mercredi 17 juillet 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Opinion du lecteur > Opinions-débats

Lettre ouverte

Des appuis renouvelés pour le tramway de Québec

Les + lus

Photo : Courtoisie - Tramway de Québec

11 oct. 2023 08:23

Face à l'actualité des derniers jours, où les questions de mobilité dans la grande région de Québec ont été très discutées dans les médias, nos organisations, provenant de toutes les sphères de la société, tiennent à réitérer leur appui au projet de tramway et au processus en cours pour le réaliser. Accès transports viables, Banque Nationale, Beneva, CAA-Québec, la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, le Conseil du patronat du Québec, la Corporation des parcs industriels du Québec, le CRE Capitale-Nationale, Équiterre, iA Groupe financier, l'Institut de développement urbain du Québec, J'ai ma passe, la Jeune Chambre de commerce de Québec, le Mouvement Desjardins, Trajectoire Québec, l'Université Laval ainsi que Vivre en Ville unissent à nouveau leurs voix pour soutenir le tramway.

Note de la rédaction : Le Journal de Lévis n'endosse aucune opinion qui est partagée dans les lettres d'opinion ou ouvertes publiées dans notre section Opinions. Les opinions qui sont exprimées dans ce texte sont celles des auteurs signataires.

Le tramway, nécessaire pour la région de Québec

 Le projet de tramway est la bonne solution pour Québec. Il répond à des besoins réels et s'appuie sur de nombreuses études. La grande région métropolitaine de la capitale vit une forte croissance économique et accueillera, dans les années qui viennent, des dizaines de milliers de nouveaux ménages. Le réseau actuel de transport en commun, restreint aux autobus, a atteint ses limites depuis la fin du siècle dernier.

Pour préserver la qualité de vie, pour atteindre nos objectifs environnementaux et pour soutenir l'attractivité de la région sans empiéter sur le territoire agricole et les milieux naturels, nous avons besoin du tramway.

Rappelons que près de 400 M$ ont déjà été investis dans la préparation de son implantation.

Retarder le projet ne ferait qu'augmenter les coûts

 S'il n'est pas question d'accepter n'importe quel prix de construction du tramway, il faut rappeler que repousser la décision ne fera qu'augmenter le coût du projet. Il n'y a aucune raison pour que les coûts de réalisation baissent avec le temps, au contraire. En attendant le tramway, les familles de la région de Québec continuent de dépenser une importante part de leur budget dans des déplacements automobiles coûteux.

Plus de 1,5 G$ d'investissements commerciaux et résidentiels tardent à voir le jour dans l'attente d'un moyen de transport efficace pour désenclaver certains secteurs. Le projet de tramway aura un effet positif majeur sur la vitalité économique de la région.

Éviter de lancer un signal négatif pour l'ensemble du Québec

 Remettre en question le projet de tramway alors qu'il est sur les rails depuis déjà plusieurs années enverrait un très mauvais message sur la capacité du Québec à réaliser d'importants projets d'infrastructures et de transport en commun. Le REM ne peut pas rester le seul projet majeur à s'être concrétisé en 20 ans, et Montréal ne peut pas rester la seule ville québécoise dotée d'un réseau structurant de transport en commun.

Mener à bien de grands projets d'infrastructures est la marque d'une société efficace et qui voit grand. Ne pas réussir le tramway au point où nous sommes rendus serait un grand échec collectif.

Appel au leadership

 Les signataires font donc appel au leadership des décideurs pour mettre fin aux spéculations qu'on peut entendre à gauche et à droite. Le tramway est dans le dernier droit de sa concrétisation, avec le dépôt imminent des soumissions à l'appel d'offres.

Québec et le Québec doivent s'assurer de saisir cette superbe opportunité de se positionner en tête de peloton des villes et des juridictions les plus vertes, prospères et innovantes en Amérique du Nord. Laissons de côté les soubresauts conjoncturels et gardons la cible sur l'ambition.

Yvon Charest, président de la campagne J'ai ma passe

Christian Savard, directeur général de Vivre en Ville

Sarah V. Doyon, directrice générale de Trajectoire Québec

Steeve Lavoie, président et chef de la direction de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec

Karl Blackburn, président et chef de la direction du Conseil du patronat du Québec

Marie-Soleil Gagné, directrice générale d'Accès transports viables

Colleen Thorpe, directrice générale d'Équiterre

Alexandre Turgeon, directeur général du Conseil régional de l'environnement - Capitale-Nationale

Isabelle Melançon, présidente-directrice générale de l'Institut de développement urbain du Québec

Gildas Poissonnier, chef du développement durable du Mouvement Desjardins

Denis Ricard, président et chef de la direction de iA Groupe financier

Sophie D'Amours, rectrice de l'Université Laval

Debby Cordeiro, première vice-présidente, Communications et Responsabilité sociale d'entreprise à la Banque Nationale

Laurence Girard, présidente de la Jeune Chambre de commerce de Québec

Pierre Dolbec, président et directeur général de la Corporation des parcs industriels du Québec


Les + lus