légèrement crû pour atteindre 2,9 %. Malgré cette hausse, la région maintient sa position au deuxième rang des RMR canadiennes avec le plus bas taux de chômage, devançant celle de Guelph (3,9 %) et suivant de près celle de Saguenay (2,5 %). Par rapport à février de l’année dernière, le taux de chômage a augmenté dans la région passant de 1,9 % à 2,9 %.

Diminution du nombre de postes vacants

Pour sa part, l’Enquête sur les postes vacants et les salaires (EPVS) de Statistique Canada dresse un portrait de la situation qui prévalait sur le marché du travail au quatrième trimestre (T4) de 2023. Les données confirment la tendance à la baisse du nombre de postes vacants dans les régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches qui a prévalu dans les régions au cours de l’année 2023.

Malgré une baisse du nombre de postes vacants, la demande totale de main-d’œuvre a continué à augmenter en Chaudière-Appalaches (+ 1,6 %) et est restée stable en Capitale-Nationale (- 0,1 %). Le nombre de postes vacants ayant connu une baisse significative est dû à une hausse du nombre d’employés salariés. Les dernières données indiquant une hausse de 2,3 % dans la Capitale-Nationale et de 3,4 % en Chaudière-Appalaches, ce qui représente une augmentation de 8 060 employés salariés pour la Capitale-Nationale et 6 660 pour la Chaudière-Appalaches.

«Malgré le rééquilibrage de l’offre et de la demande pour les postes vacants en 2023, le marché du travail de la région a enregistré un bilan positif au chapitre de la croissance de l’emploi. Pour les salaires horaires moyens, ceux-ci ont également connu une variation positive par rapport au T4 de 2022. Alors que la CN a vu son salaire hausser de 7,3 %, la CA a connu une hausse de 2 %. En regardant la variation des salaires par rapport au troisième trimestre, il est cependant possible de voir que la CA a vu son salaire horaire moyen diminuer. Finalement, les secteurs les plus demandés dans les deux régions demeurent stables. On remarque, toutefois, que le secteur des ventes et services a connu une importante baisse de postes vacants sur un an (- 30,5 % en Capitale-Nationale et - 22 % en Chaudière-Appalaches), contribuant fortement à la diminution du nombre de postes vacants. Ces dernières données de l’EPVS montrent un ralentissement du marché du travail de la région, bien que la demande de main-d’œuvre reste soutenue historiquement.», a analysé Alexis Mc Clish, économiste chez Québec International.

Les + lus