lundi 15 juillet 2024
Votre Journal. Votre allié local.
D'un pont à l'autre

L’heure de vérité, enfin!

Les + lus

02 juil. 2024 09:12

Ainsi, le gouvernement québécois a tranché. Au lendemain du dépôt du rapport de la CPDQ Infra sur la mobilité dans la grande région de Québec en juin dernier, le premier ministre du Québec, François Legault, s’est engagé à construire un pont à l’est.

Par Steven Blaney

 En fait, François Legault réitérait un engagement pris il y a 6 ans, en 2018. Il souhaitait alors chasser les libéraux du pouvoir pour former le gouvernement et leur ravir la circonscription de Bellechasse. Il allait y parvenir et former deux gouvernements majoritaires. À cette époque, la CAQ promettait «la mise en chantier dès le premier mandat d’un troisième lien entre Québec et Lévis».

Depuis, ce projet est devenu une incroyable saga qui monopolise le débat public et attise les passions, sans que rien ne se passe.

Et pourtant, nous avons besoin d’un véritable plan de mobilité urbaine et régionale intelligente qui prend en compte tant les besoins de Lévis et de Québec, mais aussi de la périphérie et des régions. Or, ce qui étonne quand on prend connaissance du rapport de la CPDQ Infra, dont le mandat portait sur la mobilité, c’est que ses recommandations portent uniquement sur le transport en commun urbain, un pilier crucial d’une mobilité dynamique, mais pas le seul!

Déjà en 2018, François Legault affirmait que «le troisième lien sera un outil de développement et d’avenir qui sera complémentaire au nouveau projet de transport en commun de la Ville de Québec». Il évoquait que les goulots d’étranglement créés par la présence des deux ponts actuels l’un à côté de l’autre freinaient la circulation et le développement économique. Il ajoutait même que le gouvernement pouvait en faire davantage pour aider Lévis, une ville en pleine effervescence, à poursuivre son élan, qu’elle méritait de disposer des outils «pour accroître son développement économique et démographique». En fait, la portée d’un lien autoroutier à l’est va bien au-delà de Québec et Lévis.

Et le ministre Drainville affirme dorénavant la nécessité de livrer une alternative au pont Pierre-Laporte «sans perdre de temps», pour permettre aux camions de marchandises de traverser le fleuve.

Mais il a plus que la sécurité routière :

- Un lien autoroutier à l’est vient compléter la ceinture périphérique de la grande région de Québec et Lévis, comme toutes les grandes agglomérations urbaines;

- Un lien à autoroutier à l’est est un outil de développement structurant et d’encadrement du développement urbain, et de rééquilibrage de la pression sur la tête des ponts actuels à l’ouest;

- Un lien autoroutier à l’est est une infrastructure stratégique qui a des répercussions qui vont bien au-delà de Lévis et Québec mais qui s’étend sur l’est du Québec et ses deux rives.

C’est pour toutes ces raisons que la Coalition de l’Est se bat pour un projet autoroutier à l’est. Elle couvre plus de 24 MRC et 8 organisations à vocation économique. Comme l’affirmait Marc-Alexandre Brousseau, le maire de Thetford Mines, en juin dernier, «ce lien-là dont on parle, c’est autant pour les gens de Québec, de Lévis, du Bas-Saint-Laurent, de la Chaudière-Appalaches que de Charlevoix qui vont l’utiliser».

On se rappelle aussi que l’Alliance des chambres de commerce de Chaudière Appalaches, qui regroupent 16 chambres de commerce et représentent plus de 5 600 entreprises, demande aussi un lien pour desservir le transport en commun, les automobiles et le transport et marchandises.

En somme, comme le disait Yvon Deschamps si souvent dans ses monologues humoristiques, «Au Québec, on veut pas juste le sawouère, on veut le wouère!». Alors que le maire Lehouillier demande un échéancier de réalisation serré pour sa concrétisation, on devrait finalement voir ce que le gouvernement québécois a dans le ventre! En somme, c’est enfin l’heure de vérité!

Premier post scriptum : Un immense merci à notre «PKP lévisienne» Sandra Fontaine et du bonheur dans ses nouveaux projets, car elle a fait du Journal coopératif de Lévis une référence et l’incontournable de notre milieu. Bon succès à Érick Deschênes et à toute l’équipe pour la suite!

Deuxième post scriptum : Bravo au ministre Duclos et au négociateur Yvon Charest pour avoir enfin réglé la saga du pont de Québec. Quel beau clin d'œil à la mémoire de notre historien Michel L’Hébreux, dont l’épouse Nicole Goulet participait à l’annonce! Maintenant, c’est le moment des pinceaux!

Bon été!

Les + lus