vendredi 19 avril 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Environnement > Actualités

Milieu humide

Des citoyens se mobilisent pour le lac Baie d’Or

Les + lus

L’ACLBO veut mettre en place diverses actions afin de ralentir le processus de transformation du lac Baie d’Or en marécage. Photo : Érick Deschênes

15 sept. 2023 08:19

À la suite de la rencontre d’information tenue par le Conseil de bassin de la rivière Etchemin (CBE) à la fin avril, des résidents du quartier Pintendre ont créé l’Association des citoyens du lac Baie d’Or (ACLBO). Avec ce groupe, les membres veulent unir leurs forces pour améliorer les environs du plan d’eau situé au cœur d’un secteur résidentiel de Pintendre et en voie de se transformer en milieu humide.

«Après la présentation du CBE, j’avais noté les coordonnées des personnes intéressées à se rassembler et j’ai créé un groupe Facebook. Il compte maintenant plus de 100 abonnés. On voit donc qu’il y a encore un grand intérêt, comme cela fait longtemps que les gens du quartier se battent pour conserver le lac Baie d’Or. Ce qui est maintenant important pour notre groupe, c’est de bien se structurer et de bien travailler pour mettre en place des solutions. C’est notamment pour cette raison que nous avons créé un sous-comité de six personnes», a d’emblée partagé Valérie Roy, la présidente de l’ACLBO, lors d’une entrevue téléphonique le 9 août.

Ce sextuor s’est déjà réuni à quelques reprises et a contacté les intervenants liés au dossier du lac Baie d’Or, soit le CBE, la Ville de Lévis et le ministère de l’Environnement, afin d’obtenir des réponses à leurs questions quant à certaines pistes de solution qu’ils ont ciblées pour ralentir la transformation du plan d’eau de Pintendre en marécage.

«Nous sommes sérieux dans nos démarches et nous voulons faire les choses de la bonne façon. Nous ne sommes pas en guerre avec la Ville de Lévis, bien au contraire. On veut travailler avec elle pour bonifier l’espace vert que sont les environs du lac Baie d’Or. On a vu beaucoup d’oiseaux, beaucoup de vie. On a aussi un beau soutien du CBE. Cet été, on a pu faire avec leurs stagiaires une première sortie pour caractériser le lac», a expliqué Mme Roy.

Plusieurs actions espérées

Pour «bonifier» les environs du lac Baie d’Or, l’ACLBO caresse plusieurs idées, dont certaines ont été proposées par des citoyens lors de la rencontre d’information du CBE en avril dernier.

Retrait des plantes envahissantes, amélioration des installations de la Ville de Lévis à proximité et plantation d’arbres dans les environs pourraient faire partie d’un projet citoyen que l’ACLBO voudrait concrétiser grâce à l’obtention d’une subvention de la Ville de Lévis dans le cadre de son fonds vert.

«On veut rendre le tour du lac plus attrayant afin que les familles et les citoyens puissent en profiter. On aimerait que le chalet de services du secteur soit accessible le jour comme le pavillon de services du parc de Coutances. On voit fréquemment des enfants des services de garde du quartier uriner près du lac Baie d’Or comme le chalet est fermé. On aimerait plus de poubelles, davantage d’entretien, planter des arbres, des lampadaires et une distributrice de sacs pour ramasser les cacas d’animaux. On travaille à faire une liste de nos demandes», a affirmé Mme Roy.

Également, la présidente de l’ACLBO estime que la Ville de Lévis devra faire de nouveaux travaux en amont du lac Baie d’Or.

«On sait que l’état (de vieillissement) du lac est avancé, mais on peut l’étirer longtemps grâce à de petites actions. Le 8 août, lors de l’épisode de pluie abondante, le lac débordait. Ça prouve selon nous qu’en amont, ça prendrait un bassin de rétention. La Ville a construit un bassin de sédimentation il y a quelques années, mais il est plein et il ne fait plus son travail. […] Un bassin de rétention aiderait tout le système du lac Baie d’Or, en permettant au bassin de sédimentation d’être plus efficace et d’éviter que le lac Baie d’Or soit en quelque sorte un bassin de rétention, comme c’est le cas actuellement lorsque les précipitations sont importantes ou lors de la fonte de la neige», a ajouté Valérie Roy.

Les + lus